1

La Baule : le petit boulot bien payé à Nice de Franck Louvrier


Les contribuables de Nice et de sa métropole ne le savent peut-être pas, mais ils financent grassement un des personnages les plus proches de Nicolas Sarkozy. Pendant ce temps, il fait campagne aux municipales à l’autre bout de la France. Il s’agit de Franck Louvrier, employé par la Métropole Nice Côte d’Azur dont il dirige la communication. Nous avons retrouvé son contrat et son salaire.
Le net à payer est de 5 911,17 € par mois – avec les charges, il coûte donc un peu plus cher aux contribuables niçois. Qui ne le voient pas beaucoup. Son poste est en effet basé à la maison de la métropole de Nice, rue Saint-Dominique à Paris. Il travaille pour Nice depuis mai 2018.

Franck Louvrier était l’ancien communicant de Nicolas Sarkozy. Depuis la défaite de 2012, il avait passé près de six ans chez Publicis Consultants, dont il était vice-président, et dirigeait la filiale Publicis Events. Avec un salaire qualifié par des proches de « très confortable, mais correspondant aussi à son expérience professionnelle au plus haut niveau ».
Sur son boulot à Nice, auprès d’Estrosi qui reste proche d’entre les proches de Nicolas Sarkozy, Franck Louvrier se montrait peu disert : « je gagne ce qu’un cadre territorial de mon niveau et de mon expérience peut gagner », nous expliquait-il, sans consentir à révéler ses émoluments.
Du reste, comme il est employé par un établissement public, son contrat est public. Mais la mairie de Nice n’a apporté aucune réponse au courrier de l’élu d’opposition Patrick Allemand à ce sujet, écrit le 24 octobre dernier. Nous avons finalement retrouvé ce contrat par ailleurs.
Nice assure la plus grande partie des revenus de Franck Louvrier, candidat LR à La Baule
S’il est candidat LR à la Baule, où il mène une campagne très active, ce n’est pas dans cette commune que Franck Louvrier perçoit la plus grande partie de ses revenus. En effet, il n’y est que conseiller municipal, ce qui représente une indemnité de fonction de 53,75 € bruts votée en 2014.
Au conseil régional, il siège à la commission permanente comme secrétaire, et est vice-président chargé du Tourisme – ce qui lui donne droit à une indemnité maximum  de 3725,44 € bruts.
Au titre de ses fonctions régionales, il est vice-président du Parc naturel régional de Brière – cela donne aussi droit à des indemnités fixées au maximum à 13 % de l’indice terminal brut de la fonction publique, dont 1 % est égal à 38,89 €, soit 505,1 € au maximum.
Il assure par ailleurs d’autres fonctions : président du syndicat mixte Lila Presqu’île depuis le 30 novembre 2017 – nous n’avons pas pu retrouver la délibération fixant d’éventuelles indemnités de fonction, vice-président de l’agence d’urbanisme de la région de Saint-Nazaire, président depuis 2016 du comité régional du tourisme en Pays de Loire, dont l’inefficacité et la complexité font l’objet d’un rapport de la Chambre régionale des comptes – ces deux dernières fonctions ne semblent pas donner lieu à indemnités.
Emmanuel Goldstein