Jean Pruvost, faux savant linguistique, mais vrai dhimmi

En 2017, le professeur d’université pour l’histoire de la langue Jean Pruvost, a produit un ouvrage « Nos ancêtres les Arabes : ce que notre langue leur doit ».

Dans la vidéo d’une conférence faite à Blois, il commence par dire que 90 % des mots de la langue française sont issus du latin, qu’ensuite vient le gaulois, avec une centaine de mots, puis la langue germanique et le normand, la langue des Vikings « Nord Men », avec une cinquantaine de mots, et ensuite la langue arabe « à partir de la conquête arabe », puis l’italien au XVIe, et l’anglais depuis deux siècles, trois siècles, « très présent dans notre langue »…

La logique de cette « démonstration » est étonnante : passons sur l’évocation des apports de l’italien et de l’anglais, qui n’est clairement évoquée que pour donner une apparence scientifique et objective à une opération de propagande que trahit le titre.

En effet, le nombre des mots arabes employés dans la langue française est estimé à environ 400. Il faut préciser que plusieurs sont eux-mêmes des emprunts au grec ou à d’autres langues (alambic, abricot, gilet, du nom que portaient les captifs gaulois, galica etc.). Beaucoup indiquent les pratiques de leurs locuteurs : razzia, assassin (hashichin), dhimmi, séide (Saïd, homme des basses œuvres de Mahomet), charia, dirham (drachme), houri, hégire, mamelouk (soldat esclave), matraque, mesquin, roumi (chrétien, équivalent de bougnoul) etc.
M. Pruvost indique que le nombre de mots gaulois est de l’ordre d’une centaine. Si on suit sa « logique », nos ancêtres sont donc quatre fois plus arabes que gaulois. Les 90 % de mots latins ne comptent pas.
Et, vu le faible nombre de mots gaulois dans la langue française, on peut même douter qu’il y eût jamais des Gaulois en Gaule.

Même observation pour les Germains appelés Francs : le nombre de mots franciques dans la langue française n’est pas très grand, mais il était estimé à environ 700 en ancien français et il en reste encore 500, selon M.J. Brochard («Le francisque» dans Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaire Le Robert).

http://www.e-stoire.net/article-l-heritage-franc-dans-la-langue-francaise-43341682.html

En 842, les Serments de Strasbourg entre les fils de Louis de Pieux, fils de Charlemagne, partagent l’empire carolingien en Francie occidentale, échue à Charles le Chauve, Francie orientale, échue à Louis le Germanique, et, entre les deux la Lotharingie, échue à Lothaire, devenue la Lorraine.

La Gaule étant devenue la Francie occidentale, pour la distinguer de la Francie orientale, devenue Germanie, dont un peuple s’appelait les Alamans, les Gaulois auraient-ils subitement disparu ?

Le fait est que le pays a changé de nom, mais pas d’habitants. On retiendra seulement que « Franc » signifie « libre », comme en attestent les différents sens de l’adjectif, libre par opposition à esclave ; devenu libre, affranchi ; libre en paroles (franchise) ; libre de circuler, affranchi (individu ou paquet, franchise postale), rejeton franc en botanique, ville franche, ville n’appartenant pas à un seigneur, etc. La Gaule est devenue le Pays des hommes libres.

Mais pour M. Pruvost, parce qu’il y a 400 mots arabes, dont certains d’un usage fréquent, en français, les Arabes en tant qu’individus, en tant qu’ethnie, seraient subitement devenus des « ancêtres » des Français ?
On est atterré devant tant de dégoulinante dhimmitude, maquillée en savoir scientifique. La possession d’innombrables dictionnaires ne semble pas protéger M. Pruvost d’un aplatissement aussi inexplicable qu’irrationnel devant une théorie absurde.

L’emploi de mots arabes générerait donc une filiation de fait ? Si je nomme une tasse ou un abricot, je deviens aussitôt une descendante d’Arabe ? La déclaration de la « scientifique » arabe qui déclare qu’une femme peut être fécondée sans contact par le sperme d’un homme dans une piscine a fait des émules dans les universités françaises.

M. Pruvost évoque l’entrée des mots arabes dans la langue française « au moment de la conquête ». Mais quelle conquête ? La France a été ravagée par les hordes mahométanes, certaines régions ont subi une occupation plus ou moins longue, surtout la Septimanie, et le Massif des Maures, qui a servi de base pour razzier la Provence pendant presque un siècle, jusqu’à ce que le comte Guillaume le Libérateur les fasse déguerpir après la bataille de Tourtour en 973. Ces pillards avaient enlevé l’abbé de Cluny, Mayeul.

Le Rhône a servi, tant qu’il a été une frontière entre Royaume de France à l’Ouest et Empire germanique à l’Est, de couloir pour transporter les esclaves vers Marseille, d’où ils étaient acheminés vers le dar el islam, pour être vendus sur les marchés de Rabat, Salé ou Tripoli, jusqu’au débarquement des Français à Sidi Ferruch près d’Alger, en 1830.
C’est ça, les « ancêtres » des Français ?

Après ce Pruvost, et avec beaucoup plus de moyens, Jack Lang s’est fait l’apologiste d’un prétendu héritage arabe. Il s’est fait étriller, notamment par Éric Zemmour.
Mais la récurrence de la démarche ne laisse pas d’inquiéter, car on le sait, il suffit de répéter une idiotie souvent pour qu’elle passe pour une vérité. Le plus grave est que ce professeur d’Université donne à cette thèse délirante une caution « scientifique ».

Elle est reprise à l’envi dans le monde arabe, même en France, par des « savants » comme seuls savent en produire à la pelle les coraniques.

J’ai regardé quelques minutes de cette « conférence ».

L’argumentation y est du même ordre que la fécondation dans la piscine.
Mais la diffusion de ces âneries risque de se faire plus vite que la réfutation.
La future doxa me paraît exprimée dans ce commentaire à la conférence de M. Pruvost : « Youcef Aoufi il y a 1 mois si on recule un peu plus dans l histoire on trouve que les bases même du latin et du grec et par consequance le français leur bases sont arab jusqu au lettres tout vient du finicien alif ba jim del sont devenue alpha beta gama delta dans le grec et transmit en suit vert les langues european d au jourd’hui. zero ortho mais je croix que l idee est passé. »

Mes amis, si les Gaulois ne sont plus des Francs, ils seront des soumis.

Nadia Furlan

image_pdfimage_print