Kolossale finesse : Charlie Hebdo débarque en Allemagne…

charliemerkel

Aux « chiottes » Merkel, ainsi caricaturait Charlie. « Un Hebdo pour tous et pour personne ».

L’édition allemande de Charlie Hebdo a débarqué en Allemagne jeudi 1er décembre.

Dans ce premier numéro un dessin montre Angela sur le trône avec le journal en mains.

Traduction du titre de circonstance « Charlie Hebdo, le journal qui détend ».

 

L’esprit Charlie ne fait pas rire tous les Français. Mais il affiche sa liberté d’expression.

Il aura d’autant plus de mal à faire rire les Allemands que « cette culture française du dessin de presse n’a pas d’équivalent en Allemagne » selon Minka Schneider, rédactrice en chef de l’édition allemande de Charlie.

Comme semblent l’indiquer les premiers témoignages :

https://www.youtube.com/watch?v=iOqK1TGXRaM

Riss le directeur de la publication de Charlie et ses rédacteurs sont allés en Allemagne pour écouter la vox populi.

Mais Riss peut-il faire rire l’Allemagne autant que la France ?

charliemerkel1

Ce qui nous a valu dans l’édition française de Charlie Hebdo du 30 novembre un ersatz de l’édition d’outre-Rhin sur quatre pages : « pour qui fait-il bon vivre en Allemagne ? »

Ou comment « l’Allemagne, l’élève modèle de l’Europe se pose les mêmes questions que ses voisins et n’est pas épargnée par des doutes propres à son histoire ».

Morceaux choisis :

Ugo, chauffeur de camion :

« Ce que je voudrais en Allemagne ? Un état plus social, et que les pauvres ne deviennent pas de plus en plus pauvre. »

charliehollande

Ryad, tunisien, acteur et metteur en scène, depuis 16 ans en Allemagne :

« La question n’est pas de savoir si les Allemands sont prêts à intégrer un million de Syriens, mais est-ce que les Syriens sont prêts à s’intégrer en Allemagne ? »

« Si la guerre se termine et que leur pays se reconstruit, ils voudront rentrer.

Mais les jeunes, eux, sont heureux. Pour eux, c’est la fête. C’est un autre monde.

Ils ont les yeux ouverts grands comme ca. Beaucoup essayent même le cochon.

C’est bon, mais personne n’ose le dire ».

charliemuslmans

Marcus, charpentier :

« Petit à petit, il y a une modification du mode vie. Quand je vais au restaurant et que je demande un Schnitzel, on me demande : poulet ou porc ?

Mais bordel, le Schnitzel, c’est du porc ! Les multi-kultis me cassent les couilles ! »

Jan, militant anti-fasciste à Dresde :

« Il ya une grosse crise structurelle dans la gauche extra-parlementaire alors que l’extrême droite ne fait qu’augmenter. La gauche, surtout sa jeune génération politisée grâce à la résistance contre Pegida, ne veut pas critiquer l’islam de peur d’apporter de l’eau au moulin aux Pegida ».

Philip, éducateur à Berlin :

« Sans vouloir insinuer que tout réfugié du Moyen-Orient soit antisémite, je prends au sérieux la recommandation du Conseil central juif qui signale qu’une grande partie des réfugiés vient de systèmes politiques où l’antisémitisme est socialement accepté, voire encouragé, et que ça peut avoir un impact sur notre société ».

charlieintouchable

Dinah, actrice :

« Avec le nazisme, on est les champions de la culpabilité. J’ai pris la nationalité suisse car je trouve cette culpabilité pesante. Il y a de belles chansons populaires allemandes, mais on ne peut pas les chanter car cela fait immédiatement penser au nazisme. Il y a une identité saine ailleurs, mais nous avec notre héritage cela ne fonctionne pas.

Cela pourrait fonctionner s’il y avait l’humour comme agent homogénéisateur.

Ce qui manque cruellement dans ce pays, c’est la capacité d’autodérision. »

Ça tombe bien car selon Riss la dimension universelle de la satire de Charlie Hebdo peut fonctionner à la rencontre de l’esprit allemand.

La liberté d’expression de Charlie Hebdo pourrait être outre-Rhin un accélérateur du politiquement incorrect sur tous les sujets qui opposent fortement, dont l’immigration et l’islam.

Ou quand des manifestations anti-migrants ont lieu dans un village de Saxe, un journal d’extrême-gauche lance « un manifeste en faveur de l’éradication de l’Allemagne ».

http://www.ojim.fr/un-journal-allemand-dextreme-gauche-souhaite-la-disparition-de-lallemagne/

Alors on attendra de voir si Charlie Hebdo est en Allemagne, autant qu’en France, adepte « du deux poids, deux mesures » dans sa préférence gauchisante de la caricature.

Avec la bienveillance partisane et la bêtise insondable des juges « mur des cons » qui ne supportent pas la liberté d’expression de ceux qui ne pensent pas comme eux.

Alain Lussay

image_pdf
0
0

1 Commentaire

  1. Oui, la manipulation des Allemands via la culpabilisation à outance, ça marche du tonnerre et sous ce prétexte, on leur fait gober un maximum de migrants.
    Sauf que quand on parle avec eux en privé, ils se lâchent et expriment leur ras le bol de cette culpabilisation qui leur pèse dessus depuis 70 ans.
    Et quand certains dénoncent le retour de l’antisémitisme en Allemagne, il ne faut pas chercher bien loin pour deviner d’où ça vient, vous le dites très bien dans votre article.
    En France, nous avons le même problème.
    Les français de souche ne sont pas antisémites.

Les commentaires sont fermés.