1

Justice pour Axelle et pour le détenu violé par Traoré !

Acrimed : « Pour paraphraser La Fontaine, selon que vous serez puissant (médiatiquement) ou misérable, les usages de la caste médiatique (racialiste de la gauchosphère) vous rendront blanc ou Noir…

Justice pour Axelle, Justice pour le détenu violé par Adama, la gauchosphère met en scène l’ultra-droite qui lui convient ! Atlantico.fr : « Justice pour Axelle : est-il encore temps d’éviter la guerre civile ? La mort d’Axelle Dorier, aide soignante (tuée) par deux (voyous) lors d’une course automobile dans le centre-ville de Lyon, est devenue l’occasion de réclamer justice ! La société française est-elle au bord de la guerre civile ?

Frédéric Mas : « La spirale de la violence ne pourra s’enrayer que par une prise de conscience des pouvoirs publics, qui depuis des années négligent une mission essentielle, la protection des citoyens. Ici, c’est l’ensauvagement d’une partie de la délinquance qui est pointé du doigt ! On reproche à la justice de faillir à sa mission par laxisme. La violence de la mort d’Axelle Dorier a suscité une émotion légitime dans la population.

« Comment se fait-il que les médias (collabos) et les politiques se penchent sur l’Affaire Traoré et que personne ne bouge pour « Justice pour Axelle » ? Comment se fait-il (que les médias collabos) glorifient Assa Traoré et qu’on laisse des chauffeurs de bus ou des promeneurs se faire tuer ? Il y a une différence énorme entre l’affaire Traoré et l’affaire Axelle Dorier ? Autant l’affaire Traoré a bénéficié d’une couverture médiatique et politique extrêmement large et bienveillante, autant l’affaire Axelle Dorier est (niée ou minimisée) par une classe médiatique et politique qui d’ordinaire occulte la violence quotidienne que subit la France d’en bas !

« D’un côté, nous avons une cause portée par des entrepreneurs identitaires organisés qui ont l’oreille du pouvoir et des médias, de l’autre, une cause qui pour l’instant n’est portée par aucune organisation.

« Le combat médiatique et politique identitaire des Traoré est bien mieux organisé et mieux relayé par le monde politico-médiatique que « Justice pour Axelle » et la violence ordinaire. « Justice pour Axelle » tuée par deux chauffards issus de l’immigration : les réseaux sociaux réagissent vivement. La droite et l’extrême droite s’emparent de « Justice pour Axelle » pour mettre l’immigration et l’insécurité sur la scène publique, médiatique et politique. Les politiques et les médias ont une responsabilité dans la radicalisation de l’opinion publique !

On se souvient de Hollande se penchant au chevet de Théo victime de violences policières, ce qui s’est révélé après enquête ne pas être si victime que ça. La responsabilité des médias et des politiques dans la radicalisation de l’opinion publique, comme Hollande à la télé pour Théo, est une réalité partisane minorant l’expérience de la France périphérique confrontée habituellement à la violence de l’immigration, cette ultra-violence avec laquelle les Français vont devoir apprendre à vivre (selon les médias collabos : sic !)

Le Point : Axelle Dorier fauchée par une voiture : l’avocate critique Darmanin d’avoir parlé de meurtre ! Ben voyons ! Quand on dépasse les bornes, y a plus de limites ! L’avocate a dénoncé une récupération politique : « Il est regrettable que, moins de 48 heures après les faits, l’affaire ait fait l’objet d’une récupération par l’extrême droite sur les réseaux dans le but d’alimenter un climat de haine ! » « Quel niveau de barbarie faut-il atteindre pour que le peuple français dise stop à cet ensauvagement de notre société ?

« Combien de policiers, gendarmes, conducteurs de bus, jeunes filles ou jeunes garçons massacrés faut-il encore ? » a tweeté Marine Le Pen sur cette affaire. « Nous espérons tous que les personnes qui sont responsables de ce meurtre soient rapidement sanctionnées et châtiées », a déclaré le ministre de l’Intérieur devant les députés. « Et en même temps », le chauffeur de bus agressé et tué à Bayonne a été la victime d’incivilités ! Dans les deux cas, il s’agit des faits qualifiés de violences volontaires ayant entraîné la mort !

