1

La bêtise quitte le gouvernement Macron, enfin presque…

Face aux critiques de la si bête, le gouvernement a plaidé la « présomption d’innocence ». Ben voyons !

20minutes.fr : Absente du casting Castex, la suiviste Sibeth quitte la politique après avoir concentré les critiques sur ses maladresses, mais aussi, jusqu’à l’excès, sur sa personne. « Ces 15 mois, selon la Sibeth, n’ont pas été chose facile, c’est le moins qu’on puisse dire« , dit-elle assurant « avoir assumé [son] rôle avec sincérité, sans rien renier » de ce qu’elle est. Sibeth a dit vouloir se « consacrer à [sa] famille, [ses] proches ».

« J’ai toujours considéré qu’il ne fallait pas dans une démocratie vivace des professionnels de la politique, mais des professionnels en politique. Ce précepte, je me l’applique aujourd’hui à moi-même ! »

La Sibeth a durement encaissé les coups durant la crise sanitaire, au gré de déclarations parfois intempestives, parfois contradictoires, mais reflétant aussi les atermoiements de l’exécutif et des experts. Elle avait suscité la colère en dénonçant « les enseignants qui ne travaillent pas » durant l’épidémie.

« Sans doute, certaines choses auraient pu être mieux faites« , a-t-elle concédé tout en pointant « une situation véritablement extraordinaire et une doctrine scientifique pour le moins parfois mouvante ».

« Les gens concentrent sur elle ce qu’ils ont perçu comme étant un mensonge d’État, sur les masques. C’est très injuste, mais c’est comme ça« , dit un ministre. Et un autre : « Je mets au défi tous ceux qui la massacrent de parler aussi souvent qu’elle sans faire aucune boulette ». « Tu as fait paratonnerre pour le collectif » dixit Attal, vantant le « courage » de la Sibeth. L’eurodéputée LR Nadine Morano avait fustigé ses « inepties débitées souvent en tenue de cirque » et ses « grandes lacunes sur la culture française« .

La Sibeth suiviste de Macron comme conseillère presse, du ministère de l’Économie (2014-2016) à la campagne présidentielle puis l’Élysée (2017-2019), a osé : « J’assume de mentir si c’est pour faire sorte que le président soit tranquille« … Voilà bien le résumé de la mascarade provocatrice de la macronnerie vulgaire !

HuffPost : Face aux critiques sur Darmanin, Castex plaide la « présomption d’innocence ». Il a affirmé assumer totalement la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur malgré l’enquête pour viol qui le vise. Mais il ne transigera pas sur le sujet des violences visant les femmes.

« Il y a des investigations, elles se tiennent et c’est normal, on est en État de droit, mais on ne peut pas aller plus loin que ça en considérant que, parce qu’il y a des investigations, il y aurait des délits, une impossibilité à exercer dans un gouvernement« , dixit Attal. L’Élysée a affirmé que, concernant la plainte pour viol visant le ministre, « les choses semblent évoluer dans le bon sens » et que la plainte n’a « pas fait obstacle » à la promotion d’un ministre qui « aspirait à plus« . Des féministes ont dénoncé le « remaniement de la honte » après la nomination de Darmanin au ministère de l’Intérieur et de Dupond-Moretti à la Justice !

Après deux ans de bataille procédurale, la Cour d’Appel de Paris a ordonné début juin la reprise des investigations sur les accusations de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance portées contre Darmanin.

Entendu en audition libre le 12 février 2018, Darmanin a confirmé avoir eu une relation sexuelle avec la plaignante mais, selon lui, librement consentie (donc à l’insu de son plein gré).

Marianne : « Le goût de la vérité n’empêche pas de prendre parti », A.Camus. Laïcité : « La guerre civile couve » : quand Gérald Darmanin proposait un projet choc pour « assimiler l’Islam à la République » Dans un texte publié en 2016, le ministre de l’Intérieur exposait un plan ambitieux de centralisation du culte musulman.

Macron à Abou Dhabi : « Nos religions sont liées, nos civilisations sont liées, et ceux qui veulent faire croire que l’islam se construit en détruisant les autres religions sont des menteurs et vous trahissent. »

Sur TikTok, Macron félicite les nouveaux bacheliers au rabais ! Le Figaro.fr : Alors que les résultats du bac 2020 frelaté étaient dévoilés, Macron a tenu à féliciter les diplômés dans une courte vidéo sur le réseau social chinois TikTok. Macron a invité les lycéens à fêter l’obtention de leur diplôme sans valeur, mais il a aussi souhaité encourager cette « génération ignare du monde d’après » qui a vécu une année « hors-notes ».

