Les journées très spirituelles d'une semaine halal ordinaire

abattage-rituel-OABA
Samedi, les porcs de juifs, je maudis
Dimanche, les chiens de chrétiens, je vomis
Lundi, les Allocs, la Sécu, les arnaques, je souscris
Mardi, le chichon, la coco et l’héro, je fournis
Mercredi, au tribunal, le coran et les hadiths, je relis
Jeudi, flics, boloss et koufars, je pourris
Et vendredi, à la mosquée, je prie,
Puis je coupe des gorges, ça crie !
A la kalash’ bénie, j’occis,
Au couteau rouillé, je les finis,
Des bombes, des grenades, quel charivari !
Maculé de sang, je m’épanouis !
Puis, boum! je m’auto-détruis !
Et voilà mon fantasme assouvi
Car pour moi tout seul j’ai 70 houris !
Imam Grouik-Grouik,
de feu le Blog du Cochon Halal
http://hallal-halal.blogspot.fr/

image_pdf
0
0

9 Commentaires

  1. Bravo pour avoir montré cette image qui montre bien la barbarie quotidienne de ceux qui tue bestialement pour assouvir leurs pulsions barbares halal et kasher. On devrait interdire ça et aussi leur interdire de couper le bout du pénis de leurs enfants à ces religions sémites arriérées qui créent des sous-esprits.
    Ils sont complètement en dessous de nous, avec notre civilisation chrétienne blanche!

  2. Les assassinats barbares de Paris ont eu lieu un Vendredi c’est à dire après les prêches des Imams comme la plupart
    des émeutes et assassinats faits par des musulmans , une preuve supplémentaire qu’on prêche la paix dans les mosquées…

    • effectivement, je n’avais pas fait le rapprochement, j’avais noté le chiffre 13 associé au vendredi seulement, mais j’avais pensé qu’avant la Noel, ce carnage arrivait à point pour gâcher les fêtes de la Nativité, car les islamistes les ont en horreur!

  3. Vous oubliez:
    Mais tous les jours quant je glande,
    Je regarde mes glands
    Et je fourbis mon sexe,
    Au cas où une infidèle isolée
    Je rencontrerais dans ma cité.
    Pour lui apprendre la pudeur,
    A cette chienne en chaleur,
    Avec mes potes mahométans,
    Car je suis veule et je n’agis jamais seul,
    Je la violerais et je lui en mettrais tant
    Dans les caves de mon immeuble,
    Qu’elle en oubliera pour un temps,
    Qui elle est, d’où elle vient,
    Et pour bien marquer ma générosité,
    Et qui est l’homme et qui est le maître,
    Je lui referais sa face de craie,
    Au cutter bien aiguisé.

    • je pense que, comme certains excités de l’islam prennent tout au premier degré, il vaut donc mieux ne pas les tenter ou leur donner encore d’autres idées malsaines et incitatives aux actes barbares.

      • Je raconte ici une histoire vraie sauf qu’elle c’est déroulée en plein après midi au coeur d’une ville et dans une voiture.

Les commentaires sont fermés.