Julien Rochedy attaque Riposte Laïque et compare l’islam au bouddhisme !

Publié le 30 septembre 2014 - par - 6 342 vues
Share

bonnet_d_aneDans un texte paru sur son blog, et repris avec gourmandise par le site Egalité et Réconciliation, le jeune Julien Rochedy, président du FNJ, se fend d’une polémique, et de quelques propos peu élégants, à l’encontre de Riposte Laïque.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Islamentable-28173.html

Ce texte a été écrit le dimanche 28 septembre, quelques heures après qu’Aymeric Chauprade a remarquablement parlé de « guerre de civilisation », quand Marine Le Pen, interrogée par Yves Thréard, a surpris beaucoup de compatriotes en nous faisant le coup du gentil islam et du méchant islamisme, des patriotes musulmans, et gémit que ces derniers seraient les principales victimes de l’islamisme.

Quelques jours après l’électro-choc de l’égorgement d’Hervé Gourdel, la partition de la présidente du FN, qui se rapproche de celle de l’UMP et du PS, inquiétait nombre de nos amis, et Christine Tasin faisait, sur Résistance républicaine, cette réponse assez vive aux propos de la présidente du Front national.

http://resistancerepublicaine.eu/2014/a-quoi-ca-sert-que-les-patriotes-se-decarcassent-si-marine-le-pen-les-trahit-en-defendant-lislam/

Nous aimons le débat, et en général, essayons de faire en sorte qu’il soit respectueux, entre patriotes, même s’il est ferme. Ainsi, nous avons toujours, dans la transparence, fait savoir que nous n’aimions pas que Philippot parle de communautarisme pour ne pas évoquer l’islamisation de notre pays, et que, selon nous, en faisant la différence islam-islamisme, en parlant davantage de l’Union européenne que de l’immigration, en jugeant l’islam compatible avec la République, il éloignait le FN des préoccupations premières des Français. Cela ne nous empêche nullement de reconnaître chez lui des qualités exceptionnelles de débatteur, et de louer son efficacité lors de débats contradictoires.

Julien-Rochedy

Donc, il ne nous dérange pas que Julien Rochedy exprime des désaccords avec notre site. Nous avouons préférer le débat à la lettre de dénonciation de Maximilien Richonet, envoyée au ministre de l’Intérieur Cazeneuve, demandant la dissolution de Riposte Laïque, avec le soutien, annoncé par l’auteur, de Florian Philippot, qui n’a pas jugé utile de démentir.

Ce qui pose problème est le fond. Le président du Front National de Jeunesse cherche, manifestement la polémique avec notre site, de manière curieuse, sur l’islamisation de notre pays, quelques jours à peine après l’égorgement d’Hervé Gourdel, qui a sensibilisé encore davantage nos compatriotes, qui, faut-il le rappeler à ce jeune homme, rejettent à 74 % l’islam, et le jugent incompatible avec les valeurs de notre pays. Alors pourquoi cette polémique inutile et grotesque ?

Quel est l’intérêt, dans un contexte où nos compatriotes ouvrent encore davantage les yeux sur la réalité de l’islam, et le péril mortel qu’il fait courir à tous, de chercher des noises au site qui incarne la résistance à l’islamisation de notre pays, de la part d’un responsable politique dont l’organisation incarne, du moins nous le pensons, la traduction politique de cette résistance ?

Quel est l’intérêt d’évoquer le passé de quelques animateurs de Riposte Laïque, mais surtout de qualifier notre site « d’anciens gauchistes qui font dans leur pantalon » à la vue des signes visibles de l’islam ? Et pourquoi paraître s’indigner que cela soit d’anciens gauchistes qui paraissent les plus virulents contre l’islam ? Rochedy préfère Besancenot qui soutient le Hamas et défile avec les voilées ?

Faut-il rappeler à ce jeune garçon de 26 ans que, quand il avait 14 ans, des animateurs de notre site menaient la bataille contre les signes religieux, dont le voile islamique, à l’école publique ? Faut-il lui rappeler que quelques apostats de l’islam, qui écrivent et s’engagent sur RL, sont menacés quotidiennement de mort, bien davantage que lui, par les fous d’Allah ? Et faut-il lui rappeler qu’outre les menaces de mort contre Christine Tasin, nos animateurs sont harcelés juridiquement par les mêmes qui veulent empêcher Marine Le Pen et les dirigeants du FN de dire des vérités aux Français ?

Enfin, autre piqûre de rappel, sa présidente sera traînée devant la 17e chambre correctionnelle de Paris pour avoir eu le courage, seule parmi les personnalités politiques, de reprendre la campagne menée par Riposte Laïque et les vidéos de Maxime Lépante. Nous ne remercierons jamais assez Marine Le Pen d’avoir, sur un plateau de télévision, signalé les prières musulmanes illégales rue Myrha, et d’avoir osé prononcer, à juste titre, le mot « occupation ».

Il y a enfin des animateurs de notre site, et des contributeurs réguliers qui militent au Front national, et qui seront sans doute ravis de voir avec quel mépris le responsable du FNJ parle d’eux. La majorité de nos contributeurs considèrent, et l’écrivent, que le vote pour Marine Le Pen, en 2017 ou avant, est la seule alternative pour sauver ce qui peut encore l’être dans notre pays.

