1

Juppé, c’est la droite molle UMPS, opportuniste, lamentable et minable

Le coup foireux anti-Fillon des Juppé-Bayou-Macron a laissé des traces. Juppé, c’est depuis toujours la droite molle UMPS, opportuniste, façon Pécresse, absurde et nuisible. La vieillesse est un naufrage ! Juppé aurait voulu être le Grand Maître de Colombey les deux mosquées, après la disparition du Général de Gaulle.

Arthur Berdah, le Figaro : « Juppé lâche ses coups (foireux) contre Wauquiez ». Lors d’un point presse organisé à la mairie de Bordeaux, Juppé a pris ses distances avec le patron de LR. « À force de reculer, je risque de tomber dans le précipice« , a-t-il ironisé. Sa parole était attendue. Depuis que Wauquiez a cru bon de critiquer la politique fiscale menée par Juppé à Bordeaux, il était resté silencieux. Mais il a finalement décidé de sortir du bois lors d’une conférence de presse organisée à l’Hôtel de ville. L’occasion de prendre, une fois de plus, ses distances avec le patron des Républicains. « Je le jugerai sur les idées… Quand il y en aura ! »

« Mais je ne réagis pas sous le coup de la passion ou de la colère« , a-t-il toutefois lâché, excluant de quitter le parti à ce stade malgré les « effets dévastateurs » que cette polémique a selon lui « sur LR et sur la droite » (molle). Juppé sur Wauquiez « Tout ceci est lamentable. Cela repose sur de fausses informations, des propos d’une vulgarité extrême. Le système de défense est absurde : depuis quand donne-t-on des cours à des étudiants en leur demandant la confidentialité ? Quand aux propos sur LR, ils sont dévastateurs »…

« Certains ne sont pas fondés à donner des leçons aux autres ! » Ben voyons.

Même s’il a eu « très envie de claquer le bec de certains imprudents« , Juppé a « craint de relancer la polémique » en répondant aux accusations dont il fait l’objet. (Mais si) « vous ne dites rien, vous laissez circuler des contrevérités ». D’où sa sortie qui vise à rectifier les « Fake News ». Après avoir réaffirmé la santé financière de sa ville, Juppé a lâché à Wauquiez : « Je relève au passage que la ville du Puy-en-Velay, dirigée jusqu’en 2016 par Wauquiez, affiche un endettement par habitant supérieur de 20% à la moyenne des communes de sa catégorie… Donc je pense que certains ne sont pas fondés à donner des leçons aux autres« .

Eugénie Bastié, le Figaro : « Ali Juppé » et Tareq Oubrou : un allié encombrant. En difficulté face à Fillon, Juppé ne cesse d’évoquer la campagne de diffamation menée sur lui sur les réseaux sociaux au sujet de prétendues compromissions avec l’islamisme. L’imam de Bordeaux Tareq Oubrou dénonce une « opération politicienne » et des accusations « ridicules ». « On m’a baptisé Ali Juppé grand mufti de Bordeaux » : lors de son meeting à Toulouse, Juppé a évoqué la campagne « dégueulasse » brandie sur lui dans les réseaux sociaux, qui font de lui un complice des Frères musulmans et de l’islam radical. Mais d’où viennent ces accusations ?

Les attaques débutent dès 2009 de la part du Bloc identitaire. En avril, une trentaine de militants du Bloc identitaire Aquitaine interpellent Juppé. Ils déploient une banderole : « ce maire commence à poser un vrai problème« , en référence aux propos qu’il avait tenus envers Benoit XVI, qu’il avait qualifié « d’autiste« .

« Mosquée-cathédrale » à Bordeaux : « pas d’autisme, le problème c’est l’islamisme » crient les militants.

