Kaouther Adimi doit tout à la France sur laquelle elle crache sa haine

J’ai été, tout d’abord, étonné de lire un article signé Enrique Florès, sur le quotidien national espagnol « EL PAIS », daté du 26 avril 2021 et traduit du français, concernant une jeune femme algérienne, Kaouther Adimi, née à Alger en 1986, arrivée en France, à Grenoble, en 1990, puis de retour dans son pays natal en 1994 et, enfin, installée à Paris depuis 2009.

Les sources de cet article ne sont pas précisées : est-ce la traduction d’un article paru sur un journal français ou une interview directe accordée à ce journaliste ? Je l’ignore.

Kaouther Adimi a eu la chance de bénéficier d’une éducation et d’une scolarisation française, ce qui lui a permis de se faire une petite réputation dans le milieu littéraire, puisqu’elle a été la lauréate du Prix Renaudot des lycéens en 2017 et du Prix littéraire de la vocation en 2011.

J’imaginais quelques remerciements à son pays d’adoption ! Quelle déception ! j’ai même été scandalisé par de telles affirmations mensongères et je me demande comment un quotidien aussi respectable que « El Païs » a pu autoriser l’un de ses journalistes à publier un tel article, de telles âneries, sans, pour le moins, se renseigner avant publication.

Bien entendu, compte tenu de son jeune âge, Kaouther Adimi n’a pas connu la guerre d’Algérie et elle se permet d’accuser la France uniquement sur certaines de ses lectures, ou sur ce qu’on a pu lui raconter.

Ainsi, par exemple, que dit-elle : « Pendant la guerre d’indépendance de nombreuses femmes ont été contraintes de retirer leur voile lors des cérémonies publiques ». 

Faux : dans les villes de l’Algérie, avant 1962, la majorité des jeunes femmes ne portaient plus de voile (de très nombreuses photos peuvent en témoigner) et celles qui le portaient, les ont « brûlés » publiquement pour s’en libérer, lors justement de certaines manifestations publiques, devant la presse et la télévision.

Sans aucune contrainte, bien au contraire.

Kaouther Adimi cite Franz Fanon (quelle référence !) « Un acte de violence et dans la plupart des cas elles remettaient le voile », alors qu’il se trouvait en Tunisie, depuis 1957, avec le FLN.

« Il s’agissait d’événements étranges auxquels participaient des militaires et des personnalités importantes. Des femmes voilées, recrutées pendant des semaines, arrivent presque en fanfare et, au milieu de longs discours sur l’importance de l’émancipation, brûlent leur voile sur la place publique. Photographes et journalistes sont là pour l’immortaliser, tandis que les militaires montent la garde.

Les épouses des généraux et des hauts dignitaires, avec leurs colliers de perles, leurs coiffures parfaites et leurs belles robes, sont toutes souriantes. Parmi eux, Bibiche, le surnom donné à la femme de Raoul Salan, l’instigateur du Mouvement.

Faux : mensonge éhonté. Madame Salan a effectivement participé à des mouvements de solidarité féminine, et non pas de libération. Elle s’intéressait surtout aux problèmes de santé, à l’alphabétisation des femmes musulmanes plus âgées (car, quand elles étaient enfants et adolescentes leurs parents les interdisaient de scolarisation) et, justement, à la scolarisation des enfants dans le bled.

« Des villages entiers bombardés au napalm, la misère, la faim, des écrivains expulsés d’Algérie qui se réfugiaient en France ». 

Faux : existe-t-il une seule photo d’un village algérien bombardé au napalm par l’armée française ?

Quels écrivains ont-ils été expulsés d’Algérie pour se réfugier en France ?

Kaouther Adimi se trompe d’époque, les écrivains qui fuient l’Algérie pour se réfugier à l’étranger, effectivement ils sont nombreux : Kamel Daoud, Yasmina Khadra, Boualem Sensal, Malek Chebel, etc. mais ils fuient l’Algérie indépendante et ce qu’elle est devenue.

La misère, la faim, c’est depuis un demi-siècle que les Algériens en sont victimes et certainement pas à l’époque de la colonisation, ni en ville, ni dans le bled.

« Pour devenir des citoyennes françaises à part entière, les femmes musulmanes devaient officiellement renoncer à leurs coutumes, leur foi et leur religion ».

Encore des mensonges : jamais la France n’a exigé que les musulmans renoncent à leur religion pour devenir « Français ». Ni pendant la colonisation, ni après, ni aujourd’hui !

