Juppé chez Pujadas : même apologie de l'islam qu'Aubry-Hollande

Atterrant. La video de l’émission Des paroles et des actes de jeudi dernier a confirmé, au-delà de ce que l’on pouvait redouter, le statut de lécheur de babouches d’Alain Juppé :
[youtube w5c_sH2_C7Q]
Celui qui fut gaulliste, comme l’a rappelé son contradicteur, Eric Zemmour, qui le taraudait sur l’intervention française en Libye, a confirmé, en paroles, qu’il avait, depuis longtemps, renié ses engagements d’il y a 20 ans pour mieux trahir la France et les Français. Il nous a fait du Aubry toute la soirée (comment s’étonner que, dans La Faute du bobo Jocelyn, ils se retrouvent dans le même gouvernement ?
Alain Juppé et la souveraineté des peuples (comment, en passant, ne pas penser à celle  de  la France ?) « Je ne comprends rien à ce salmigondis« . La souveraineté, un salmigondis… Juppé gaulliste ? Vous voulez rire ! Le bonhomme ose, sans rire ni s’empourprer de honte, dire « Notre devoir est de prendre en compte les aspirations du monde arabe à la liberté et à la démocratie » et Eric Zemmour a beau jeu de lui montrer que cette prise en compte est plus que sélective. Bombarder la Libye dans un cas, dire du bout des lèvres aux dirigeants de la Syrie et de l’Arabie Saoudite qu’ils doivent être gentils avec leurs peuples dans un autre, en voilà une façon de prendre en compte les aspirations des peuples qu’elle est belle et bonne !  Les historiens, journalistes et analystes de tout poil qui ont montré que le pétrole libyen était un argument de poids pour se défaire d’un dirigeant trop peu soumis aux desiderata américains doivent avoir des envies de meurtre ! Mais monsieur Juppé n’en a cure : bouffi d’orgueil, il se flatte d’être celui qui a obtenu le vote du Conseil de Sécurité aux Nations Unies !
Bon appétit, monsieur Juppé ! O ministre intègre ! O conseiller vertueux, voilà votre façon de servir, serviteur qui pillez la maison France ! 
Alain Juppé  trahit la France et pille notre héritage. Tout notre héritage.
D’abord l’héritage gaulliste, en subordonnant la France aux Etats-Unis au point d’envoyer nos jeunes soldats se faire tuer pour les beaux yeux d’Obama ! Adieu souveraineté et indépendance !
Ensuite l’héritage occidental, lié à notre héritage grec, celui de la démocratie. Ce ne sont pas les desiderata des peuples que la France soutient en Libye ou en Egypte,  mais des révolutions orchestrées par les Américains et/ou par les islamistes. Révolutions qui sont en train d’aboutir à des républiques islamistes. C’est terrible mais c’est la réalité. Qui plus est, Alain Juppé ose cette phrase inoubliable pour qui a vu le vote des Français contre le TCE en 2005 et la ratification du Traité de Lisbonne en 2008 par les séides de Juppé-Aubry : « Nous pensons que les peuples doivent être pris en considération« . Les peuples arabes sans doute, mais pas le peuple français, qui n’a pas de pétrole et qui est sans doute trop con  pour savoir ce qui est bon comme lui, comme le répète l’allié européiste des Juppé-Aubry, Daniel Cohn-Bendit ! 
Enfin l’héritage des Lumières, qui a fait de la France le symbole de la liberté dans le monde entier, remis en cause par quelqu’un qui ose affirmer que « considérer l’islam comme un danger en soi nous amènera aux pires catastrophes » en ajoutant, sans se troubler, « qu’il ne faut pas accepter le refus par l’islam de règles pour nous non négociables, la démocratie, la liberté, le droit à l’alternance politique« . C’est lui qui le dit.  Et il ajoute « ce qui nous menace c’est l’islamisme, pas l’islam en tant que religion qui mérite d’être respectée » (oubliant que quelques minutes auparavant il avait minimisé l’islamisme, accusant les Français (et seulement eux ! ) de lui donner une connotation péjorative  « Le mot islamiste a une connotation péjorative en français« . Quels imbéciles ces Français de considérer que le terrorisme, la lapidation des femmes, l’interdiction de l’instruction des femmes et autres joyeusetés ce serait condamnable ! Est-il vraisemblable qu’un Juppé ignore que le coran refuse explicitement la démocratie et qu’en islam rien n’est négociable ? Est-il vraisemblable  qu’il ne sache pas que les musulmans croient dur comme fer que c’est Allah qui leur a interdit l’égalité homme-femme et le droit au blasphème et leur impose de tuer les juifs, les homosexuels et les mécréants  ?   
Alors,  Juppé est-il un imbécile ou bien nous considère-t-il comme des imbéciles ? C’est bien sûr la deuxième question qui est la bonne. Îl sait. Il ne peut pas ne pas savoir. Il dit clairement « nous devons avoir avec l’islam un vrai dialogue chaque fois que l’islam est compatible avec la   démocratie« . Et dans quel pays musulman, au cours de ses nombreux voyages outre-Méditerranée, a-t-il trouvé une démocratie ?  Zemmour lui a habilement rappelé que les pays ayant vécu la « révolution arabe » voyaient les islamistes y prendre des positions importantes. Qu’à cela ne tienne puisque Juppé n’a pas eu peur de dire « Ne stigmatisons pas a priori tous ceux qui se qualifient d’islamistes…  »
 Croit-il que le peuple français se laissera tromper par son numéro, par ses efforts pour détourner les questions embarrassantes : « Je ne comprends pas bien, je suis un peu largué » et par ses mensonges délibérés ?
 
Monsieur Juppé veut nous faire peur en agitant le spectre des émeutes et de l’approvionnement en pétrole, ce qu’il appelle « les pires catastrophes ». Pour éviter ces maux possibles, voire probables, qui auront lieu de toutes façons, tôt ou tard, puisque l’islam porte en lui-même une volonté de conquête et de soumission des hommes, il préfère nous ligoter et nous imposer peu à peu la loi islamique, ravi, sans doute, de faire disparaître notre souveraineté, notre indépendance, notre démocratie, la liberté de penser et de s’exprimer… alain Juppé ferait bien de méditer ces paroles de Churchill après Munich : « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous aurez le déshonneur et vous aurez la guerre. »
 A moins qu’il n’ait suivi un stage avec son imam préféré, Tareq Obrou, à qui il veut offrir une mosquée cathédrale, bien que ce dernier, affirme sans se troubler, en communautariste sans vergogne convaincu de la supériorité des musulmans et de leur loi que « la politique des musulmans ce n’est pas la politique des autres. La politique des autres est construite sur le mensonge » ? 
 Christine Tasin
Résistance républicaine

image_pdfimage_print