Le Figaro.fr : Résultats du bac 2020 : un record historique au service de l’ignorance pour tous. Cette année, l’attribution du diplôme a été réalisée sur la base du contrôle continu. Les résultats sont exceptionnels.

Les jurys ont été très généreux. « Je souhaite dire aux jeunes mes félicitations pour le bac. La société doit avoir comme priorité ses jeunes, vous êtes l’avenir de l’ignorance de notre pays », a déclaré Blanquer.

Le taux d’admis atteint les 91,5 %. Il est en hausse de 13,7 points par rapport à celui de juin 2019. 657.300 candidats ont été reçus, soit 92.800 de plus qu’en juin 2019, avec la bienveillance du bac pour tous, indique le ministère de l’Éducation nationale. Environ 19 700 candidats sont ajournés (2,7 %, soit 5,2 points de moins qu’en juin 2019). Ce sont 40.900 candidats qui pourront se présenter aux oraux de rattrapage.

Il est vrai que les candidats n’ont pas passé d’épreuves cette année. Le contrôle continu avait rassuré de nombreux élèves. Ce sont des jurys qui, dans chaque académie, ont accordé le diplôme aux élèves en fonction des notes obtenues au premier et deuxième trimestre. Et ces jurys ont été très bienveillants. Les jurys d’harmonisation avaient des consignes pour arrondir les moyennes annuelles à l’unité supérieure. Ils pouvaient décider de revaloriser la moyenne annuelle d’un candidat. En terminale la mention bien n’aurait pas été attribuée si le candidat avait passé des épreuves normales. C’est un bac généreux, sans aucun doute !

Une bienveillance poussée à l’extrême ont constaté de nombreux professeurs des jurys. Plusieurs notes, saisies manuellement, ne correspondaient pas à celles inscrites sur les livrets scolaires mais étaient en fait bien supérieures. Une cuisine pratiquée par des établissements désireux de ne pas léser leurs élèves !

Toutefois, certains établissements ont vite déchanté à l’annonce des résultats qui se voulaient justes.

Selon les chiffres du lycée lyonnais Les Chartreux, si le taux de réussite est de 100% au premier tour, seulement 29,5% des élèves ont obtenu une mention Très bien, contre 46,13% les trois dernières années.

Une véritable surprise due à l’égalitarisme vulgaire. À l’issue de ces résultats, le lycée Les Chartreux encourage les parents des élèves à déposer des recours. « Il y a des jurys qui ont joué le jeu demandé par les ministres quand d’autres n’en ont pas tenu compte. C’est humiliant et vexant car nous avons reporté les notes sur les livrets scolaires sans bricolage« , fustige Jean-Bernard Plessy, directeur de l’établissement.

Bruno Cautrès, The conversation : Changement de gouvernement : le casting de Macron à tâtons.

La scénographie des cérémonies de passation de pouvoir entre anciens et nouveaux ministres est bien réglée. Tout est fait pour atténuer l’impression que celui qui part n’était pas forcément demandeur de partir et que celui qui arrive n’a pas tout fait pour arriver. Il s’agit d’incarner la continuité de l’État à travers les péripéties de la vie politique. Ceux qui arrivent ajoutent la figure mythique de l’enfant de la République issu des profondeurs du pays ou de son territoire, une note personnelle de souche populaire mise en exergue.

L’ancien ministre rend un hommage appuyé à ses équipes de conseillers et à celles du ministère, cette belle maison qu’il a eu l’honneur de diriger et met l’accent sur les temps forts ou les principales réformes mises en œuvre ou non. Se glissent dans ses propos, emplis de rituels républicains parfaitement codés, de l’émotion, la tristesse de quitter ses fonctions, et le soulagement de revenir vers une vie plus apaisée… Ces effusions cachent de nombreuses interrogations chez ceux qui ont perdu le soutien présidentiel, remplacés peu ou prou à l’identique. Macron avait créé l’attente d’un changement de cap pendant la crise sanitaire.

Il avait pris soin de préciser que le nouveau monde de l’après-crise ne serait pas la remise en cause des fondamentaux du macronisme mais une adaptation aux dysfonctionnements survenus pendant la crise.