Le Point : « Axelle Dorier participait à une fête d’anniversaire dans la nuit du 18 au 19 juillet, avant de trouver la mort, violemment percutée par une voiture. Un différend oppose plusieurs automobilistes au groupe de jeunes qui assistaient à la fête, ces derniers reprochant au conducteur de l’une des voitures d’avoir heurté le chien d’un jeune homme. C’est la jeune Axelle, 23 ans, une aide-soignante originaire de Francheville, qui tenait l’animal en laisse. Selon nos informations, les amis s’en sont alors pris à la voiture du conducteur responsable de l’accident. Alors que l’ambiance se crispe, le conducteur de la Golf accélère pour prendre la fuite, mais il est bloqué dans une impasse, l’obligeant à faire demi-tour pour se retrouver de nouveau face à Axelle Dorier, qui lui fait signe de s’arrêter : Le corps d’Axelle est alors traîné sur près d’un kilomètre !

Selon l’enquête de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Lyon, le conducteur l’aurait sciemment renversée, provoquant sa chute. Le corps de la jeune femme sera retrouvé à plus de 800 mètres du lieu du choc. Axelle Dorier a été traînée par le véhicule sur près d’un kilomètre, jusqu’à la place des Minimes. Axelle Dorier a également perdu un membre ! Les voitures ont ensuite pris la fuite. Ben voyons !

Sur les réseaux sociaux, la mort de la jeune femme a suscité une vive émotion. Les responsables de la mort d’Axelle ne doivent pas faire oublier le chauffeur de bus agressé et tué par des racailles à Bayonne !

Le hashtag #JusticePourAxelle a été partagé des dizaines de milliers de fois et les controversés #LaRacailleTue ou #OnVeutLesNoms. Anonymes et politiques plutôt à droite de l’échiquier se sont indignés des circonstances dans lesquelles la jeune femme a été tuée : « Notre pays sombre dans une violence quotidienne de plus en plus insupportable« , a indiqué Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes.

Atlantico : « #Justice pour l’homme qui a été violé par Adama Traoré » On savait qu’Adama Traoré était un délinquant. Qu’il se livrait au trafic de drogue. Qu’il était violent quand des policiers venaient l’interpeller.

« Qu’il avait fait de la prison. Nous on savait. Mais « #Justice pour Adama » dont il est le héros ne voulait pas savoir. C’est pourquoi « #Justice pour Adama » ignorera la décision de la Commission pour l’indemnisation des victimes (Civi). Cet organisme a statué sur le cas du co-détenu qui accuse Adama de l’avoir violé. Constatant le préjudice subi, elle lui a alloué une indemnité de 150.000 euros. Tels sont les faits !

À plusieurs reprises Adama Traoré l’a contraint à des fellations en le menaçant de lui crever les yeux avec une fourchette. Le malheureux s’est exécuté. Il en a parlé aux gardiens de la prison qui l’ont mis à l’isolement dans un autre bâtiment. Ceci afin de lui éviter de nouvelles agressions de la part d’Adama Traoré. Et sans doute pour le soustraire à la vengeance des autres prisonniers qui n’aiment pas les « donneuses ». !!! Il en a parlé en pleurant à sa mère la suppliant de ne pas déposer plainte par crainte de représailles.

« La Commission précise qu’elle n’a aucun pouvoir juridique. Elle se contente de constater une infraction et d’indemniser la victime. Et quand il y a une victime, il doit bien y avoir un coupable, non ?

« Adama Traoré, délinquant multirécidiviste de son vivant, est devenu un héros après sa mort. Il y a une fresque à sa gloire dans la commune de Stains. Certains, écoeurés, la taguent. Ils peuvent faire mieux : y ajouter une fourchette et un appendice dont Adama Traoré s’est si bien servi en prison.

Résistance républicaine : « Affaire Adama : Rokhaya persiste, Twitter se ridiculise en censurant les fourchettes, Zineb résiste ! Adama violeur, qui menaçait un codétenu avec une fourchette pour le contraindre au viol ! En trois Tweets tout est dit ! Le fanatisme de Rokhaya Diallo défend l’indéfendable : « Je réitère mon soutien au comité @laveritepradama. Justifier des violences policières du fait du profil et actes présumés des victimes revient à réclamer le rétablissement de la peine de mort. Dans un pays de droit, les actes illégaux sont jugés et sanctionnés par des tribunaux ». Rokhaya Diallo (@RokhayaDiallo) July 23, 2020.

