Justice : La gifle de Cousolre et le procureur Beffy, symboles de l’inversion des valeurs

Publié le 1 mars 2012 - par - 2 265 vues
Traduire la page en :

L’association Institut pour la Justice, qui lutte avec courage contre l’inversion des valeurs dans le judiciaire, vient de publier une présentation de l’affaire de la gifle de Cousolre, avec notamment l’incroyable réquisitoire du procureur Bernard Beffy.

http://petitions.institutpourlajustice.com/maire_cousolre/petition.html

Cette présentation est assortie d’une pétition de soutien que je viens d’ailleurs de signer moi-même et que j’ai transmise à tous mes amis et aux adhérents de Résistance Républicaine Bourgogne. Elle est à consommer et à signer sans modération.

http://petitions.institutpourlajustice.com/maire_cousolre/

Autre info importante : le coût annuel des crimes et délits en France

Par ailleurs, info plus généraliste mais extrêmement précieuse, l’Institut pour la Justice vient de publier un chiffrage du coût annuel de la délinquance et du crime en France, effectué par M. Jacques Bichot, économiste : le verdict est sans appel, il s’agit de :

150 MILLIARDS D’EUROS ANNUELS !!!

Quand on songe que l’inversion des valeurs – c’est-à-dire l’impunité des coupables et l’inversion accusatoire contre les victimes –  entretient la délinquance et le crime au lieu de l’enrayer, je laisse à des économistes plus savants que moi, le soin d’analyser combien coûte la justice française, et les conséquences de l’inversion des valeurs dans la justice française, au contribuable. Je crois qu’il suffit additionner le coût des crimes et délits à celui des salaires des magistrats formé à l’école de l’angélo-invertisme.

http://www.institutpourlajustice.com/nos-communiques/nos-communiques-de-presse/le-cout-du-crime-et-de-la-delinquance-pour-la-societe-francaise-150-milliards-d-euros-annuels

Jacques Philarcheïn

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi