1

Jugé par douze, ou porté par six : en 2020, les Français vont devoir choisir…


Il y a trois ans et demi, le 19 juin 2016, j’écrivais cet édito, qui, hélas, n’a pas pris une ride. Il était intitulé, sans la moindre ambiguïté : « Plutôt jugé par douze que porté par six ». Une phrase empruntée à Robert Paturel, longtemps instructeur du Raid.
https://ripostelaique.com/plutot-juge-douze-porte-six.html
Depuis, comme le disait ce matin Patrick Jardin, dans un coup de gueule dont il est coutumier, nos compatriotes tombent un par un, tués la plupart du temps par des islamos.
https://ripostelaique.com/marre-que-mes-compatriotes-tombent-un-par-un-tues-par-des-islamos.html
Parfois, comme pour Mickaël Harpon, c’est tellement énorme que la caste politicienne s’agite, demande une commission d’enquête, met sur le gril le ministre de l’Intérieur, ou quelques chefs de la hiérarchie policière, cela dure quelques jours, et puis cela recommence comme avant.
Le fait que la plupart des agressions s’effectuent avec un couteau ne suscite aucun débat, aucune réaction de nos dirigeants, eux bien protégés avec leurs voitures blindés, leur service d’ordre, leurs motards. Comment ne pas penser à Tatjana Festerling, nous transmettant, à la première minute, ses amitiés à l’occasion des 10 ans de Riposte Laïque, à Rungis.
10 ans d’activisme politique contre l’islamisation de votre nation laïque. Je vous félicite tous pour votre persévérance, votre endurance, avec laquelle vous essayez toujours de réveiller des gens et d’amener les politiciens à changer d’orientation !
J’aimerais saluer cela expressément, parce que vous êtes différents des décideurs politiques en Europe occidentale.
Les politiciens ont créé une caste pour eux-mêmes : la caste élitiste et narcissique des Protégés. Avec des voitures blindées, une protection personnalisée et un personnel pléthorique qui s’occupe de la sécurité et prête attention aux détails.
Ce sont là des symboles du pouvoir. Symboles de délimitation et de distance. Symbole du mépris. Oui, l’Europe occidentale a un système de castes.
La caste des sans-protection va diligemment au travail et, en chemin, dans les stations de métro, elle est poussée dans les escaliers, massacrée ou jetée sous les trains.
Les personnes sans protection font la queue aux supermarchés et se font poignarder. Les filles des sans-protection sont harcelées, tripotées et violées.
Les fils des non-protégés sont rackettés, battus et humiliés.
Les non-protégés se baladent sur des zones piétonnes d’Europe avec leurs familles et sont fauchés par des terroristes au volant de véhicules et de camions.
Nous autres militants et dissidents, nous appartenons aussi à la caste des sans-protection. En Allemagne, une sentence contre une critique de l’islam vient de tomber : 6 mois de prison avec sursis pour avoir osé comparer l’islam au national-socialisme. (http://www.pi-news.net/das-skandal-urteilvon-muenchen-ist-ein-rechtsbruch/)
J’appelle cela « Guerre ». C’est une guerre contre ses propres compatriotes. C’est une guerre profondément raciste. Contre les Français, contre les Allemands, contre les Européens. Et quand on voit que les Américains et les Australiens luttent aussi contre des gauchistes, c’est aussi une guerre contre l’homme blanc.

