J'en ai marre de ceux qui réclament toujours plus de moyens à l'Etat

ecolemelunvandaliseeOn n’arrête pas le progrès dit-on, mais au cas particulier il s’agit plutôt de progression dans la déliquescence de notre société, de notre pays, de nos valeurs ; chaque jour nous apportant son lot de faits divers, tous plus insupportables les uns que les autres. De plus en plus insupportables, devrais-je dire. De quoi s’agit-il ? Du saccage d’une école maternelle à Melun samedi 1er août, par une bande de gamins de 5 à 13 ans, a-t-on d’abord déclaré, avant de rectifier : un seul de 5 ans, qui n’a sans doute fait que suivre les plus grands, tous âgés de 13 ans !
Mais, en parallèle, je voudrais d’abord parler de bénévoles – que je connais – qui donnent beaucoup de leur temps, de leur énergie, sans aucune subvention de qui que ce soit, pour récupérer des livres voués au pilon, livres scolaires et autres, les trier, en faire des cartons, puis des palettes qui sont envoyées dans certains villages d’Afrique où moyennant une participation minime, pour permettre d’en comprendre la valeur et les conserver en bon état, ils font le bonheur d’enfants ou jeunes gens, avides d’étudier, mais démunis de tout. Des articles d’artisanat Africain sont ramenés et vendus en France, l’argent ainsi récolté servant intégralement à construire des écoles et commodités dans ces villages où l’Etat n’est même pas capable de construire et d’équiper correctement les structures les plus élémentaires. Tout le village participe aux travaux, dans la mesure de ses capacités. Les écoles ainsi construites sont sacrées, il ne viendrait certainement pas à l’idée de quelques garnements de s’y attaquer, et si jamais tel était le cas, ils auraient droit sur le champ à une belle avoinée !!
Et pendant ce temps, ceux à qui l’on donne tous les moyens d’étudier : école gratuite, cantines, aides de toutes sortes, ne pensent qu’à saccager, vandaliser !! Détruire, tel semble être leur principale occupation, leur principal but. C’est bien là que réside l’erreur majeure : la gratuité pour tout, la déresponsabilisation, qui entraînent une absence totale de conscience de la valeur des choses et du respect du bien d’autrui.
Un certain Jean François Chalot, conseiller municipal (parti de gauche) à Vaux Le Pénil, commune concernée par les faits, nous ressort les vieilles rengaines de la gauche :
Nous avons quelques propositions comme celles-ci :
• L’implication renforcée du club de prévention ;
• Une intervention d’animateurs de rue ;
• Le renforcement du nombre de gardiens disposant d’une formation de médiation ;
• Une consultation des associations de quartiers….
En somme, cela ne change pas, il faut des moyens, encore des moyens, toujours plus de moyens, toujours le même leitmotiv, avec toujours les mêmes résultats, c’est-à-dire aucun, malgré les millions, les centaines de millions déversés sur les banlieues. Mais Monsieur Chalot, quand quelque chose ne marche pas, il faut changer ! Pourtant cela ne semble même pas vous effleurer. Ce n’est ni aux clubs de prévention, ni aux animateurs de rue, encore moins aux gardiens ou aux associations de quartiers d’agir, c’est le rôle des parents d’élever et d’éduquer leur progéniture, et à personne d’autre !! Et si l’on n’en est pas capable on n’en fait pas !! Il y a pour cela suffisamment de moyens de contraception, et nous sommes en France…pas « au bled »…
Quoique…malgré toutes les précautions dont s’entoure la journaliste du Parisien qui relate l’affaire, il n’est pas difficile de comprendre de quelle population il s’agit :
« Meubles renversés, vitre brisée, peinture jetée au sol et sur les murs, étagères dépouillées, accessoires déchirés…L’école maternelle des Mézereaux a été littéralement saccagée samedi soir dans ce quartier de Melun réputé sensible, vers 19 heures. La mairie parle d’un « paysage apocalyptique », de « dégâts impressionnants ».
Un ancien professeur des écoles qui a enseigné près de vingt ans dans le groupe scolaire des Mézereaux déclare : « Je ne suis pas surpris de ce qui s’est passé malheureusement, compte-tenu de la population difficile qui réside dans ce quartier ». Inutile de faire un dessin : quartier sensible…population difficile…vous avez compris…
Toujours dans le même esprit de minimisation, la mairie annonçait qu’elle porterait plainte, qu’elle ne voulait pas que ces dégradations soient à la charge seule de la ville.
Allons un peu de courage, ce n’est pas du tout à la Mairie ‘c’est-à-dire aux contribuables, de payer les dégâts. Il faut en finir avec cette politique de l’excuse qui ne fait qu’encourager de nouveaux délinquants ! C’est évidemment aux parents (ir)responsables de payer tous les dégâts. Il est nécessaire de faire un exemple.
Dernière remarque intéressante du Parisien : « Ces jeunes n’étaient pas connus de la police »…quel exploit ! A noter que dorénavant ils le seront…
Je pense que, comme moi, vous brûlez de connaître les prénoms des délinquants ! On finira bien par le savoir.
Oriana Garibaldi

image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. Il y a 40 ans lorsque qlqs gamins faisaient les cons..style 1 lancé de gommes en classe ou pire le sceau d’eau au dessus de la porte de classe,ça faisait rire ts ls potaches ms une fois rentrés avec page de dicos à copier 100 fois..c’était de suite moins drôle!Les parents lr collaient 1 punition supplémentaire+une bonne fessée pr lr apprendre à rester poli envers le maître..Aujourd’hui on éduque plus,on laisse faire,c’est le règne de l’enfant roi qui a tj raison et le maître forcément tj tort..Les gosses traînent ds ls rues et ls quartiers avec le dernier smartphone mais complètement désarmés devant ce manque cruel d’amour,ce manque de limite,ce laxisme destructeur.Déresponsabiliser les mômes et vous en ferez des adultes perdus..

  2. Ainsi, ces petites têtes « blondes » s’ennuient, son désœuvrées et donc, veulent du pain, mais surtout des « jeux ». Des jeux de vilains, s’il en est.
    Hé bien, c’est simple, voilà une bonne occupation pour ses chers petits : nettoyage, peinture, menuiserie, pose de carpettes et autres moquettes. En quelques mots, remise en état complète et parfaite des lieux.
    Tout cela sous la tutelle sévère d’enseignants du professionnel et le tout, payé par ces parents, incapables d’élever leur progéniture…
    Et, quant à cet imbécile intersidéral de Jean-François Chalot (Charlot pour les intimes), dehors à coup de pieds au cul.
    Ne trouvez-vous pas, qu’après ce traitement de fond, l’air sera déjà un peu plus pur en attenant 2017 et Marine Le Pen ?

  3. Je ne serais pas étonné que la loi prévoit justement déjà la responsabilité des parents, tant d’un point de vue pénal que civil mais qu’elle ne soit plus appliquée nulle part ni jamais dans pareille situation. Je trouve que cet article met l’accent sur un point essentiel des problèmes de notre société, à savoir la déresponsabilisation des parents, qui exigent tout et son contraire de l’école, et se défossent entièrement sur elle.

  4. Vladimlr à tous les coups….Mais je pense que si le maire avait des …..Je laisserai l’ecole ou la classe en l’état, pour la rentrée, et les élèves rentreraient dans une classe dévastée. A eux de la retaper ou de la faire retaper par les coupables bien entendu à leurs frais . En mettant les parents dans le bain , sinon cours dans la peinture et debout. Je crois que l’école ou la classe serait vite remise en ordre sans aucun frais pour la commune.

    • il est arrivé la même chose dans ma ville, dans le gard, le maire a obligé les parents de ces vladimmir de remettre en l’état à leur frais je pense que ceux-ci et leurs copains n’y reviendront plus « qui casse paie comme dit le proverbe… par contre qui ne dit mot consent et c’est la cas à melon pour ne pas stigmatiser biensur

Les commentaires sont fermés.