Justice Taubira : Najeb écrase et tue un motard, ne s’arrête pas, et n’écope que de 18 mois de prison ferme !

Publié le 24 mai 2013 - par - 3 987 vues
Share

Pourtant, il me semblait bien que la vie est notre bien le plus précieux. Apparemment cela ne semble pas avoir traversé l’esprit de Najeh E.  La semaine dernière après avoir percuté de plein fouet au volant de de son Opel Vectra la moto d’un journaliste de Var-Matin âgé de 42 ans et père de deux enfants de 9 et 20 ans, il est tranquillement rentré chez lui, ayant certainement des choses plus importantes à faire que d’arrêter son véhicule pour prendre ses responsabilités dans un banal accident de la circulation.

Dans le Coran,  on ne peut rien contre son destin. Mektoub !! C’est toujours « Dieu » qui décide. Peut-être est-ce le « raisonnement » qu’a eu Najeh E.,  en ne daignant pas s’arrêter après avoir expédié au cimetière un pauvre innocent journaliste de Var-Matin qui rentrait à la maison sur sa moto après avoir terminé sa journée de travail.

Peut-être était-ce aussi une circonstance atténuante pour la présidente du tribunal correctionnel de Toulon qui a rendu un jugement plein de clémence pour le brave Najeh E. en ne le condamnant qu’ à une peine de 3 ans de prison dont la moitié avec sursis alors que le parquet avait requis quatre ans d’emprisonnement signifiant à Najeh E. et ses passagers qu’ils «  ne s’étaient pas comporter, le jour de l’accident, comme des êtres humains » .

Le trio de fuyards ne sera retrouvé que deux jours plus tard par une patrouille de police à quelques centaines du lieu du drame,  fortement alcoolisés.  Le test sanguin revèlera également que Najeh E. avait consommé une bonne dose de cannabis.  Message à faire passer à Jean-Marc Ayrault : vite une salle de shoot pour qu’il continue !! Pour le gouvernement aux commandes du pays, c’est l’avenir. On est moderne ou on le l’est pas.

Ce n’est que du bout des lèvres que Najeh E.  et ses deux passagers ont exprimé leurs excuses, assurant ne pas avoir mesuré la gravité de la situation. Cannabis, quand tu nous tiens !!

Le jour de son procès, Najeb E., après avoir tué un père de famille, ne s’est même pas fatigué pour rejoindre la salle d’audience, préférant fumer sa clope sur les marches du palais de justice au moment du délibéré.

Aux dernières nouvelles, il a quand même fait l’objet d’un mandat d’arrêt à l’audience. S’il calcule bien et Najeh E. est sans doute très fort pour cela, avec les remises de peine dans moins d’un an il sera dehors, cependant que deux enfants de 9 et 20 ans eux sont condamnés à vie de ne revoir leur père qu’en gravure sur une tombe du cimetière.

Huineng

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.