Ri7Marine Marianne

Enfin, nous n’avons pas le souvenir d’une seule prise de position, de la part de Rochedy, sur la question du cancer islamique qui ronge notre pays. Et pourtant, nous n’en faisons pas un argument d’autorité pour répondre à cette étonnante polémique qu’il a enclenchée.

Quel intérêt, d’autre part, de parler d’une période ancienne, Sos Racisme, où le jeune Julien était encore dans les testicules de son père ? Nous pensions qu’au Front national, où cohabitaient hier ceux qui avaient choisi la Résistance et ceux qui avaient préféré le Maréchal, et ce jour un Fabien Engelmann, venu de la LCR, un Florian Philippot venu du MRC et se réclamant gaulliste, un Louis Aliot et nombre de pieds-noirs qui n’ont pas la même approche de « Mon Général », et un David Rachline avec un passé fort différent, le message était celui de l’Union des Patriotes. Nous pensions encore qu’on se moquait d’où on venait, mais que l’essentiel était de savoir où on allait, et ensemble de préférence.

Disons-le donc, nous nous moquons totalement des engagements de jeunesse des uns et des autres, y compris les plus discutables, seul compte à nos yeux  la réalité de l’engagement présent au service de la France.

18-6-11public6

Au-delà de ce discours inutilement diviseur, examinons le fond. Le jeune Rochedy nous raconte qu’à 14 ans, il avait déjà tout compris de la réalité de l’islam (quel surdoué !) et qu’il enrageait de ne pas être compris. Mais en même temps, avec le recul, il se qualifie curieusement aujourd’hui de « petit con ». Et 12 ans plus tard, parce que la majorité de nos compatriotes voit enfin clair, il nous la joue « chochotte », et, au lieu de se réjouir d’avoir été à l’avant-garde de ce combat, aujourd’hui, il dit ne pas avoir envie de hurler avec les loups, et ne plus se reconnaître dans celui qu’il était à 14 ans. C’est la première fois que nous sommes confrontés à une personne qui paraît, pour reprendre son jargon, plus conne à 26 ans qu’à 14 ans. Pour justifier cet étrange revirement, il explique que pour lui, « islamophobe » signifie qu’on aurait peur de l’islam, et que lui, il n’aime pas les peureux ! C’est un peu juste, jeune homme !

Il montre, de manière inquiétante, son absence totale de compréhension de l’islam, en faisant le parallèle avec des Tibétains ! Comme si la présence, dans une commune, de cent musulmans avait les mêmes conséquences que celle de cent bouddhistes ! Comme si, en France, dix millions de bouddhistes menaceraient notre pays comme dix millions de musulmans ! Accablant, jeune homme !

Quant à faire un parallèle entre notre site et BHL, c’est digne de la crapule stalinienne Maurice Ulrich, journaliste de L’Humanité que Rochedy a affronté récemment sur un plateau de télévision !

Reste à s’interroger. Qui vise réellement Rochedy ? Riposte Laïque, ou Aymeric Chauprade, de manière déguisée ? Et qui, à l’intérieur du Front national, lui a suggéré d’écrire un texte qui prend le contre-pied des propos du nouveau député européen, fer de lance d’un discours identitaire et civilisationnel qui vise ouvertement l’islam, au grand dam de Philippot et du site « Egalité et Réconciliation », mais pour le plus grand plaisir des militants de base du FN, qui majoritairement sont sur cette ligne ?

La fin de son texte est particulièrement révélatrice de l’absence de repères de ce jeune homme. Il commence par admettre, presque résigné, que s’il faut combattre l’islamisation de son pays, il le fera, au nom d’une civilisation extérieure à la France, comme il l’aurait fait contre le bouddhisme. Il est incapable d’expliquer en quoi l’islam, comme projet politique hégémonique et totalitaire, ne peut exister qu’en éradiquant nos valeurs, et en transformant les non-musulmans comme lui en dhimmis.

unis-les-francais-sont-inviciblesIl conclut, malgré tout, en disant que cela « l’emmerde au plus haut point de devoir le faire avec les islamophobes ». Nous n’avons pas les mêmes états d’âme, parce que nous sommes pour l’union de tous les patriotes. Nous sommes prêts à nous battre contre le cancer islamique avec tous les patriotes amoureux de notre civilisation, qu’ils soient croyants, athées, païens, agnostiques, juifs, identitaires, jacobins, séparatistes bretons, anti-avortements, féministes, communistes, royalistes, et même avec ceux que Jean Ferrat appelait les « jeunes imbéciles qui font les vieux cons ».

Il serait par ailleurs vraiment dommage qu’un jeune homme comme Julien Rochedy, promis à un brillant avenir, demeure plus longtemps ignorant sur la réalité de l’islam, et son incompatibilité avec notre civilisation. Pas rancunier, nous lui proposons donc de rencontrer, à sa disposition, pour quelques heures, une journée, davantage s’il le faut, les meilleurs connaisseurs de Riposte Laïque, Alain Jean-Mairet, Hamdane Ammar, Salem Ben Ammar, René Marchand, Pascal Hilout et bien d’autres…

Fin de la polémique, jeune homme ?

