J’étais sur le plateau du débat chez Taddéi, avec Christine Tasin

Publié le 14 mars 2011 - par - 1 690 vues
Share

Hier jeudi 10 mars à 23h00, j’assistais à l’émission de Ce soir (ou jamais) de Frédéric Taddeï sur France 3. J’accompagnais Christine Tasin la Présidente de Résistance Républicaine en compagnie d’Henri Alfonso. Cette émission culturelle mais, surtout politique et sociétale était une première pour Christine et notre association de défense des valeurs républicaines et de lutte contre l’islamisation de notre pays. Il y avait d’autres invités bien sûr :

Gérard Slama, Williams Goldnadel, Emmanuel Todd, Paul-Marie Coûteaux, Houria Boutelja, etc. Le débat fût vif mais courtois. Aucun consensus ne fût trouvé tant ce qui sépare Madame Boutelja dans sa haine du « blanc » était forte au point où, son plus sûr allié, Emmanuel Todd, en était gêné finissant par lui dire qu’il était blanc lui-même ainsi d’ailleurs qu’elle-même. A ce propos, je l’ai trouvé tout de même bien plus modéré qu’auparavant. Souvenons-nous de sa sortie sur les « souchiens » que nous sommes en tant que Français blanc d’origine qui lui a valu un procès sur la plainte de l’AGRIF. (Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne).

 Pour autant, soit elle est inculte soit elle est malhonnête lorsqu’à la question de Monsieur Goldnadel sur qu’est-ce que le racisme, elle répondit qu’il était le fait de blanc qui avait « marchandisé » en quelque sorte le noir. Oubliant au passage la traite des blancs, menée par l’Empire Ottoman et les quatorze siècles de razzia et d’esclavage à grande échelle sur l’Afrique noire des conquérants arabes alimentant en esclaves toute l’Afrique du Nord et la Turquie. Sans compter la mise en esclavage des Chrétiens capturé par les barbaresques sur les côtes européennes et ce, jusqu’en Irlande. Madame Boutelja n’est pas une idiote, elle a la mémoire sélective c’est tout. Elle est intéressée par la soupe des « indigènes de la république » dont elle est la porte parole. Christine Tasin fût à la hauteur.

Pour sa première grande émission avec des ténors des plateaux de télévision elle a su faire passer le message de Résistance Républicaine au grand dam d’Emmanuel Todd à savoir, l’islam est un système totalitaire. Monsieur Todd refusa même l’évidence des grandes difficultés que rencontrent les hôpitaux, face à cet islam intégriste exigeant qui refuse que les femmes soient soignées par des hommes sans compter l’application de préceptes fous comme le refus de découvrir son bras pour une prise de sang. Pourtant, ce n’est pas faute des alertes faites par les médecins, les sages-femmes, les infirmières et en général, tout le personnel soignant. Mais il n’est pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Même réaction de ce monsieur lorsque Christine Tasin évoqua les difficultés que rencontrent les Professeurs des écoles et les professeurs des collèges et lycée face à l’enseignement de tout ce qui n’est pas conforme à la morale islamique. Quid de la biologie, de l’éducation physique, de l’histoire en général et singulièrement de la Shoa. Là aussi, semble-t-il, ce serait exagéré si ce n’est faux pour « cet intellectuel » comme il se nomme.

Nous avons pu échanger nos sentiments entre nous, après l’émission. Notre constat était qu’il est vraiment temps d’articuler et d’opposer une argumentation forte aux délires de ces pseudos intellectuels.

        Paul-Marie Coûteaux fût excellent dans ses déclarations et fit puisque, l’objet du débat était le retour du national dans la société et la montée de Marine Le Pen dans les sondages, le distinguo entre l’extrême-droite et la droite nationale. Il en a profité pour dire que les propos qu’il a pu entendre à l’Assemblée Européenne par divers députés y compris français, étaient souvent plus « directs » que les propos qu’il entend de la bouche de Marine Le Pen aujourd’hui. Comme s’il y avait une échelle de valeurs invisibles du propos inacceptable en fonction du parti politique. Même Gérard Slama, un vieux routard de la politique n’utilisait pas l’expression « extrême-droite » mais « droite nationale » même s’il préférait la droite républicaine sans nous expliquer pour autant la différence conceptuelle. Je lance un vrai coup de chapeau à William Goldnadel pour son humour caustique et sa répartie face aux argumentations racistes d’Houria Boutelja.

Dans peu de temps, il y aura une vidéo complémentaire à ce petit résumé d’une émission forte. Je ne manquerai pas de la publier.

  Gérard Brazon


Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.