Jusqu’au bout, les plumitifs du Canard auront dégueulé sur Trump

Dans le dégueulis permanent qui a frappé Donald Trump dans les médias, français comme américains, pendant quatre années, Le Canard Enchaîné n’aura pas donné sa part aux chiens.

La preuve, ce dernier article, paru le 6 janvier, tout aussi crapuleux que les centaines qui ont été consacrés à Donald Trump, cible préféré du Palmipède, qui, de temps en temps, choisit de baver également sur Viktor Orban, Vladimir Poutine, Marine Le Pen, Jaïr Bolsonaro ou bien Éric Zemmour. Bref, que des salopards qui ont le tort d’aimer leur pays, de souhaiter le protéger par des frontières, et de ne pas déborder de tendresse pour les barbus et les voilées. Donc, de ne pas rouler pour le nouvel Ordre mondial, dans lequel se vautrent chaque mercredi ces faux rebelles d’un conformisme intellectuel consternant, par ailleurs lèche-babouches de compétition, ce qui fait désordre pour de prétendus cléricaux.

Qu’est-il reproché à Donald Trump ? D’abord de contester une fraude qui, selon ces journaleux, n’existerait que dans son esprit. Je ne sais pas s’ils sont sincères, et dans ce cas, il faut qu’ils changent de métier, car ils ne sont pas très curieux, ou s’ils mentent délibérément, ce qui transformerait ces plumitifs en agents de propagande. Peut-être un peu des deux, en y ajoutant un brin de paresse. Je leur fais donc suivre quelques exemples de fraudes massives, qui ont privé Donald Trump d’une victoire éclatante.

https://ripostelaique.com/400-officiers-du-renseignement-vont-traquer-les-fraudes-de-biden.html

Donc, devant ces supporters (chose que Biden n’a jamais eu dans ses meetings, mais là encore les lecteurs du Canard n’en sauront rien) il a osé affirmer qu’il refusait qu’on vole la victoire du peuple américain, et donc la sienne. Il a osé dire qu’il fallait gagner les deux postes de sénateurs de la Géorgie, « pour sauver l’Amérique telles que nous l’aimons ». Là encore, le lecteur ne saura pas que la victoire des démocrates (aidée par quelques fraudes de dernière minute) donnera le Sénat à Biden, sans le moindre contre-pouvoir. Bien évidemment, le nommé D.F. (on suppose que c’est David Fontaine) ne sera pas ému qu’on ait mis Trump sur écoute, lors d’un entretien téléphonique où il demandait à un élu républicain de faire son travail, et de prouver les fraudes, mais il fera passer le président des États-Unis pour un homme cherchant à tricher, sans vergogne. L’inversion accusatoire dans toute sa splendeur, quand on sait que les États républicains ne souffrent jamais de la moindre contestation, et qu’on y vote en présentant ses papiers, ce qui n’est pas le cas dans les États démocrates (ce que les lecteurs ne sauront pas davantage).

Et bien sûr, ce torchon de David Fontaine se termine par un scénario où Donald Trump serait prêt à appeler l’armée pour sauver son poste par tous les moyens, oubliant juste de préciser qu’il a été victime d’un hold-up électoral.

On attend donc la semaine prochaine avec impatience pour lire les prochaines Canarderies sur la journée de mercredi, avec la vision objective habituelle de ces collabos.

Le 20 janvier prochain, sauf coup de théâtre de dernière minute, Donald Trump ne sera donc plus président des États-Unis. Mais il leur restera quand même Éric Zemmour, dont les propos sur CNews, en page une, sont qualifiés rien de moins de sorties fachos et racistes par un nommé C.N. (sans doute Christophe Nobili) ! Avec naturellement la fameuse phrase d’Éric sur les mineurs isolés, en oubliant qu’il repris la parole ensuite pour préciser sa pensée.

On devine que le Palmipède est prêt à se joindre aux pétitions de ses confrères pour priver le journaliste du Figaro d’emploi. De même, on devine que les mesures de censure (shadow baning) exercées par Google et YouTube contre notre site, qualifié d’extrême droite, ne les dérangent pas trop, pas davantage que le fait que le président des États-Unis soit censuré par les médias américains et par les réseaux sociaux. Notre fondateur, Pierre Cassen, dans cette vidéo, publiée en avril, expliquait fort bien cela.

Le Canard Enchaîné est donc un hebdo qui se veut libertaire, qui est contre la censure… sauf quand elle concerne ceux qui ne pensent pas comme lui.

Martine Chapouton

image_pdf
0
0

10 Commentaires

  1. La plupart des observateurs n’ont guère compris et c’est la fin des démocrates qui est ultra proche ! ! ! !
    Aujourd’hui ou demain au plus tard va s’ouvrir le site :
    RADIOQUEBEC.TV

  2.  » eh Oui Martine , ainsi va la vje chez les pseudo-patriotes de même que les supports et autre blog socialo gauchiste auquel vous faites appel pour mettre vos feuillets en ligne .  » Mettre son n’intelligence pour des faux-culs est une perte de temps  » ciao bella KC

  3. Mais tout le monde se fout des vomissures de ce torchon à gauchiasses. Le meilleur moyen pour faire crever cet immondice, c’est de ne pas l’acheter. L’attaque au portefeuille est la plus efficace qui soit.

  4. Je n’achete pas ce torchon , journal subventioné ,heureusement sinon ils seraient tous au chomage la dedans

  5. Canard enchaîné par qui ? on ne voit pas , mais plutôt déchaîné envers Trump et tous les gens sensés et patriotes..Mais au fait, le canard est plutôt un gibier, pas un prédateur…Il porte aussi mal son nom que  » les insoumis « …

  6. Le Canard enchaîné a rejoint L’Immonde et L’Aberration dans les journaux qu’il ne faut utiliser que dans les toilettes publiques !

  7. il n’en reste pas moins vrai que le canard est le seul média papier à vivre de l’achat par ses lecteurs
    si les gaulois réfractaires ne le lisaient pas…

  8. Si la grippe aviaire pouvait toucher le  » Connard Enchaîné  » je reprendrais un bout de  » Cochon Déchaïné  » et le coup de pif qui s’ impose !
    ( Rhâââ nan, pas Pif le chien, l’aut’, celui de Bourgogne….).

Les commentaires sont fermés.