Kaouther Adimi a puisé les témoignages auprès de personnalités parfaitement autorisées, par leur expérience du terrain : par exemple le Britannique Neil MacMaster : « La France a déplacé des villages entiers dans des baraquements dans lesquels vivaient principalement des femmes, les hommes ayant rejoint le maquis. Des lieux où la maladie l’emportait sur la vie et où les enfants et les nouveaux-nés étaient abandonnés et négligés. » 

Ce Britannique s’est trompé de colonisation, il citait très certainement la colonisation anglaise aux Indes. Si la population de certains villages, très exposés aux attaques du FLN, était déplacée, c’était avant tout afin que ne se renouvelle pas le massacre de Melouza (tout un village sacrifié, plus de 300 cadavres, femmes, enfants et vieillards.)

Également les témoignages d’une histoire brillamment racontée par Dorothée Myriam Kellou et des photographies prises par un dénommé Marc Garanger : « Qui photographiait des femmes « à qui on retirait de force leur voile, avec violence. Lui n’a vu que de la beauté, alors que « son commandant » les qualifiait de « monstres ». 

Kaouther Adimi a vécu en France pendant des années, avant de retourner en Algérie puis de revenir en France « où elle a vu son père se faire suivre dans les magasins « parce qu’il était arabe » ? (Surtout dans les années 90 ! À moins qu’il ne soit vêtu d’une « djellabah », et encore, je ne vois pas pour quelle raison « il aurait été suivi » !).

Quant à sa mère « elle s’est sentie « dégradée » dans les cafés » et c’est pour toutes ces raisons que Kaouther a redécouvert « la colère de son enfance » !

Donc, comme ses parents et ses grands-parents « elle dénonce, écrit et crie, dans l’espoir que son fils aura d’autres combats à mener. »

Pour conclusion de son article, Kaouther Adimi présente la pétition, signée par 250 000 personnalités, paraît-il, et parrainée par des artistes, des journalistes, des intellectuels, etc. qui demandent à Emmanuel Macron de « mettre fin aux violences contre les musulmans ».

C’est vraiment « se foutre du monde » car, jusqu’à ce jour, ce sont bien pratiquement « que des musulmans qui commettent ces violences, ces agressions, ces meurtres, non ? »

Parmi les signataires illustres nous découvrons : Pascal Blanchard, Rokhaya Diallo, Vikash Dhorasoo, Marwan Mohammed, Danièle Obono, Matt Pokora, Ludivine Sagnier, Maboula Saoumahoro et Omar Sy.

Voyons donc, Kaouther est algérienne, ses parents également. Qui l’oblige à vivre dans ce pays, la France, qu’elle hait à ce point ? Qui l’empêche de retourner vivre en Algérie, son pays ?

Bien des Français ne supportent plus de vivre dans cette France qu’ils ne reconnaissent plus et partent à l’étranger… et ils emportent leur peine car ils sont Français, alors que Kaouther Adimi ne l’est pas, et que de peine elle n’aura certainement pas à quitter ce pays, ni nous non plus, à la voir partir !

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

24 Commentaires

  1. Ecrivain, cette chose? Première nouvelle. J’ignorais jusqu’à maintenant que les maghrébins avaient un talent littéraire. La discrimination positive a dû passer par là et puis aussi, l’intervention discrète d’un prête-plume( pour ne pas prononcer le terme tabou de  » nègre »).
    J’aimerais bien connaître le nombre d’exemplaires vendus.

  2. mon mari né en Algérie en 1940 , me dit un jour « je n’ai jamais vu autant de femmes voilées ,il y en a plus qu’en Algérie !!!!!!!I Cette pétasse doit partir là bas c’est mieux !!!!!! et le boomerang va bientôt arriver : la valise ou le cercueil et qu’il arrive vite

  3. Encore une qui a trouvé un bon fond de commerce dans le dénigrement de la France, pays d’accueil alors que son propre pays est sans reproche.
    Vous dites que les femmes sous la colonisation n’étaient pas des citoyennes de seconde zone ainsi qu’elle l’affirme. En fait, contrairement aux Juifs ayant abandonné le code mosaïque qui régissait les rapports entre hommes et femmes différant du Code civil sur ces points, les musulmans avaient refusé d’abandonner le code musulman de la charia et de ce fait, la jeune « autrice » algérienne a raison sans accepter l’idée qu’il ne pouvait en être autrement. Sinon, en France on devrait accepter de façon officielle la polygamie, la répudiation, les crimes d’honneur, et le statut de mineure à vie pour les femmes musulmanes comme au temps de la colonisation.

  4. Encore une bonne pétasse profitant des avantages que la FRANCE lui offre .Plus de violence contre les musulmans ! je suis amplement d’accord .Qu’ils dégagent toutes et tous de mon pays comme cela le problème est réglé .

