1

Juppé veut bien lécher les babouches d’Oubrou, mais pas celles de Ramadan

Juppé-ObrouAlain Juppé n’est pas content : « Tariq Ramadan n’est pas le bienvenu à Bordeaux ». En cause ? « Ses positions sur un certain nombre de sujets fondamentaux […] », et sur son peu d’enthousiasme à condamner de façon «  claire, nette et forte les auteurs des attentats qui se succèdent, hélas ».

On ne présente plus Tariq Ramadan, le petit-fils d’Hassan el Banna, le fondateur des Frères musulmans, reconnue officiellement comme une organisation terroriste. Un Tariq Ramadan qui suggérait tout simplement « un moratoire » sur la lapidation des femmes ; qui tient des propos « ambigus  et dangereux » sur la laïcité, sur les hommes et les femmes et l’égalité […]. Pas question, pour Alain Juppé, le favori des sondages pour la présidentielle de 2017, de laisser accroire son adhésion à des idées aussi antirépublicaines.

Une conférence qu’il n’a cependant pas « la capacité d’interdire […] dès lors qu’il n’y a pas de présomption forte de trouble à l’ordre public ». Juppé et la préfecture ont raison : les gens bien élevés ont une fâcheuse tendance à ne pas assez se mobiliser… Mieux : toujours selon le maire de Bordeaux, l’Etat veille au grain, et « si des propos tombaient sous le coup de la loi, bien entendu des poursuites seraient engagées ». Condamner mollement ou tergiverser sur les attentats islamistes est donc finalement permis… à condition de s’appeler Ramadan !

Alors, M. Juppé peut bien monter sur ses grands petits chevaux en pointant du doigt le Frère Tariq, il n’a, à notre connaissance, jamais relevé la réponse de Tareq Oubrou, membre de l’UOIF, elle-même proche des Frères musulmans, à Jean-Jacques Bourdin, le 16 novembre 2015, qui lui demandait si « les attentats n’ont rien à voir avec l’islam ». « Si !», répond-il sans hésitation, « Daech applique le droit canon du Moyen-Age […]. Toutes les facultés de théologie enseignent ce que Daesch est en train d’appliquer». Et de préciser que « le salafisme, c’est le prélèvement scripturaire sans doctrine ». En clair, les terroristes islamistes suivent le Coran à la lettre.

Mais M. Juppé, se voyant déjà en haut des marches du Palais, préfère jeter en pâture un Tariq Ramadan très médiatisé et surtout collégialement controversé, plutôt qu’un obscur Tareq Oubrou, recteur de la Grande Mosquée de Bordeaux, qui enseigne que « le Califat est une obligation, le symbole de la réunion et de la force de tous les musulmans ». Tareq Oubrou recevra des mains de Juppé, en 2014, la Légion d’honneur… un détail, sans doute.

Cependant, pour la mairie de Bordeaux, c’est « la venue de Tariq Ramadan » qui «  pose un véritable problème moral […] », écrit une adjointe sur le huffington post… Bordeaux, qui se targue de sa « tradition tolérante », affligée et attristée par l’accueil fait à un « prédicateur fondamentaliste », déplore une élue PS, quand il se nomme Ramadan mais qui ne trouve rien à redire quand il s’agit d’un autre de même acabit. C’est cocasse, tout de même, pour une conférence s’intitulant Les clés du vivre-ensemble !

Avec Juppé président, les attentats ne se succéderont plus, c’est sûr ?

Caroline Artus

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/alain-jupp%C3%A9-soppose-%C3%A0-la-venue-de-tariq-ramadan-%C3%A0-bordeaux/ar-BBqULQL

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/attaques-a-paris-tareq-oubrou-et-gilles-kepel-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-695555.html à partir de 10 minutes 30 repris par :

http://larealiteenface.overblog.com/2015/11/le-frere-musulman-tareq-oubrou-imam-de-la-grande-mosquee-de-bordeaux-daech-applique-la-theologie-musulmane-enseignee-dans-toutes-les

http://www.huffingtonpost.fr/virginie-calmels/tariq-ramadan-bordeaux-conference-attentats_b_9538564.html?utm_hp_ref=france

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2016/01/Oubrou.jpeg