Non seulement aucune initiative n’est prise contre les « porteurs de couteaux », mais en plus, ce régime nous amène par centaines de milliers, tous les ans, des nouveaux venus qui, culturellement, ont plutôt tendance à régler nombre de conflits à coups de couteaux, ou bien, comme on l’a vu à Villejuif, ce samedi (encore un mort et deux blessés graves) à s’en servir contre des non musulmans, comme l’a fait remarquer opportunément le procureur de Créteil, balayant la bouillie habituelle de ceux qui disent que les « déséquilibrés » frappent au hasard.
Non seulement aucune initiative n’est prise contre les porteurs de couteaux, livrant nos compatriotes à un destin aléatoire, où on peut survivre si on a la chance de ne pas être là où il ne faut pas être, au mauvais moment (comme ce pauvre homme de 56 ans, qui a perdu la vie en sauvant celle de son épouse, à Villejuif), mais en plus, la France fait pression à Bruxelles pour durcir la législation sur les armes, dans toute l’Europe, visant particulièrement les autochtones, à qui on entend interdire de se défendre. Dans ce registre, notre fondateur, Pierre Cassen, pourtant homme paisible – mais prudent – expliquait, avec son humour habituel, qu’il avait été sommé de rendre toutes ses armes, et se voyait interdit à jamais d’en disposer. C’est naturellement plus facile de s’en prendre aux patriotes qu’aux racailles islamisées à kalachnikov ou aux clandestins à couteaux !

Nous faisons donc le constat, par ailleurs révoltant et insupportable, que, malgré la qualité des policiers, qui, par leur présence et leur réactivité, évitent de nombreux drames supplémentaires, nous avons un gouvernement qui n’est plus capable d’assurer la protection et la sécurité de ses administrés, ce qui est sa mission première.
Nul n’a oublié les propos de Manuel Valls – qui depuis, après avoir contribué à l’invasion migratoire et à l’islamisation de la France, s’est sauvé en Espagne – qui expliquait aux Français que nous allions subir, vingt ans durant, les attentats islamiques, que cela serait un mauvais moment à passer, mais que cela irait mieux après.
Les traîtres qui nous dirigent nous envoient à la mort, comme l’expliquait Tatjana dans sa vidéo. Et, sans la moindre pudeur, ils envoient des mots de condoléances aux familles endeuillées, alors qu’ils ont sur les mains le sang des victimes. Et bien sûr, en cas d’agression, ou de vol, si vous avez le malheur de rester vivants, et si c’est votre agresseur qui trouve la mort, il se trouvera une association ou un juge pour vous poursuivre de sa vindicte, expliquant que la riposte n’était pas proportionnée. N’oublions pas, autre détail, que vous n’avez pas le droit – incroyable mais vrai – de vous promener dans la rue avec une bombe lacrymogène, et qu’un policier peut vous la confisquer. Alors que dire d’un couteau, voire d’une arme à feu ?
Dans la France de Macron, Castaner et Belloubet, mais aussi de tous les collabos immigrationnistes, si vous avez le malheur d’être agressé, mais de survivre, vous ne serez surtout pas félicités, mais persécutés, surtout si vous devez votre vie au fait d’avoir porté une arme sur vous.
La France doit-elle, alors, se rapprocher des principes israéliens, pour assurer la défense de ses compatriotes ? Notre fondateur, de retour d’Israël, pays qu’il avait découvert en cette occasion, ne paraissait pas loin de le penser.
https://ripostelaique.com/seule-la-mise-en-place-des-principes-israeliens-peut-encore-sauver-la-france.html
Mais pour cela, il faudrait que nos compatriotes élisent un gouvernement soucieux de la sécurité de ses concitoyens, qui soit du côté des Français, et pas de celui des envahisseurs. Bref, un gouvernement patriote.
En attendant, s’ils veulent se donner les moyens de survivre, les Français feraient bien de réfléchir à cet article, bref, mais clair, publié ce matin par Blanche Dissy, et intitulé : Après Villejuif, aimons-nous vivants, sortons armés.
https://ripostelaique.com/apres-villejuif-aimons-nous-vivants-sortons-armes.html
Libre aux chochottes qui préfèrent se laisser tuer (et chacun en connaît plein dans son entourage), refuser de se défendre, pour rester dans la légalité, mais libre aussi à ceux qui partagent le point de vue de Robert Paturel de faire ce qu’il faut pour rester vivants, quitte à se retrouver au tribunal.
Car, hélas, telle qu’est partie l’année 2020, avec l’accélération du djihad, qui entre dans sa troisième phase, cette question de l’auto-défense citoyenne va devenir incontournable, et il va falloir que nombre de Français fassent des choix, s’ils veulent se donner tous les moyens de rester en vie.