La burqa, Hillary Clinton et Benoit XVI

Publié le 22 novembre 2010 - par
Share

Les Etats-Unis s’inquiètent de la liberté religieuse. Benoît XVI s’inquiète des persécutions contre les chrétiens d’orient.

Il y a de quoi, pensez-vous peut-être. En effet, il y a de quoi, lorsqu’on voit les persécutions de chrétiens et d’autres minorités religieuses dans de nombreux pays musulmans, sans même parler des athées, qui n’ont pas intérêt à se revendiquer comme tels. Voici les derniers exemples en date à ma connaissance, et j’en oublie probablement :

Au Pakistan, Asia Bibi, une ouvrière agricole chrétienne, va gentiment chercher de l’eau pour elle et ses compagnes musulmanes. Elle s’entend répondre que son contact a rendu l’eau impure et qu’elle doit se convertir à l’islam. S’ensuit une discussion dans laquelle elle défend le christianisme, et répond à ses compagnes que Jesus est mort pour nous sauver et que Mahomet n’a rien fait de tel. Blasphème ! Asia Bibi est condamnée à mort :

http://www.postedeveille.ca/2010/11/le-canada-preoccupe-par-la-condamnation-a-mort-dune-personne-accusee-de-blaspheme-au-pakistan.html

Au Pakistan toujours, se multiplient les viols et homicides de jeunes filles chrétiennes :

http://www.aed-france.org/actualite/a-la-une/2010/10/15/soudan-pays-sous-tension-a-lapproche-du-referendum/

En Irak, devant la répétition des attaques meurtrières, les évêques appellent au secours :

http://www.aed-france.org/actualite/a-la-une/2010/11/08/irak-appel-des-eveques-dirak-aux-eveques-de-france/

Au Soudan, la campagne d’intimidation des chrétiens se poursuit :

http://www.aed-france.org/actualite/a-la-une/2010/10/15/soudan-pays-sous-tension-a-lapproche-du-referendum/

En Angleterre, un garçonnet est menacé de mort par ses petits camarades pour avoir défendu les militaires de son pays :

http://www.bivouac-id.com/billets/grande-bretagne-menace-de-mort-par-des-petits-camarades-de-classe-djihadistes-en-herbe/

Mme Clinton a défini mercredi la liberté religieuse comme la faculté de pratiquer librement sa foi et d’élever ses enfants dans celle-ci, de publier des documents religieux sans censure, de changer de religion ou de n’en pratiquer aucune.

Excellente définition. Nous en illustrerons l’intérêt en rappelant qu’en France, il est impossible de refuser de pratiquer ce rite musulman qu’est le fait de manger halal, puisque la viande sacrificielle est fourguée au consommateur ordinaire sans le moindre étiquetage sur le mode d’abattage.

Mais ce n’est pas cela qui choquait Madame Clinton. Non. C’est l’interdiction de la burqa en France et le référendum suisse sur les minarets :

http://www.postedeveille.ca/2010/11/usa-hillary-clinton-egratigne-la-france-et-la-suisse-pour-linterdiction-de-la-burqa-et-des-minarets..html#more

Madame Clinton a visé ces deux sujets sans les nommer :

«Plusieurs pays européens ont appliqué des restrictions sévères à l’expression religieuse», a-t-elle observé à l’occasion de la publication du rapport annuel du département d’État sur la liberté religieuse.

La remarque de Mme Clinton sur l’Europe a été complétée ensuite par son adjoint chargé des droits de l’homme, Michael Posner, qui a cité l’interdiction de construire des minarets en Suisse et l’interdiction de la burqa. «Il y a une sensibilité et une tension croissantes en Europe», a-t-il estimé, avant d’inviter les gouvernements européens à «prendre des mesures pour apaiser cette tension».

La question des libertés religieuses suscite régulièrement des incompréhensions entre les deux côtés de l’Atlantique. «Aux États-Unis», a souligné M. Posner, «on défend devant les tribunaux le droit des musulmanes à porter une burqa dans la rue, à l’école, etc. C’est notre position».

He bien, Monsieur Posner, sachez qu’en France ce n’est pas votre position qui s’applique, c’est la nôtre, et que nous refusons les prisons ambulantes pour femmes.

Soyez donc un peu moins lèche-babouche, ça ne paie pas. Au dernier pélerinage, à la Mecque, plus de deux millions de musulmans ont scandé à l’unisson : « Mort à l’Amérique ! Mort à Israël ! » :

http://www.postedeveille.ca/2010/11/a-la-mecque-les-pelerins-scandent-mort-a-lamerique-et-mort-a-israel.html

Madame Clinton a aussi rappelé l’opposition des États-Unis, au nom de la liberté d’expression, à toute législation condamnant la diffamation des religions.

Quand même !

Ensuite, c’est Benoît XVI qui a exprimé sont « incompréhension » quant à l’interdiction générale de la burqa :

http://www.la-croix.com/Interdiction-de-la-burqa–Benoit-XVI-exprime-son-incomprehen/article/2446552/55352

A la question: « En France, le parlement a interdit le port de la burqa. Les chrétiens peuvent-ils s’en réjouir ? », le souverain pontife répond : « En ce qui concerne la burqa, je ne vois pas de raison à une interdiction générale ».

Et d’expliquer: « On dit que certaines femmes ne portent pas du tout volontairement la burqa et c’est à proprement parler un viol de la femme. On peut bien sûr ne pas être d´accord avec cela ». « Mais si elles veulent la porter volontairement, je ne sais pas pourquoi on doit le leur interdire », ajoute-t-il.

Quelle hypocrisie ! quelle dégueulasserie ! le plus fort, c’est qu’il sait, puisqu’il le dit lui-même, que le fait de contraindre une femme à porter la burqa est une sorte de viol.

Il le sait, et pourtant, quelque part, il le tolère en faisant semblant de le condamner. En effet, en matière de burqa comme de voile, l’interdiction est générale ou elle n’est pas. Il est impossible aux pouvoirs publics d’aller identifier un par un les cas de port de voile contraint, sachant que les pressions sont multiformes et difficiles à prouver judiciairement. Quant toute la racaille d’un quartier fait comprendre par mimiques et allusions aux jeunes filles qu’elles risquent une tournante si elles ne portent pas le voile, qui va-t-on mettre en examen et sur quelle base ?

Qu’est-ce-que le Pape attend de cet exercice de lèche-babouche ? une amélioration du sort des chrétiens d’orient ? Désolée, Monseigneur, mais les femmes n’ont pas vocation à être l’éternelle variable d’ajustement et à voir leur condition aggravée pour améliorer ce façon très hypothétique celle d’autres groupes humains.

La question des chrétiens d’orient doit être traitée séparément, et leur situation serait sans doute meilleure si les grands de ce monde n’avaient une telle réticence à dénoncer les violations des droits de la personne humaine quand elles proviennent de l’islam.

Catherine Ségurane

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.