  5. c’est vraiment un curieux assemblage d’islamo gauchistes LGBT…..dis moi qui tu aimes….je te dirais qui tu es…

  6. Ça va leur faire tout drôle à toutes ces ingrates quand notre ultimatum prendra la forme de « la valise ou le cercueil. »
    Elles croient avoir des droits sur la France et sur les Français.
    Qu’elles se réfèrent ces greluches à l’histoire de France : les envahisseurs ont toujours été brutalement recadrés et expulsés manu-militari.
    Aucun droit pourtant acquis ne peut étre considéré comme définitif en matiére de nationalité.
    L’histoire récente l’a prouvé. Partout dans le monde et aussi en France.
    L’Algérie devrait le savoir mieux que quiconque , elle qui a déporté vers le Maroc Oujda, environ 200 000 Marocains établis en Algérie, confisqué leurs biens, et séparé leurs familles.
    La déportation n’a pris que 48h . Les vieux sont partis en pantoufles.

  7. Pendant la guerre, combien de résistants français, polonais ou tchèques se sont ils réfugiés en Allemagne ?

  8. Je ne la connaissais pas et je découvre donc que la France héberge encore une saloperie;Et Pascal Blanchard, Rokhaya Diallo, Vikash Dhorasoo, Marwan Mohammed, Danièle Obono, Matt Pokora, Ludivine Sagnier, Maboula Saoumahoro et Omar Sy.
    C’est cela le véritable «  »sur mesure »Ne lui accordons pas plus d’attention qu’elle ne le mérite.L’article que je vais écrire parlera de l’interdiction de parler breton en classe et il sera signé : »Troadec,Troarec Lagadec Gourcuff,lLe guevel etc rien que du 1er choix

    • Ils sont tous ou presque sur ce modéle. Des haineux revanchards honteux de s’être réfugiés en France chez l’ancien colonisateur
      ..en quête de protection sécurité droits éducation et protection sociale.
      Parce que nous sommes leurs bienfaiteurs, leur orgueil engendre leur haine.
      Des fruits secs et des ingrats.

  9. Il faut demander à Macron que les musulmans arrêtent d’assassiner les Français de souche !
    Non ?

  10. Décidément cette pauvre femme comme tous les autres viennent en France pour nous insulter et mentir,vivement 2022 pour qu’ils repartent chez eux.

  11. Comme un certain nombre d’immigrés qui ont une belle vie en France prennent plaisir à mordre la main qui les nourrit !!

  12. Cette engeance, on va finir par ne plus pouvoir la supporter !

    Rémigration !!!

    • D’autant plus qu’ils bénéficient de passe-droits distinctions honorifiques subventions publicité …qui sont refusés aux Français de souche à niveau équivalent.
      Nous sommes rackettés fiscalement pour financer la discrimination positive. C’est scandaleux.
      Français, sonnez la révolte.
      De plus ces abrutis se croient tout permis.
      Songez que ni Brassens ni Brel ni Trenet ni Barbara ni Johnny ni Cloclo ni Aznavour aucun de ces artistes français n’a exigé de se produire au sommet de la Tour Eiffel fermé au public, ni au sommet de l’Arc de Triomphe…pourtant des bledards ont eu ce délire de grandeur. J’ai honte pour ces ploucs et ces cuistres.
      Que je nomme : PNL et un autre minable dont j’ai oublié le nom…soit disant des « français » dont se régalent les merdes de Canal.+

  13. Merci Mr Gomez !
    Le combat continue contre ces menteurs d’algériens et les gauchistes bobos-ecolos -islamophiles unis pour détruire la France et massacrer les français !

  14. encore une remise en ordre
    même si cette illustre écrivaine est plutot inconnue

  15. Le crache soupe classique Et si nous passions au moderne : l’expulsion !

  16. Ne vous fatiguez pas! Ces greluches ne valent pas la peine que l’on s’attarde sur elles. Vivement que l’on remette un couillu au gouvernement et qu’on se débarrasse de ces bicots. Je ne peux plus les voir!

  17. Elles me font bien rire les moukeres entorchonnées …….a bord du bateau quand elles embarquent a Marseille elles retirent le torchon . Un de mes vieux amis rapatrié d’algérie qui réside a toucher une mosquée de quartier et qui derriere ses persiennes écoute ce qui se dit (il parle et comprend parfaitement le « patois » algérien » qui n’est pas l’arabe litterarire) ….. » A Marseille portez le voile vous ferez fuir le kouffard et baisser les loyers »

  18. a quand un article demendant d’arréter de tuer ou agresser les francais de souche ?

Les commentaires sont fermés.