J’en ai ras-le-bol de la culpabilisation permanente des hommes

L’émission c’est dans l’air du 30 janvier 2014 traitait de l’égalité «  femme-homme » http://www.tv-replay.fr/c-dans-l-air/

On n’y débat pour entendre que les femmes sont discriminées sans qu’aucun des intervenants ne s’insurge de quelques faits éclairés à la lumière du 21ème siècle.

Aujourd’hui 25% des actifs sont des ouvriers dont 80 % d’hommes, or nous savons que les ouvriers sont victimes des 3/4 des accidents professionnels et de la majorité des pathologies professionnelles.

L’espérance de vie des ouvriers est inférieure de 7 ans à celle des cadres dont 50 % sont aujourd’hui des femmes.

A contrario les cadres féminins en France sont ceux qui vivent le plus longtemps du monde alors même que les ouvriers français sont ceux qui vivent le moins longtemps d’Europe, bon sang mais que dirait-on si l’on inversait ces deux populations, on aurait hurlé à l’inégalité !

Au cours de mes lectures j’apprends qu’en 1900, seulement 77 femmes étaient diplômées de médecine (ce que je déplore) contre aujourd’hui une large majorité, cette statistique y est présentée comme flatteuse dans le cadre de l’égalité homme-femme, mais de qui se fiche t-on ?

Lors de cette émission, j’apprends qu’une très large majorité des magistrats diplômés sont aujourd’hui des femmes, les féministes baissent la tête et ne disent mot, aucune ne s’émeut d’y voir disparaitre les hommes !

J’y entends comme argument que les hommes abandonnent les professions qui ne les intéressent plus aux femmes, je suis curieux que l’on me démontre qu’un ouvrier intoxiqué à l’amiante à l’article de la mort n’aurait ni souhaité si il en avait eu la possibilité, entreprendre des études de droit ou de médecine.

Les hommes vivent en moyenne 8 ans de moins que les femmes, or nous savons que l’importance de cet écart tient pour une grande part à la nature du travail masculin, qui s’émeut qu’un homme sur 8 meurt pour qu’une femme puisse vivre ? Personne !

Allez dans une maison de retraite, on y retrouve quasiment que des veuves, leur maris sont morts sans jamais avoir pu profiter plus de quelques années de leur retraite, qui vit sur le dos de leurs cotisations pendant parfois vingt ou trente ans parfois sans même n’avoir jamais cotisé ? Pourquoi ne sait-on voir dans leur sacrifice autre chose que le prix d’une société machiste ?

Peut-on aussi rappeler que durant des millénaires, les hommes sont morts sur les champs de bataille pour défendre leur sol, leur ferme, leur épouse et leurs enfants. On nous répondra que ce sont les hommes qui déclenchaient les guerres, mais croyez vous sincèrement que les millions de soldats français morts comme des chiens dans les tranchées vivaient là la quintessence de leur virilité ?

Je suis révolté sans cesse de voir notre sexe sali par une meute de vielles aigries dépassées.

Je suis d’une génération qui unanimement reconnait l’égalité de droit entre les hommes et les femmes, je suis d’une génération qui voit dés le plus jeune âge, les filles mener les garçons par le bout du nez, mieux réussir dans leurs études, fières et conscientes d’être désormais en position de force, alors assez !

Le seul mérite de cette émission a été de nous montrer qu’à l’évidence les femmes ne valent pas mieux que les hommes, les hommes justifiaient une inégalité de traitement par une inégalité pensée naturelle depuis des millénaires, aujourd’hui les femmes justifient l’inégalité de traitement en leur faveur au nom même de l’égalité, qu’on ne me demande pas à cette occasion lequel des deux sexes offre le plus à se faire détester, je vous laisse deviner.

Antoine Artus

image_pdf
0
0