L’Algérie fait reculer le désert, y compris dans nos banlieues

Publié le 21 février 2008 - par
Share

Après Attali, c’est l’islam « de France » qui nous réserve bien des surprises. Attali, nous apprend que la France manquerait de main d’œuvre à plus ou moins longue échéance. Et il est vrai qu’il y a des secteurs comme les travaux publics, la restauration, les hôpitaux etc. qui manquent cruellement de main d’œuvre qualifiée et de personnes prêtes à se sacrifier en acceptant des conditions de travail que personne n’accepte plus dans ce pays. Et c’est ainsi que des patrons prêts à tout, sauf à garantir de bonnes conditions de travail, ont recours à des clandestins venus d’Afrique, d’Europe de l’Est et même d’Asie. Cela s’est vu, même dans des restaurants chics de Paris, ayant pignon sur rue. Sur avenue, de la Grande Armée, devrait-on dire aujourd’hui !

Mais voilà que dimanche dernier, nous apprenons que la France manquait aussi d’imams et d’imamettes autochtones. Indigènes diraient certains. Issus de l’immigration auraient dit d’autres.

Mais au fait ça veut dire quoi imams et imamettes ? On pourrait penser à « prêtres » et « prêtresses » musulman(e)s. Mais non, me dira-t-on, vous ne comprenez rien à l’islam ! Sauf que j’ai appris mon coran dès l’âge de cinq ans et que j’ai participé à la soumission inscrite dans le corps, l’espace et le temps avant de me rendre compte que je peux prier en gardant la tête haute et les yeux tournés vers le ciel ! Chose à laquelle ni les imams ni le révolutionnaire mufti de Marseille n’ont jamais osé penser.

En effet, il n’y a pas d’imamettes en islam. Comme chez les catholiques très stricts, il n’y a pas de prêtresses en islam. Depuis longtemps, les pays musulmans d’Afrique, surtout d’Afrique du Nord, nous exportent des imams masculins, seuls habilités à diriger la prière et à prononcer des prêches. Quant aux femmes, elles n’ont pas droit au statut « d’imamettes », mais uniquement à celui de « guides sur le bon chemin ».

C’est comme si nous n’avions pas suffisamment de ségrégation dans nos églises catholiques et dans nos banlieues ! Puisque nous manquons de main d’œuvre locale, nous voilà donc acculés à l’importer d’Afrique du Nord. Réjouissez-vous braves gens ! Vingt neuf imams et deux guides sur le bon chemin, viennent d’arriver d’Algérie. Le désert spirituel de nos banlieues, comme dit Sarkozy, va enfin fleurir ! D’aucuns useraient d’un verbe plus approprié : verdir.

Pascal Hilout

Initiateur du nouvel islam

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.