Lucette Jeanpierre

TEXTE DE JULIEN ROCHEDY

Islamentable

C’est-à-dire que je commençais à regarder l’arabe, le musulman, comme un étranger. Mais à la différence des gentils, l’étranger devait pour moi rentrer chez lui, l’autre était dangereux, potentiellement un ennemi. À 14-15 ans, petit con, je commençais à expliquer autour de moi que l’islam était une religion de guerre et que les millions de musulmans en France finiraient par nous dominer si nous ne prenions pas garde. J’étais adolescent, personne ne m’écoutait, tout le monde objectait mon « manque de tolérance » et s’endormait dans la douce certitude que tout irait éternellement bien.

Confusion 2 – Aujourd’hui, tout le monde me parle de l’islam et des musulmans. Des bobos de Paris aux jeunes de province, j’entends partout ce que je racontais quand j’avais 14 ans. Le problème est que je suis loin de m’en réjouir. Au contraire, voilà que désormais c’est moi qui prends leur défense dès que j’entends des ravis de la crèche devenus subitement islamophobes parce qu’ils sont tombés par hasard sur une vidéo d’égorgement sur YouTube.

Question de caractère : ne pas aimer hurler avec les loups, et se méfier d’instinct des idées et des sentiments qui d’un coup sont partagés par la masse.

Le problème que j’ai, je crois, est précisément celui qui a à voir avec l’islamophobie : la phobie de l’islam, la peur de l’islam… Les gens commencent à rejeter l’Autre parce qu’ils ont peur de lui. Il a fallu que l’étranger se mette à égorger des pauvres gens et à porter des barbes patibulaires pour que les Français s’interrogent. En somme, si, à la place de millions de musulmans, nous avions eu en guise d’immigration des millions de tibétains pacifiques, alors la France serait devenue tranquillement une nation asiatique sans que personne ne s’en émeuve…

J’ai un problème avec la peur. Je déteste les peureux. C’est pourquoi j’ai un sérieux problème avec l’islamophobie.

Sans aucune peur, et donc sans aucune haine, des types comme moi pouvaient déclarer il y a des années qu’effectivement l’islam n’avait rien à voir avec la France, qu’il fallait donc cesser toute l’immigration des pays musulmans vers la France et l’Europe, et qu’il fallait s’engager dans une politique diplomatique de partenariat étroit avec les pays arabes.

Une telle position rejetait l’islam d’Europe (ou du moins ne l’acceptait que dans sa portion congrue), certes, mais c’était une position rationnelle, sans haine, et qui pouvait de plus se marier parfaitement à un vrai respect de la religion musulmane en elle-même.

Au lieu de cela, nous avons désormais des millions d’anciens tolérants, d’anciens gauchistes, d’anciens oblatifs à la Riposte laïque qui hier encore nous traitaient de fachos pour nos positions rationnelles, mais qui aujourd’hui ont pris peur et font dans leur pantalon. Ils flippent, désormais, de l’islamiste qui balade sa barbe et sa djellaba en bas de chez eux. Déçus qu’ils sont de cet Autre qu’ils avaient espéré gentil et bienveillant (le fameux « beur », le « pote » de SOS Racisme), les voilà prêts à une nouvelle croisade.

Les pires islamophobes sont des anciens gauchistes, c’est une certitude. Pour s’en convaincre, il suffit même d’écouter leurs arguments : ainsi entendons-nous parler de « fascislamisme », ce qui trahit bien là leurs esprits contaminés par la gauche morale, c’est-à-dire seulement capables de diviser le monde en deux : d’un côté les gentils, de l’autre les méchants fachos. Rien n’est plus con que cette expression de fascislamisme. Elle vient de BHL de toutes façons, c’est donc signé.

Je n’aime pas la peur, je n’aime pas les idées engendrées par la peur. Je sens bien qu’un processus est déclenché en France et en Europe qui fera que tôt ou tard l’islam finira par se faire jeter hors de nos frontières. Je le sens bien en parlant avec les gens, je le sens bien quand j’analyse un peu les grosses ficelles qui manipulent les relations internationales et les réseaux qu’arrangerait sacrément un « choc des civilisations ».

Sans doute, cela est nécessaire, et, après tout, au diable les moyens pour y parvenir. Si, pour rester l’Europe, celle-ci doit d’abord se mettre à trembler comme une fillette, c’est moche, c’est lâche, c’est faible, mais qu’importe. Peut-être bien. Il n’en reste pas moins que tout cela a un arrière-goût amer.

Moi, je veux bien combattre l’islam dans mon pays, mais comme j’aurais combattu le bouddhisme ou, que sais-je, n’importe quelle religion qui n’aurait rien eu à voir avec nos racines et qui aurait été en passe de devenir majoritaire. Pas par « phobie », pas par « peur » – et donc : pas par « haine ».

En somme, je suis prêt à combattre l’islamisation de mon pays, mais ça m’emmerde au plus haut point de devoir le faire avec les « islamophobes ».

Julien Rochedy

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.