Jupe pour tous au lycée : la honte pour la France

Publié le 17 mai 2014 - par - 1 432 vues
Share

mecenjupeJe pensais avoir tout vu au bout d’un demi-siècle d’existence, la femme à barbe (pas BHL, l’autre qui chante) par exemple. Hé bien non. De nouvelles informations viennent pulser mon coeur à la place d’un pace-maker. Inutile de vous faire attendre voici brut de fonderie:

Lycées : l’académie de Nantes demande aux garçons de se mettre en jupe le 16 mai. 

Là ça cogne dur dans le ventricule gauche, vite un petit cachet pour éviter l’infarctus du myocarde.

Ce n’est pas une plaisanterie d’un prof d’allemand facétieux pendant les deux dernières années, non non, c’est tout ce qu’il y a de plus vrai, de plus ridicule et de plus imbécile à la veille des épreuves du Bac.

Tous en jupe au lycée. Telle est l’idée de la journée «ce que soulève la jupe», qui aura lieu dans 27 lycées de l’académie de Nantes le 16 mai prochain. Inscrite noir sur blanc dans un communiqué de l’académie.

27 lycées tout de même. L’académie précise qu’il s’agit d’une initiative 100% lycéenne et que par conséquent c’est pas eux et que la théorie du genre et tout ça n’existe pas. Hum, je reste dubitatif, 27 lycées capables de s’organiser en peu de temps alors qu’ils sont censés réviser, c’est faire plus fort que le PS qui peine à rassembler devant un échec annoncé.

Bon alors, quid ? L’académie est-elle dans le coup, oui ou non ?

Réponse en photo:

jupe

Mon pauvre Alain Souchon, tu es à la traîne avec ta chanson « Regarder sous les jupes des filles », maintenant on peut regarder sous les jupes des garçons. Comme ça c’est bien on porte l’égalité de la connerie jusque dans les lycées avec la bénédiction du Hollandais Volant au rase-mottes dans les sondages :

C’est consternant, c’est digne d’une blagounette de potache qui va encore plomber nos résultats dans le rapport Pisa. Certains vont considérer mon avis comme étant celui d’un vieux réac homophobe, qu’ils se détrompent. Je n’ai absolument rien contre les hommes qui portent une jupe quand ils sont écossais ou grecs parce que c’est dans la tradition et leur culture. Est-ce la nôtre ? Est-ce que le lieu de cette exhibition est bien choisi ? Et la date ? Trois fois non.

Il existe dans le nord, à Dunkerque, un carnaval qui a lieu dans les rues le jour puis la nuit dans le Kursaal (palais des congrès et casino). On y compte beaucoup d’enfants de Jean Bart (des sacrés gaillards) déguisés en femme. Ce carnaval est unique au monde. C’est la culture locale et c’est en février, dans une salle des fêtes et pas dans un lycée.

Ce n’est donc dans cette manifestation ni le lieu ni le moment de se faire un carnaval sponsorisé par une académie qui dilapide son (votre) argent en affiches et en autocollants qu’elle vous recommande de porter comme elle vous recommande de vous mettre du rouge à lèvres. Il y a un temps pour tout, un temps pour réviser, un temps pour plancher sur des sujets dans le silence d’une salle d’examen, un temps pour mettre quelques bouteilles de bulles au réfrigérateur puis vient le temps… de fêter une année de connaissances acquises qui serviront à l’excellence française.

Oui je sais, l’excellence française est un vieux truc ringard qui fait rigoler toute la planète aujourd’hui.

Philippe Legrand

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.