Kenza, mets les voiles et bas les masques !

Publié le 26 septembre 2011 - par - 2 959 vues
Share

C’est à Meaux qu’il fallait être aujourd’hui pour assister à la danse des voiles puisque simultanément deux femmes voilées viennent d’être condamnées à des amendes pour port de niqab prohibé pendant que l’une de leurs sœurs, Kenza Drider fièrement et illégalement voilée de pied en cap, a annoncé sa candidature pour les Présidentielles de 2012 en déclarant sans rire « La liberté dans la rue, patrimoine universel de la liberté, c’est sacré». 

Les deux bougresses avaient pour but ultime de défier le maire de la ville Jean-François Copé coupable selon leurs souten… pardon, leurs frères veux-je dire, d’avoir contre la volonté divine conspiré pour une loi stigmatisante qu’elles considèrent comme violant le droit européen. Ces délicieuses personnes allant jusqu’à anticiper une « victoire quand la loi sera annulée définitivement », avouant par ailleurs avoir bravé l’interdit dans le seul but d’être condamnées. Que ne ferait-on pas pour accéder à la célébrité…

Leurs coreligionnaires iraniennes et afghanes apprécieront certainement cette sororale traitrise, elles qui luttent au prix de leur vie pour se libérer de cette geôle mortifère.

Deux condamnations seulement sur des milliers de niqabées en goguette et ouvertement délinquantes, on peut dire que la police ne se tue pas à la tâche mais la crainte du recul de la retraite à 67 ans comme nos voisins allemands justifie peut-être le désir d’éviter un surmenage précoce.  

Le seul fait qu’une bête application de la loi et deux malheureux PV fasse les choux gras des journaux démontre aussi une certaine léthargie journalistique. Il fût un temps où les gros titres nous faisaient rêver avec Spaggiari, le premier pas sur la lune ou la première greffe du cœur, aujourd’hui on essaie de nous faire planer avec 200 euros d’amende… Les temps changent ma pôv’dame.

Devant le tribunal pour les soutenir se trouvaient d’autres femmes en niqab ainsi que des membres de l’association de Rachid Nekkaz Touche pas à ma Constitution qui s’est engagé à régler l’amende mais malgré cette opportunité de toucher un pourcentage supplémentaire les policiers, pourtant nombreux nous précise-t-on, ont préféré détourner pudiquement leur regard.

Mais pendant que leurs collègues dormaient d’autres policiers ont quant à eux fait preuve d’un excès de zèle en embarquant par la force des Indignés pacifistes de la Place de la Bourse. Les Indignés ce sont ces gens gentils qui nous considèrent comme de dangereux fachos et qui appellent à une révolution la fleur à la main à la demande de leur gourou Stéphane Hessel. Ils chantent des chansons, écrivent par terre à la craie, jouent de la guitare et font des assemblées générales citoyennes. Bref, ambiance peace and love garantie, pas méchants pour deux ronds, humanistes aveuglés mais sincèrement désireux que les choses changent, et si nous ne partageons pas leurs idées il n’en reste pas moins qu’ils doivent être libres de manifester comme n’importe quels citoyens de ce pays.

Or, hier 21 septembre, une bonne centaine d’entre eux a été molestée pour des raisons qui prêteraient à sourire si elles n’étaient pas si pathétiques. Les policiers ont tout d’abord embarqué deux guitaristes qui 24h plus tard étaient toujours en garde à vue mais là où l’affaire devient intéressante c’est que d’autres ont été embarqués pour deux prétextes particulièrement savoureux pour les islamo-résistants que nous sommes : l’application de la loi sur le voile et l’interdiction de prier sur la voie publique !!!

En effet, quelques-uns avaient mis des masques de carnaval (c’est des fêtards les Indignés je vous dis) et d’autres faisaient du sitting par terre, ce qui a été interprété comme une attitude… de prière ! Authentique.

Nous voilà donc face à une situation ubuesque où des niqabées sont hors la loi mais peuvent néanmoins se présenter aux élections présidentielles et se balader impunément dans la rue en bafouant allègrement la loi, et où dans le même temps des gens qui manifestent pacifiquement et en toute légalité se font embarquer en application de cette même loi alors qu’ils ne portent pas de voile, ce qui est un comble ! Une situation délirante où des gens continuent impunément de prier dans les rues malgré l’interdiction de Claude Guéant et au mépris de la loi de 1905 et sans la moindre intervention policière alors qu’en parallèle des personnes assises par terre sont considérées comme des fidèles en prière et sont embarquées à ce titre et gardées à vue.

On vit une époque formidable non ? La dictature pénètre avec fracas chez le peuple démocratiquement assommé.

Pour la petite histoire certains de ces Indignés molestés venaient d’Espagne, ce qui a provoqué le courroux du gouvernement espagnol qui a demandé des comptes à la France pour ces mauvais traitements policiers. La presse internationale en a parlé mais bien sûr les médias français corrompus n’ont pas relayé ce petit désagrément diplomatique…

Et pendant ce temps-là au PS on a enfin mis la main sur un programme visant à rendre égaux hommes et femmes, une idée révolutionnaire pour ainsi dire. Ils ont appelé ça « un Pacte ». Heureusement qu’ils sont là pour régler enfin cette question qui traine depuis des décennies. Ceci dit si leur conception de l’égalité est à l’image des baigneuses de Lille et des niqabées de Meaux, ce pacte diabolique risque d’être indignement liberticide pour les femmes.

Caroline Alamachère

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.