1

Kippa ou kippa pas ?

Kippa, pas kippa ? C’est une des grandes questions de ces derniers jours après l’agression d’un enseignant juif par un musulman. Certains se prononcent pour le port y compris à l’Assemblée Nationale pour affirmer qu’il ne faut pas se soumettre aux diktats des musulmans, d’autres suggèrent son abandon pour des raisons de sécurité et enfin il existe une troisième prise de position qui consiste à refuser en bloc tout port de signes religieux. C’est le point de vue de Bernard Dick ici http://ripostelaique.com/kippa-vers-suppression-de-signes-religieux-ostentatoires.html C’est louable et correspond à l’esprit de la Loi de 1905. Mais, il y a un mais, ce n’est simplement pas applicable. Et ceci pour plusieurs raisons:
kipa
– La France, autrefois fille aînée de l’église, compte des dizaines de cathédrales, des milliers d’églises, des abbayes et des calvaires. C’est un signe ostentatoire qui n’est pas porté par l’homme certes mais qui est bien visible. Faut-il dynamiter ce patrimoine culturel ? Jean-Yves le Gallou nous présente une bonne définition ici: http://www.polemia.com/etre-francais-3/ d’être français « C’est appartenir à la civilisation européenne et chrétienne … que l’on soit chrétien ou non les valeurs du monde chrétien sont un élément de l’identité française … être français c’est partager une histoire, une mémoire ».  Les écrits de Montesquieu ou ceux d’Erlanger sont notre Histoire, nos chapelles et nos calvaires font partie de notre mémoire, les brûler ou les raser seront la perte définitive de notre identité.
– Selon les rites et religions, certaines couleurs de vêtement sont réservées aux seuls religieux. Les moines bouddhistes se réservent l’orange. Faut-il interdire les robes de printemps couleur orange ? En Inde la mariage est en noir et le deuil en blanc pour marquer une conviction religieuse, en Europe c’est l’inverse. Faut-il interdire le noir et le blanc ?
– Quelle nouvelle police religieuse sera habilitée à prononcer un délit pour le port de telle ou telle tenue ? Quels seront les critères sur la dimension d’un chaîne ornée d’un crucifix ou la couleur d’une tenue. Je n’ai personnellement jamais rencontré un chrétien dans la rue portant une grande croix et coiffé d’une couronne d’épine.
porter-sa-croix
En revanche je constate partout une sur-représentation d’une religion qui n’en est pas une puisqu’il s’agit d’un ensemble politique, religieux et judiciaire (charia) dans notre Nation. Les signes distinctifs sont kamis, voiles et au delà demandes particulières concernant des repas halal dans nos écoles dont M. de Peretti annonce la dangerosité sur le site http://vigilancehallal.com/. L’alternative proposée par certains est la suppression des repas sans viande dans les cantines de nos enfants. C’est comme brûler tout les drapeaux, y compris celui des couleurs de notre nation, pour éviter un drapeau oriental brandi par des musulmans un soir d’élection.
drapeaux
Nous n’avons pas à devoir nous amputer de nos traditions pour motiver le refus de us et coutumes orientaux. Nous sommes chez nous, en occident, et il est normal d’y trouver des gaulois qui se font un banquet autour d’un rôti de sanglier arrosé de cervoise. Il est normal de croiser un prêtre qui se rend à son office, d’entendre les cloches voler à l’occasion d’un mariage, d’un baptême ou pour une messe funèbre. Si cela gêne les allogènes qu’ils retournent chez eux entendre le muezzim pour l’appel à la prière.
Philippe Legrand