Le bêtise de la multinationale collabo adepte de la dictature du politiquement correct : On a peine à croire à la soumission de Twitter qui a supprimé l’émoji #fourchette pour « ne pas être l’exutoire de l’extrême droite« . La perle au milieu de l’ordure, le courage de Zineb : les hashtags #AdamaVioleur #adamalevioleur #AdamaPointeur et #fourchette sont en tendance ! Twitter, #AssaTraore écoule le stock de teeshirts bientôt invendable dans un pique-nique-vente. La #VeritePourAdama : un criminel. pic.twitter.com/ktvVSGtOwg Zineb El Rhazoui (@ZinebElRhazoui) July 23, 2020. « Et en même temps », l’extrême-gauche, hystérique, islamiste, racialiste, veut défendre un tel individu et la culture du viol devenue acceptable, défendable même

Résistance républicaine, François des Groux : « Sans un mot pour Axelle la gauche ultra dénonce le hashtag « On veut les noms » ! Suite à la tuerie de Lyon où Axelle Dorier est morte écrasée et déchiquetée par les racailles habituelles (Youcef T. et Mohamed Y.), l’avocate du suspect dénonce la qualification de meurtre !

La gauchosphère en folie : anti-k : « #OnVeutLesNoms, l’extrême-droite instrumentalise des (meurtres) à des fins racistes. L’extrême-droite utilise des (meurtres) au service de campagnes racistes et sécuritaires.

La gauchosphère en folie : « L’offensive s’inscrit dans une volonté de contre-balancer le mouvement anti-raciste en France et dont les pressions visent à imposer des mesures sécuritaires et xénophobes.

La gauchosphère en folie : « La fachosphère, animée par l’extrême-droite et la droite réactionnaire, multiplie les campagnes instrumentalisant des (meurtres) à des fins racistes. Les (meurtres) d’Axelle Dorier, de Philippe Monguillot et de Mélanie Lemée ont été associés sur les réseaux sociaux par l’extrême-droite et érigés en symboles. Surfant sur l’émotion légitime suscitée par ces affaires, l’extrême-droite tente de répandre l’idée d’une guerre ethnique à l’œuvre en France et en profitent pour crier sa haine de l’anti-racisme.

La gauchosphère en folie : « Justice Pour Axelle : l’instrumentalisation du (meurtre) de Axelle Dorier, une aide-soignante lyonnaise (écrasée volontairement) par une voiture, est un cas d’école des campagnes de l’extrême-droite sur les réseaux sociaux. Auditionné par la police : le conducteur a paniqué et pris la fuite. La fachosphère s’est emparée de ce (meurtre) pour le transformer en une campagne raciste.

La gauchosphère en folie : « Réclamant les noms des accusés, d’origine maghrébine, les Tweets se multiplient pour transformer ce (meurtre) en symbole d’une criminalité endémique des personnes racisées envers les Blancs. En tronquant les faits, et en orientant leur présentation, l’extrême-droite entend présenter l’affaire comme un meurtre perpétré volontairement par des jeunes d’origine maghrébine.

La gauchosphère en folie : « Meurtre d’Axelle à Lyon : les accusés s’appellent Youcef T. et Mohamed Y. n’a ainsi pas hésité à titrer Valeurs Actuelles, laissant entendre que la mort d’Axelle serait intentionnelle, et qu’elle aurait à voir avec les origines des automobilistes dans une opération purement et simplement raciste.

La gauchosphère en folie : « Les hashtag #JusticePourAxelle et #OnVeutLesNoms ont été propagés par des comptes d’extrême-droite, de Florian Philippot, qui a appelé à nettoyer la France de cette racaille, à Marine Le Pen. Traînée sur 800 mètres. Massacrée. Oui #OnVeutLesNoms et on veut nettoyer la France de cette racaille.#JusticePourAxelle pic.twitter.com/nQfuoyaV5p Florian Philippot (@f_philippot) July 20, 2020.

La gauchosphère en folie : « Jean Messiha du Rassemblement national s’est illustré par plusieurs Tweets sur l’affaire d’Axelle exigeant le nom des assassins : « Ce sont bien des racailles de cités » n’a pas hésité à affirmer Jean Messiha fustigeant le silence et le traitement médiatique fait à l’affaire : « Les noms des assassins volontairement dissimulés par les médias, et l’affaire traitée comme un simple fait divers. »

Axelle Dorier fauchée par une voiture : Darmanin a eu raison d’avoir parlé de meurtre !

C’est dire si tout cela est fait par l’immigrationiste-Macron-le-petit, avec le plus grand sérieux !

Que peut-on attendre de ces gens-là, ces nantis et ces repus qui ne font rien contre la criminalité des jeunes d’origine maghrébine, et de Macron gay-friendly incompétent, mystificateur, lâche et manipulateur ?

La France des ronds-points brûle et pas seulement avec ses églises.

Comme le dit si bien h16 : Ce pays est foutu !

Assurément, tout ça va mal finir !

Thierry Michaud-Nérard