L'Eglise catholique n'est pas si mauvaise que vous le dites, Mireille Ménard

A MIREILLE MENARD

Chère Mireille,
Vous avez le droit de plaindre les catholiques tout ne l’étant pas, mais permettez de rectifier quelques idées à mon avis un peu exagérées.
1) Revenons sur les abus sexuels commis, ils existent hélàs ; mais la pédophilie pour en parler concerne essentiellement les familles et aussi tous les autres éducateurs , pasteurs protestants, rabbins , dignitaires musulmans, l’acharnement sur l’Eglise catholique seule, vient de groupes divers qui avaient un compte à régler parfois historique, mais pas toujours de bonne foi avec l’Eglise catholique.
On peut aussi discuter du nombre réel de cas par rapport à l’ensemble et quand même des ’accusations parfois invérifiables car enfin il ya bien eu un soufflé médiatique à partir de cas , bien réels mis en valeur, que personne ne nie. Et qui font mal, je vous s l’accorde.
2) En outre, c’est ce pape qui a avec toute son énergie, a mis à jour ceux qui existaient. Je sais que certains catholiques voudraient un pape plus en phase avec le temps. Mais le pape n’a pas à être en phase avec le temps, mais attentif à son époque il accueille avec douceur inimitable et rayonnante tous su ceux qui viennent à lui pour dialoguer et leur permettre d’accorder la raison humaine et leur foi et trouver sens à notre vie, il n’est ni consensuel ni hostile, il est présent et accueillant !
3) Vous dites que l’Eglise régente les mœurs, c’est une vision restrictive et excusez moi un peu tronquée. L’Eglise donne des repères pour la vie affective, pour la structurer et lui donner sens, et effectivement l’Eglise catholique pense que le mariage religieux reste valable à vie pour des raisons profondes puisqu’il est un reflet d e l’union du Christ avec l’Eglise. (Ne me dites pas qu’elle ne tient pas compte des faiblesses humaines, elle en fait que cela , beaucoup plus que les médias actuels qui ne cessent de dénoncer des erreurs passés ou des mots malheureux, là nous sommes en pleine Inquisition… malsaine) avec l’Eglise orthodoxe, ne serait que par la confession. Je suis le premier au courant des situations familiales douloureuses que cela peut engendrer pour les couples divorcés et remariés sur le plan de la communion, e mais enfin à titre personnel, si je ne l’impose à personne , je le comprends, et je respecte donc sa position , car je croie que la pérennité du mariage ou sa stabilité peut aussi être souhaitée aujourd’hui..; Demandez aux époux, hommes ou femmes traités comme un kleenex !
En outre il n’est pas nécessaire d’être catholique pour considérer que mettre sur le même plan mariage homosexuel et éducation des enfants par un couple s’affichant homosexuel, peut poser des problèmes et miner le fondement même de l’altérité, à moins qu’on choisisse sa sexualité (comme une pizza au super marché, comme le veut un courant américain d’origine, le gender). Même l’épouse philosophe de Jospin pense un peu de cette manière et que la promotion de l’homosexualité actuelle, (qui est très différente du respect du aux personnes) remet en cause l’altérité qui nous structure.
Quand au délicat problème de l’avortement il est douloureux en premier lieu aussi pour les femmes en détresse et rien ne sert de brandir des points de vue blessant leur intimité,, de part et d’autre mais il pose question. Demandez aux médecins.
3) Vous vous trompez si vous croyez que les ‘ catho’ mettent sur un piédestal divin leur prêtres, lisez la bonne littérature catholique, ce ne sont pas les prêtres qui sont mis sur piédestal, c’est la mission sacrificielle qui leur est confiée : « Journal d’un curé de campagne » de Bernanos, « la puissance et la gloire » de Graham Greene. Les laïcs catholiques sont bien conscient des faiblesse humaines s de leurs prêtres (et aussi de leurs vertus car il y a eu beaucoup des saints prêtres, comme saint Vincent de Paul) et si ils ont transmis la culture, ils ne sont pas infaillibles sur le plan temporel, mais quand ils sont en mission, notamment quand ils disent la messe, assistent les mourants, réconfortent les pécheurs que nous sommes tous, enseignent les enfants ; font aussi la charité, ils expriment beaucoup plus que leur simple humanité, Le piédestal n’est pas là où vous croyez, il est là à portée de notre main, c’est la conversion de notre cœur.
4) Allez donc voir le film « Des hommes et des dieux. » Sur une histoire vraie mais transfigurée par un agnostique, on voit qu’il se passe vraiment quelque chose et c’est la raison pour laquelle de nombreux agnostiques ou athées sont fascinés par ce film.
On est très loin des polémiques qu’on a lancées sur l’Eglise catholique.
Henri Peter

image_pdf
0
0