Les djihadistes, pompes à fric pour Dounia Bouzar

De 1981 a 1983 on a eu un ministre du « Temps libre », maintenant on a un ministère de « L’égalité réelle ». Encore un bidule coûteux qui, à part faire sourire, ne sert à rien. A quand le ministère de la longueur des tuyaux d’aspirateur ou encore celui de la communication avec les extra-terrestres. En fait pour Hollande, il s’agissait de placer des amis ou de possibles concurrents, peut importe le coût engendré. Ceci est la partie émergée de l’iceberg, dans les strates inférieures on trouve un peu de tout, surtout de l’inutile et encore une fois du coûteux. Par exemple qui connait le CPDSI ? Personne ou presque. Ce gadget est le Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l’Islam. Cette association créée en avril 2014 est animée par Dounia Bouzar avec une dotation de l’état d’environ 600.000 euros par an pour aider les cellules anti-radicalisation des préfectures. Bref au vu des résultats obtenus, ne serait ce qu’au Bataclan, ça fait cher la brebis égarée du coté d’Alep qui nous revient avec ceinture d’explosif.

dounia
Justement; quels sont les résultats précis, le mode opératoire, les outils et la fine équipe de ce machin ? D’entrée de jeu, cette chère Dounia affirme que les résultats sont difficiles à évaluer. Mettre 600.000 euros dans un bidule dont on ne sait pas s’il fonctionne, c’est un peu inquiétant en période de vache maigre. En fait, cette association grassement payée, est un groupe de 7 personnes qui constituent la cellule mobile de desembrigadement. Elle s’appuie sur un centre d’appel du ministère de l’intérieur avec un numéro vert qui a reçu 4300 appels pertinents, 1500 jeunes sous prévention (par qui et comment ?) et 600 familles accompagnées (mais par d’autres associations). L’idée d’un numéro vert est l’outil principal, le deuxième est un site internet qui… présente un lien vers un site commercial… qui vend les ouvrages de miss Dounia. Côté fine équipe on y retrouve une des filles de Dounia. Bref petite affaire de famille et commerce juteux.
Voici ce que l’on trouve sur le site de la PDSI:

Achetez les derniers ouvrages de Dounia BOUZAR :

« COMMENT SORTIR DE L’EMPRISE DJIHADISTE  » , juin 2015, les éditions de l’atelier.

« ILS CHERCHENT LE PARADIS, ILS ONT TROUVÉ L’ENFER » , octobre 2014, les éditions de l’atelier.

« DÉSAMORCER L’ISLAM RADICAL : Ces dérives sectaires qui défigurent l’islam », janvier 2014, les éditions de l’atelier.

Les petites affaires de famille ne s’arrête pas là, l’autre fille de Dounia est responsable d’une entreprise « Bouzar Expertise ». Cette boutique vend des prestations de formation à des collectivité susceptibles de travailler avec le CPDSI. Formidable conflit d’intérêt, le réseau Bouzar fonctionne, et ponctionne, à merveille. Le réseau s’est enfin fait prendre la main dans le pot de confiture et l’état arrête sa collaboration en avril 2016. Pour sortir la tête haute de ce bourbier l’anthropologue, Dounia Bouzar affirme arrêter sous prétexte que  « faire croire aux Français que la déchéance de la nationalité sera un symbole pour lutter contre Daech est une réponse déconnectée de la réalité ». Ce n’est pas faux, mais quel beau prétexte pour camoufler un petit commerce plus que douteux.
bouzarexpNul doute qu’un autre pompeur de sang prendra sa place. Au fait c’est quoi un anthropologue ? C’est un spécialiste de l’étude des caractères anatomiques et biologiques de l’homme. Et quel est le rapport avec la radicalisation ? Le chèque à la fin du mois.

Philippe Legrand

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. Merci Monsieur Legrand, pour ces informations, et pour votre humour !
    Je constate que le doctorat de Madame Bouzar ne l’empêche pas de faire des fautes dans sa carte de visite (spécialiste du faitE religieux).
    Sa fille, malgré son diplôme de juriste, est spécialiste SUR la lutte contre les discriminations.
    Quelles chances pour la France !
    Que ferions-nous sans cet enrichissement ?
    Pauvre France…

    • quand est-ce-qu’elle enlèvera son foulard ? à ce moment-là on pourra croire aux titres de ces « ouvrages »

  2. Merci pour ce « généreux » article sur la famille Bouzar Expertises, moi qui souffre à chaque ouverture de mon courrier du ministère des Finances. Je cherchais depuis longtemps à savoir où passe mes « généreuses » contributions à l’effort national, maintenant je sais.
    Bravo à EVA pour ses corrections orthographiques et vous deux pour votre humour.

  3. Je lui ai envoyé ma candidature pour travailler sans son association en tant que docteur en théologie et sciences religieuses; je maîtrise le sujet sur le fait religieux et la résolution des conflits religieux; je suis éthicien de formation, mais elle ne m’a jamais répondu! Tout est opaque dans cette Association: c’est une affaire de famille…Ainsi va la France! Chacun y trouve son compte…

  4. Les suceuses de fric, cela vous étonne ? La gayet, suceuse de qui l’on sait, qui met ses petites amies dans les petits papiers du président normal ? Tout es bon dans le cochon, pardon dans les petites magouilles, de ce gouvernement qui est tellement nul qu’il est prêt de nous faire prendre du lard pour cochon. La bouzar ne fait que bouffer dans la gamelle de la socialie. Ali Juppé mange bien dans la main d’Oubrou, il lui lèche les babouches sinon autre chose. La Hidalgo, le Delanoé et autres malfaisants sont à mettre dans le même panier. Anthropologue de mes deux sans aucun diplôme, mais n’est-ce pas la caractéristique de ce gouvernement de va-nus pieds.

Les commentaires sont fermés.