1

La Belgique et la Croatie étaient meilleures, mais la France est championne du monde

Le sport, et plus particulièrement le football, sont parfois cruels. Personne n’a oublié cette demi-finale de 1982, à Séville, et l’énorme injustice que constitua la victoire allemande. On peut comprendre, à la fin de cette Coupe du Monde, que nos amis belges et croates ressentent cette même injustice d’avoir été battus, en demi-finale et en finale, par la France de Didier Deschamps.

Il n’y a eu aucun scandale d’arbitrage, contrairement à Séville. Tout simplement, nous avons eu l’impression d’assister à deux matches semblables. Que cela soient les Belges ou les Croates, l’équipe de France a rencontré deux magnifiques équipes, offensives, qui tenaient le ballon, et ont réduit les Bleus à défendre, ce qu’ils savent faire fort bien.

Il faut le reconnaître, Didier Deschamps a construit une équipe à son image : pas de grandes vedettes, rien que des joueurs humbles et travailleurs, se mettant entièrement au service de l’équipe. Le symbole de cette équipe, besogneuse, sera l’avant-centre Olivier Giroud, qui n’aura pas marqué un seul but, en 6 matches, et aura passé davantage de temps à défendre qu’à se retrouver dans la surface de réparation.

Il faut reconnaître que si le football se récompense à l’efficacité, l’équipe de France mérite d’être championne du monde. Trois matches de poules d’une qualité catastrophique, mais l’équipe se qualifie, et finit première de son groupe. Ensuite, les 1/8e de finales contre l’Argentine, quatre tirs au but, quatre buts (dont un penalty), ce qui fait qu’on peut se permettre d’en concéder trois. Pour continuer, l’Uruguay en quarts de finales, deux tirs au but, deux buts ! Puis les Belges en demi-finales, nous sommes largement dominés, mais sur un coup franc, une tête, un but !

Et cette finale, où les Croates ont de quoi avoir des regrets. Ils survolent la première mi-temps, et concèdent deux buts !Le premier sur un coup franc qu’un Croate dévie dans son propre but, marquant contre son camp. Et le deuxième sur un corner, qu’un défenseur touche de la main ! Penalty, et but de Griezmman. Les rouge et blancs étaient revenus à un but partout, après avoir égalisé.

En deuxième mi-temps, ils semblaient repartis pour dominer et pouvoir égaliser de nouveau. Et deux contres assassins français se traduiront par deux buts marqués par Pogba et MBappé. Une énorme cagade du gardien Lloris, qui ternira une coupe du monde exceptionnelle de sa part, redonnera un léger espoir aux Croates. Mais la machine mise en place par Deschamps sera efficace, et la France sera championne du monde.

Tant mieux pour les Français, tant pis pour le football. Et dans 4 ans, ce sera au Qatar, dont les publicités pour la compagnie aérienne du pays ont été omniprésentes lors de cette finale…

Paul Le Poulpe