Joseph Scipilliti a finalement épargné le bâtonnier, son bourreau

Publié le 8 novembre 2015 - par - 20 commentaires - 1 991 vues
Share

HenriqueVannierClasser le drame de Melun, où le bâtonnier Henrique VANNIER a été atteint par plusieurs balles tirées par l’avocat Joseph SCIPILLITI, qui a retourné ensuite son arme contre lui, dans la catégorie des faits divers est un acte «  sans courage ou sans foi dans la science  », pour paraphraser Emile DURKHEIM, le père de la sociologie.

C’est pourtant ce que les médias traditionnels se sont empressés de faire, allant jusqu’à affirmer qu’il s’agissait d’un acte perpétré par un individu «  dépressif  », s’empressant ensuite de recueillir le témoignage du bâtonnier ayant survécu à ses blessures en le présentant comme un «  miraculé  ».

Un miraculé  ? De quoi parle-t-on au juste, d’une intervention divine  ?

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/fusillade-a-melun-il-m-a-tire-dessus-a-quatre-reprises-je-suis-un-miracule-explique-henrique-vannier-le-batonnier-rescape-7780372939

Il m’a fallu plusieurs jours pour me décider à prendre la plume, afin de réagir à cet événement, qui n’aurait jamais du se produire, et que pour ma part j’interprète comme un geste de désespoir dont l’auteur a voulu faire un symbole, transmettre un message, en somme, se sacrifier pour dénoncer le harcèlement professionnel dont il était l’objet.

Parmi les auteurs de ce harcèlement figure justement le «  miraculé  ».

Je suis par contre agréablement surpris de la sincérité qui fut la sienne en affirmant devant les journalistes de France Télévision que Maitre SCIPILLITI lui a laissé la vie sauve après avoir appris qu’il était père de famille. Par conséquent il serait plus juste de dire qu’il a été épargné, plutôt que «  miraculé  ».

On peut par conséquent considérer que Maitre SCIPILLITI a épargné l’un de ses bourreaux, dans un processus fatal qu’il convient d’analyser à l’aulne d’une réalité simple  : la dépression (qui est une maladie) ne doit pas se confondre avec le désespoir.

Le désespoir peut conduire un homme, lorsqu’il est acculé, poussé dans ses derniers retranchements, à commettre l’irréparable. C’est d’ailleurs pour éviter ce genre de drame que le législateur à prévu de punir le harcèlement moral, un délit encore trop peu reconnu et dont la jurisprudence montre à quel point il est difficile à prouver.

Maitre SCIPILLITI devait se voir notifier une sanction  : une suspension de trois ans d’exercer sa profession d’avocat, sanction prononcée par le bâtonnier sur lequel il a fait feu, motivée par un conflit entre les deux hommes. En somme, la règle selon laquelle on ne peut être juge et partie ne s’applique pas à la profession d’avocat…

Sans doute coupable de ne pas avoir les bonnes idées, d’avoir consacré sa vie professionnelle à la poursuite d’un idéal de justice, d’avoir dénoncé les abus dont il a été le témoin et parfois la victime, d’avoir défendu des « indéfendables » aux yeux des biens pensants qui noyautent nos institutions, la mort professionnelle de Maitre SCIPILLITI n’était qu’une question de temps.

Malheureusement c’est une mort physique et violente qui l’a emporté, et la moindre des choses est de diffuser massivement son message pour que les abus qu’il aura dénoncé de manière posthume cessent d’exister.

J’espère que le père de famille qui a été épargné aura l’intelligence de comprendre au travers de cette terrible épreuve l’essence même de ce dont sont fait les êtres humains, et que chaque jour qu’il vivra lui donnera l’occasion d’être vis à vis d’autrui l’exact contraire de ce que jusqu’ici il a été. Il n’est jamais trop tard pour grandir…

Adieu Joseph, que ton message te survive…

Sébastien JALLAMION

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
goldy-40

Rien à espérer de ce monde vengeur… où rien ne doit être juste, sinon gagne à tout prix !!! J’ai vécu dans cette région et j’ai fini par la fuir, complètement dégoûté des méthodes employées pour arriver à leurs fins. J’ai même eu droit à des écoutes téléphoniques avec un micro FM posé dans mon téléphone et qu’écoutait sur son autoradio un agent des fraudes, assis dans sa voiture sur le trottoir d’en face.. Ce cinéma d’enquête préalable durera 6 mois… Et pour ne prendre que des miettes à la sorties !

A lire l’ouvrage posthume que cet avocat a laissé, il me semblait faire un flashback sur mon passé, autant fiscal que judiciaire… Une justice qui n’est là que pour dépouiller de vos biens (vente à la chandelle à l’époque)…

Le harcèlement, ils ne connaissent que ça !!!