Par rapport à cet ambitieux objectif, bien des membres du gouvernement Castex appartenaient déjà au gouvernement Philippe et que les surprises concernent surtout des personnalités comme Dupond-Moretti, Bachelot, Moreno. Pompili est moins une surprise : L’idéologue proche de Cohn-Bendit députée EELV le 13 01 2015 : « La place de la langue arabe, de la culture musulmane, dans notre société, est très insuffisante. »

Jean-Paul Gourévitch en 2011 : « La stratégie des islamophobes s’apparente par ses procédés à la stratégie des islamistes« . En réalité la stratégie de Macron illustre le fameux théorème du politiste américain William Riker. Utilisant le cadre de la Théorie des jeux, il montrait, dans son livre publié en 1962 The Theory of Political Coalitions, que « les coalitions politiques s’élargissent pour seulement gagner, mais pas plus. »

L’enquête auprès des Marcheurs pour Terra Nova de gauche avait montré que les centristes et les anciens sympathisants LR composaient une part non négligeable des soutiens de LREM alors qu’une partie des marcheurs venaient du centre gauche. La crise sanitaire a mis en évidence des problèmes d’efficacité de l’action publique en France. L’opinion publique a jugé sévèrement la gestion de la crise par le gouvernement et il fallait que des têtes tombent, même si l’opinion était plus favorable à Édouard Philippe qu’à Macron.

Macron sait-il où il va ? Macron a pris le risque de conforter dans l’opinion le sentiment, apparu dès l’annonce d’un acte II à la sortie de la crise des Gilets Jaunes, de donner l’impression qu’il ne sait pas où il va.

Dans une enquête réalisée à mi-mandat par BVA, une forte majorité des Français interrogés (58 %) pensaient que Macron agit au jour le jour sans savoir où il va. Il se pourrait bien que dans l’opinion publique, le nouveau gouvernement Castex soit rapidement perçu comme une opération de communication pour faire du vieux avec du vieux alors qu’il s’agissait de faire croire au contraire. Les Français verront bien alors, dès cet automne, où sont les priorités affirmées concrètement, de quelle manière les nouveaux ministres auront su (ou pas) gagner les arbitrages budgétaires, véritable épreuve de vérité.

Si la déception s’installait, on pourra dire que le fameux coup de blast n’était qu’un effet casting.

Le Figaro.fr, Marc Landré : Macron a tort : La rentrée ne sera pas difficile, elle sera apocalyptique !

Macron à la télé le 14 juin : « Notre pays va connaître des faillites et des plans sociaux multiples en raison de l’arrêt de l’économie » appelant à une reconstruction économique de la France et promettant de tout faire pour éviter au maximum les licenciements. Dans son interview à la presse régionale : « La rentrée sera difficile et il faut s’y préparer« . Pronostiquer qu’elle sera difficile est au mieux un euphémisme, au pire une lapalissade. La rentrée de septembre, de l’avis de tous les experts, va être pire, c’est-à-dire apocalyptique !

À savoir comment Macron pourrait tenter de prévenir une crise sociale sans précédent ?

Comment pourrait-il en être autrement, tant la déflagration économique que la France endure est d’une violence inédite ? Les Français le constatent : Pauvre Macron n’a aucun sens des réalités. Pas de soucis, il va emprunter quelques milliards de plus et arroser ici et là pour avoir de bons sondages.

C’est le confinement général, strict, brutal, long, qui a causé cette crise inédite. Et on voit déjà Macron tenter de minimiser l’impact économique de sa gestion calamiteuse. Il a compris que le retour à la normale serait bien plus lent que prévu et que la situation serait « dégradée » à cause de la cascade de faillites et de la baisse de productivité due aux mesures sanitaires et de distanciation. Le gouvernement Macron affiche un recul du PIB de plus de 11%. Il a demandé à l’INSEE de revoir ses hypothèses pour que la prévision colle à ce chiffre. Malgré les propos de la BdF, on voit des chiffres à -12.5% et, au regard de nombreux indicateurs (chômage partiel, baisse de la consommation, chute de l’activité industrielle de 45%, et de 90% dans le BTP, la restauration et l’hôtellerie) le recul du PIB dépassera 15% (400Md€) détruisant plus d’1 million d’emplois.

Comme quoi Michel Onfray n’a pas tort quand il ajoute heureusement cette citation :

« Petit est le nombre de ceux qui réfléchissent ! »

Moralité : Macron : Ignorance, politique de l’autruche, collaboration avec les islamistes : La bêtise politicienne ne quittera pas le gouvernement Macron face à la crise sociale avec la perte d’1 million d’emplois.

Thierry Michaud-Nérard