L'islamisme, est-il vraiment la maladie de l'islam ?

L’intégrisme, c’est quoi en fin de compte ? C’est la charia appliquée : transformer les versets coraniques en règles juridiques. Il ne faut pas se raconter d’histoires, les pays arabo-islamiques appliquent cette charia. Une application qui peut varier en intensité, d’un pays à l’autre, mais le fond reste le même. Intégriste. Il n’y a pas de fascisme light, l’islamisme light non plus.
Des spécialistes optimistes nous rassurent que l’intégrisme n’existe pas et, qu’il n’y a que de vrais problèmes de société. Il est vite réduit à des causes périphériques telle que la misère, l’humiliation, la frustration et autres trouvailles…
D’autres justificateurs trouvent un lien entre ce fléau et la naissance de l’Etat d’Israël ! Ils oublient vite que « Les frères musulmans », le « fondamentalisme canal historique », première association islamiste, mère légitime de tous les groupuscules islamistes d’aujourd’hui, a été fondé vingt ans avant la naissance de l’Etat hébreux !
Même si tout allait bien dans ce monde arabo-islamique, l’intégrisme existerait quand même, parce qu’il est généré par une illusion et non par un quelconque désespoir. L’islamisme n’est pas « l’islam de la crise » mais « la crise de l’islam », car il n’est pas une simple déviation de la religion de Mahomet, comme aiment nous dire la majorité des commentateurs. Persister à le voir comme une simple maladie guérissable de l’islam, c’est rendre vraiment malade ce qui ne l’est pas. L’intégrisme n’est pas une maladie sauf s’il faut ajouter que la maladie est plus répandue que la bonne santé dans le monde où l’islam est majoritaire. L’intégrisme est à l’islam ce que le chômage est au capitalisme. Inhérent.
Tous les musulmans croient que l’islam a apporté une solution globale et définitive au genre humain. L’islamisme ne pourrait-il pas être regardé comme la dernière cartouche de l’islam? Ne serait-il pas sa « solution finale » ? L’islamisme n’est que l’islam poussé à son terme. Etre intégriste, c’est aller jusqu’au bout de sa foi. Qui parmi les musulmans oserait remettre en cause l’apostasie ou le statut inférieur imposé à la femme par l’islam…etc ?
L’intégrisme est inscrit dans la nature de toute religion L’accident révèle la substance (Aristote).Les sources du fondamentalisme sont très ancrées dans la religion. En dépit de l’importance de ses autres origines, il reste le fils légitime de l’islam. C’est le résultat logique que portait dans son ventre la vision théologique islamique du monde .
Avant d’être un programme politique, l’intégrisme est un état d’esprit. Son effet se ressent dans la vie de tous les jours. La question qui se pose à l’heure actuelle n’est plus : « Qui est intégriste? » Mais : « Qui ne l’est pas ? »Tout jeune non contaminé pourrait écrire son « Journal d’un rescapé de l ‘islamisme. » L’intégrisme va de soi, c’est le contraire qui surprend. Ne pas être intégriste, c’est un exploit en terre d’islam.
L’islamisme est en phase terminale, pronostiquent les ‘islamologistes’ ! Comme si leur « islamisme » n’avait aucun ancrage dans la culture islamique, comme s’il n’était pas une réalité sociologique. Au contraire, l’obscurantisme se porte bien, il est même dans une forme olympique. Ce n’est pas un éclair dans un ciel bleu,c’est une tendance lourde. Selon la majorité des musulmans, la charia est valable tout le temps et partout, quelles que soient l’époque et les circonstances.
Comme beaucoup d’autres qui confondent l’espoir et le savoir , Francis Fukuyama se plante, lui aussi. Ne pense-t-il pas que l’islamisme ne séduit qu’une frange aliénée et marginalisée de la population dans les sociétés bloquées ? Et il estime qu’il ne constitue aucune menace à long terme ! (Nouvel obs, du 03au 09mars 2005) C’est à l’université qu’on trouve, pourtant, la plus grande concentration d’islamistes au mètre carré !
Seule une révolution mentale pourrait faire disparaître les ingrédients du fondamentalisme islamique. Mais les conditions de cette Intifada culturelle sont loin d’être réunies. Il n’a y rien qui se fait pour en finir avec cette « Islamisite ». Pour s’en remettre, il faudrait désintoxiquer les esprits et les âmes contaminés par l’islam totaliste.
Si un homme normalement constitué n’a pas peur de ‘l’islam savant’, de trois choses l’une. Ou bien il est inconscient ou ignorant, ou bien les deux en même temps.
Hamid Zanaz
Auteur de :
Réformer l’islam ? Autopsie d’une illusion caractérisée (2007)
La mélancolie joyeuse. Excursions dans la philosophie de Cioran (2008)

image_pdf
0
0