Herbert Sogno

« J’espère que le père de famille qui a été épargné aura l’intelligence de comprendre au travers de cette terrible épreuve… » : illusoire ; ces gens ne comprennent rien à rien et n’ont aucune intelligence. Comme je l’ai déjà dit, il se prendra pour un héros et se sentira renforcé dans ses convictions d’ignorant, dans ses actions de lâche abusant de son pouvoir et dans son comportement de tyran inculte et sans curiosité.

@auguste
Il n’aura rien sur la conscience car ce qui caractérise ces gens-là, c’est l’absence de conscience.

@Agathe
On ne peut pas connaitre le premier dessein de l’agresseur. En effet, dans l’interview, le bâtonnier précise qu’il lui a été intimé l’ordre de ne pas bouger et qu’il ne s’y est pas soumis. Cet imprévu a probablement totalement déstabilisé le comportement de l’avocat martyr qui s’est retrouvé dans une situation d’essayer de sauver ses chances de réaliser son projet et d’agir dans l’urgence. Je persiste à croire que s’il avait préalablement décidé de le tuer, il l’aurait fait. S’il lui a dit de ne pas bouger, c’est précisément qu’il avait autre chose en tête. D’autre part, rien ne nous oblige à croire cet épargné sur le déroulement des évènements, qu’il a tout intérêt à décrire à son avantage, en stigmatisant sa victime justicière.

Néanmoins, je vous donne raison sur le fait que son action nous laisse un bilan lourdement négatif et que ce fut un choix stratégiquement déplorable qui ne nous arrange en rien. Nous avons effectivement besoin d’actions constructives, et non destructives. Difficile de rebondir après ça, comment diffuser son livre auprès de gens qui ne savent pas déjà ?

Denis

Je me permets de revenir sur le débat et vos remarques…
Comment diffuser à des gens qui ne savent pas déjà?
Mais en leur disant que pour comprendre, s’ils le veulent vraiment, il faut prendre connaissance des arguments, des réalités… prendre connaissance du dossier, fuir l’arbitraire, ne pas juger sans savoir et de façon sectaire, comme cela se passe la plupart du temps.

Guerande

Tout à fait d’accord avec ce que dit Denis et en ce qui me concerne je suis en train de créer un site qui serait une sorte de plateforme ouverte à ceux qui souhaitent faire connaître leur indignation et leur révolte face aux dysfonctionnements de la ‘justice’ actuelle, et il y a de quoi faire.
Je ne connaissais absolument pas Maître Scipilletti mais j’ai été intriguée et choquée par la façon si partiale dont une certaine presse a relaté l’évènement en présentant de façon tendancieuse cet avocat comme ‘ dépressif’ sous entendu son problème ce n’était pas son bâtonnier mais sa dépression et insistant lourdement sur ses liens avec ‘ l’extrême -droite ‘.
Cette présentation m’a incitée à me renseigner sur Joseph Scipilletti et m’a déterminée à relayer son témoignage et son message.Un volet de mon site lui sera consacré.
Il ne faut pas qu’il soit mort pour rien.
Nathalie

Herbert Sogno

@ Guérande

Mille fois bravo, chacun à la puissance mille ! Oui, créons des sites sur tout ce qui nous révolte, sur chacun des sujets qui nous occupent, et de façon spécifique ! Dénonçons encore et toujours pour gagner la bataille de l’information qui se joue maintenant !

Guérande je vous embrasse les pieds en pleurant de joie ! Bravo et merci !!

Denis

Dommage que toute ma 1ère partie ait été invalidée par la « censure… » Cela aurait peut-être mieux préparé le détail sur lequel on est toujours attaqué…

Auguste

Le miraculé, a dit la vérité car il se sentait péteux. Comment va-t-il vivre la fin de ses jours avec sa saloperie sur la conscience ? Il est autant à plaindre qu’à blâmer.

Denis

Plus à blâmer qu’à plaindre!

spartac

Quelle conscience ! ?

Xavier

Lorsque l’homme armé qui tire dans le tas est un de vos copains alors vous présentez son geste comme « moins grave » voire « légitime » et c’est la personne sur laquelle il tire qui à vos yeux doit passer pour le criminel. Moi ça me rappelle les propos tenus par les « amis » des islamistes qui ont tiré sur Charlie Hebdo et qui prétendaient que Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et toute l’équipe l’avait « bien » cherché, votre mode de réflexion est identique à celui des islamistes : à vos yeux comme aux leurs la cause justifie le crime. Mais bon je ne suis pas dupe, mon commentaire ne sera jamais publié : votre concept de la Liberté d’Expression est dans les faits aussi limité que celui des pires islamistes. Je n’ose espérer de vous une exception à la règle.

exomil

quelles inepties !!!
comparer cet avocat ou ceux qui le soutiennent à un islamiste ou à des amis des islamistes , faut consulter !!

Maitre Scipilliti n’a pas « tiré dans le tas » comme vous dîtes , ce qui est le propre de l’islamiste qui s’en prend même aux enfants…

Il s’en est pris à son bourreau et n’a dirigé son arme que vers celui-ci pour des raisons que vous comprendrez quand vous serez confronté au fait que l’on cherche à vous tuer, pardon à vous suicider , c’est encore plus abject….

le fisc au cul injustement, plus d’emploi pendant 3 ans et pas de chômage : vous appelez cela comment sinon un meurtre suicide avec préméditation ?