« Au cœur de la contestation, le projet de Grande Mosquée de Bordeaux, pour lequel Juppé a donné son accord en 2008…

Ce projet, qui tient (à se faire passer pour un) centre culturel musulman plus que pour une mosquée, puisqu’il prévoyait en plus d’une salle de prière, des salles de classe, une bibliothèque et un institut de formation des imams, a été lancé il y a plus de dix ans par la Fédération musulmane de la Gironde (FMG)…

Jusqu’en septembre 2014, Juppé assumait le projet, puisqu’il déclarait à Sud-Ouest « Nous avons pris la décision de déplacer le projet de mosquée sur Garonne Eiffel, sur un site où il n’y a pas de riverains et où des places de parking seront disponibles. Donc il n’y aura plus de problème« . Ben voyons, takaycroire !

Le 12 juin 2016, sur son blog Juppé écrivait le contraire : « Je suis (…) accusé de financer à Bordeaux la plus grande mosquée de France… qui n’existe pas et n’existera pas ! »

« Juppé et ses liens avec l’imam de Bordeaux Tareq Oubrou« . Juppé est accusé de compromis avec les Frères musulmans, et ce à travers la relation privilégiée qu’il entretiendrait avec Tareq Oubrou, l’imam de Bordeaux issu des rangs de l’UOIF et de l’idéologie frériste. Tareq Oubrou est brandi comme épouvantail par les identitaires qui rappellent son passé trouble. On lui reproche des propos sur la femme et la polygamie, et son appartenance aux frères musulmans. Les sites comme Infos Bordeaux se demandaient récemment si « Tareq Oubrou allait devenir ministre de Juppé« . Cette campagne contre Oubrou et Juppé est alimentée par Omar Dellil, un ancien proche d’Oubrou l’accusant d’être antisémite, christianophobe et de s’être réjoui des attentats du 11 septembre, accusations sans preuve. Mais pas seulement. « Il y a beaucoup à dire sur Juppé en matière de lutte contre l’intégrisme musulman. On a raison de s’inquiéter de sa complicité ancienne avec l’imam de Bordeaux » écrit dans Marianne Caroline Fourest dans son article « Ali Juppé et saint Sarkozy ».

« Oubrou a beau passer pour modéré sur toutes les antennes, il n’a jamais renié son appartenance à l’UOIF, ni ses maîtres à penser, et joue les entremetteurs entre les islamistes » insiste la polémiste.

« J’ignore le passé de Oubrou et je n’ai pas l’intention de m’y plonger. Il tient le discours de l’islam républicain », s’était justifié Juppé. « Cette affaire a pris une tournure indigne d’une démocratie », réagit l’imam de Bordeaux, contacté par Le Figaro. « C’est une opération politicienne. On a fait de moi un monstre virtuel pour atteindre Juppé. Mes paroles dérangent plus les musulmans que les non-musulmans, je suis menacé. »

« Il est visiblement en colère contre des accusations qu’il juge « ridicules ». « C’est n’importe quoi !

« Oubrou, qui a été décoré de la Légion d’honneur par Juppé, assure qu’il n’a pas d’amitié particulière pour lui. « On ne fume pas la chicha ensemble, on se tutoie pas. J’ai un grand respect pour lui, c’est un grand laïc… (???) « Ali Juppé » en vogue depuis début 2015 :  Qu’importe les démentis, la référence au surnom « Ali Juppé » devient exponentielle sur les réseaux sociaux à partir de début 2015. Cette « réputation » s’alimente de sorties maladroites de Juppé. Il déclare à Libération, au sujet du voile : « Quand ma maman allait à la messe, elle portait un foulard« . Face à Michel Onfray sur le plateau du Grand journal, qui lui lance au sujet de l’islam :

« Comment peut-on dire que l’islam est compatible avec la République si on a pas lu le Coran ! »

« Lors d’une visite à Sciences-Po en février 2016, il est pris à partie par des militants du groupe Assas Patriote brandissant une banderole : « Bienvenue Ali Juppé, grand mufti de Bordeaux« . (le Figaro)

Thierry Michaud-Nérard