J’en ai marre de la préférence musulmane

Publié le 29 janvier 2015 - par - 2 711 vues
Share

Folle de rage, quand j’entends M. VALLS parler d’apartheid et de ghettos pour parler des quartiers, voire des villes musulmanes !

Je voudrais lui rappeler que lorsque les juifs  sont arrivés en France, et notamment à Paris, ils habitaient presque tous dans le même arrondissement, le 11ème (ce qui a ultérieurement facilité leur déportation), également dans le quartier de la rue des Rosiers.

Ils travaillaient 12h/jour, ne bénéficiaient d’aucune aide et le cas échéant n’auraient jamais osé en réclamer, ils ne bénéficiaient pas non plus de la compassion des Français, au mieux indifférents, au pire hostiles (la preuve, les dénonciations et l’aide des forces de l’ordre pour les déporter), encore moins des médias quant ils ont existé.

Auraient ils pour autant agressé, volé, voire tué ? Bien sûr que non, et cela est également valable pour tous les immigrés européens de cette époque, et ils étaient nombreux…

Toutefois, tous étudiaient, apprenaient le français, se sentaient français, aimaient la France, et donnaient à leurs enfants des prénoms français afin qu’ils s’intègrent au plus vite et soient vraiment français.

Las, alors que depuis 30 ans les immigrés musulmans sont favorisés en tout, logement, aides sociales, compassion des médias et des “bobos” hypocrites, du fait des meurtres et attentats islamistes le gouvernement décide de leur octroyer des financements très importants, alors que majoritairement ils touchent tant d’aides qu’ils n’ont pas besoin de travailler, voyez en journée qui l’on trouve dans les magasins, PMU, cafés…

Nicolas Sarkozy avec FADELA AMARA avait déjà dépensé des fortunes, pensant qu’ainsi ils voteraient pour lui, en vain.

Et pendant ce temps là, les Français de la campagne, de la montagne, doivent exercer 2 métiers s’ils veulent vivre décemment, quant au nombre de suicides d’agriculteurs et d’éleveurs, on ne les compte plus…

C’est à vomir, rien ne sert de leçon, et comme la cote du gouvernement est remontée en flèche grâce aux attentats, rien ne changera, ils tirent le bénéfice de tout, quoi qu’ils fassent ; se posant systématiquement en victime, avec l’approbation des médias et son stupide vocabulaire “quartiers favorisés / défavorisés, élèves de milieux favorisés/ défavorisés “ etc.

Les Français n’auront que les urnes et l’anonymat pour dire ce qu’ils pensent, y compris de la liberté d’expression accordée selon si elle concerne ceux du même bord politique ou pas…

Sonia Villiers

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.