Denis

Il ne reviendra malheureusement pas lire, ni même vérifier qu’il a été publié, certain de ne pas l’être, au vu de sa propre conception de la liberté d’expression et de celle de ses élus.
D’ailleurs, cela pourra lui servir, puisqu’il pourra mentir allègrement sans état d’âme non plus!
Après la messe tridentine comparée aux crimes de l’islam (Tous des intégristes!), voilà la victime qui doit se laisser crever sans réagir!
Mais c’est vrai qu’il n’y a aucun moyen de se défendre, dans notre beau pays, et puis la défense était disproportionnée…
Seuls les effets de manches doivent encore être tolérés, j’imagine!
En tous les cas, merci pour votre conclusion.

Claire

Insupportable ce réflexe ordinaire de l’amalgame ou de la comparaison déplacée quand un fait nécessite une analyse subtile et releve d’une persécution longue et sadique dans et par un milieu qui devrait nourrir un esprit des plus vertueux. On peut ne pas être d’accord, mais comment peut-on étre aussi borné pour rapprocher ce drame de « Charlie et les islamistes » ? Quelle misère et quelle étroitesse de pensée: c’est pathétique… Mais contre tous vos doutes et procès d’intention, vous aurez pu apprécier ici ce qu’est la liberté d’expression.

agathe

Heureusement que le bâtonnier a été épargné.
Ce n’était pas le premier dessein de l’agresseur et cela ne le disculpe donc pas entièrement.
Je prie chacun de retrouver l’objectivité nécessaire : que voulons-nous ? que voulez-vous ?
On veut des gens lucides, maîtres de leurs actes, aptes à la recherche en commun des bonnes stratégies, capables de canaliser leur énergie pour des actions utiles… et non de nouveaux drames causés par des militants agissant seuls, en suivant une impulsion, sous le coup de leur « désespoir » ou d’une soudaine rage destructrice… qui annihilerait tous nos efforts pour gagner l’opinion et, si l’on en croit ce triste épisode, les détruirait eux-mêmes.

Denis

Je vous comprends! Mais, en revanche, j’ai bien peur qu’il ne nous reste bientôt plus aucun moyen de nous exprimer vraiment, d’inverser les tendances mortifères désastreuses qui semblent avoir la faveur des gouvernements…
Il suffit d’écouter l’Ibère haineux hier : « Mais «nous prendrons nos responsabilités» comme la droite devra le faire, car, «dans ces moments-là, nous devrons être désintéressés. Le plus important, ce sera d’empêcher que l’extrême droite antisémite et raciste ne prenne une région», a-t-il ajouté.
Avec la dernière phrase, non seulement il bafoue la décision de ne pas valider de front républicain par les Républicains, mais on apprend surtout qu’ils se fichent bien du Peuple et de la France, et que la plupart du temps, leur intérêt est uniquement personnel… puisque ce n’est qu’exceptionnellement qu’ils sont désintéressés…
Alors, croyez-vous vraiment encore à des « stratégies » « utiles », comme vous-l’écrivez, Agathe?
RESISTANCE, et hélas sabotages, seront bientôt l’unique voie… la seule stratégie possible.
A moins d’un personnage providentiel qui vienne inverser les politiques malsaines et minables qu’on nous impose inlassablement depuis VGE, chirac et durafour.
Pour ma part, je ne l’ai toujours pas vu, entendu, écouté…

gilbert

j’ai effectivement remarqué l’honnêteté dont à fait preuve le bâtonnier lors de son passage dans la boite de désinformation, peut être à t’il effectivement appris que l’on ne peut pas tout faire et tout dire, et que la liberté de chaque individu doit être un fait, mais dans le respect des autres. Cela n’a certainement pas plus aux journaleux et autres, mais cela a été dit…

Denis

J’ai oublié un exemple, Agathe!
Même nos anciens, alors, comme à Triel-sur Seine, doivent aussi s’effacer et céder la place?
Selon vous, l’action organisée de Génération Identitaire imposait-elle une garde à vue de 24 heures???
Comme le gazage des familles lors des manifestations « sociétales »?
Voilà

agathe

je relève vos exemples, et je les pèse : aucun ne justifie de tirer à bout portant sur un homme désarmé.

Guerande

justifier non, vous avez raison Agathe justifier certainement pas. Mais essayer de comprendre ça ne veut pas dire justifier.
Moi je me suis donné la peine d’essayer de comprendre les souffrances que cet homme a endurées et l’enfer que son bâtonnier lui a fait vivre pendant deux ans.
Quand on ne veut pas que les gens deviennent fous il ne faut pas les rendre fous.
Nathalie

Denis

Il est des armes plus mortelles que celles à feu…