La burqa n'a vraiment rien à voir avec l'identité nationale

Le 25 octobre 2009, Eric Besson le Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire annonce la tenue d’un débat national sur l’identité nationale qui devrait durer environ deux mois (Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI). «Il faut réaffirmer les valeurs de l’identité nationale et la fierté d’être français», a déclaré Eric Besson.
Ce débat national devrait débuter le 2 novembre 2009 et se déroulera dans chaque préfecture. Les réunions seront animées par le corps préfectoral et les parlementaires nationaux et européens. Ces réunions associeront l’ensemble des forces vives de la Nation : mouvements associatifs, enseignants, élèves et parents d’élèves de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, organisations syndicales, représentants des chefs d’entreprises, élus locaux, représentants des anciens combattants et des associations patriotiques.
Ce débat sera alimenté par le rapport du Haut Conseil à l’Intégration « Faire connaître les valeurs de la République », remis au Ministre le 21 avril 2009, et par le rapport parlementaire sur le « respect des symboles de la République », établi par les députés Jean-Philippe MAURER, Françoise HOSTALIER, Jacqueline IRLES et Philippe MEUNIER, remis au Ministre le 25 mai 2009.
La question « Pour vous, qu’est ce qu’être Français aujourd’hui ? » devra être posée à chacun.
Des propositions seront soumises au débat, en particulier sur la place des symboles et emblèmes nationaux, sur l’obligation pour l’ensemble des jeunes français de chanter, au moins une fois par an, le cas échéant après une séance pédagogique sur ce thème, l’hymne national, ou encore la mise en place, dans les préfectures de département, de cours d’instruction civique, ouverts à tous, sur le modèle des cours qui seront mis en place à titre expérimental par les préfectures du Rhône et des Bouches-du-Rhône à partir de janvier 2010.

L’opinion française s’était émue lorsque La Marseillaise avait été sifflée lors de matches de football, en octobre 2001 lors de France-Algérie, en novembre 2007 France – Maroc, en octobre 2008 France-Tunisie.
Apprenons aux jeunes à être fier d’appartenir à une société basée sur le mérite, non pas sur la couleur de la peau ou le nom de famille, reconnaissons leur le droit à la différence mais en même temps donnons leur le sentiment de s’identifier à la communauté nationale en les intégrant.
La deuxième question sera « Comment mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale auprès des ressortissants étrangers qui entrent et séjournent sur le territoire national ? »
Des propositions seront soumises au débat, en particulier la mise en place d’un contrat d’intégration républicaine pour les étrangers entrant et séjournant sur notre territoire, passant par une élévation du niveau de pratique de la langue française et de connaissance des valeurs de la République, par la mise en œuvre, sur la base du volontariat, d’un parrainage républicain, permettant aux ressortissants étrangers d’être accompagnés dans leur parcours d’intégration, et par l’ouverture aux parents des écoles dans lesquelles sont scolarisés les enfants, sur le modèle du dispositif expérimenté cette année dans 31 départements.
Au Royaume-Uni, pour obtenir la nationalité anglaise, les étrangers résidant depuis cinq ans au minimum ont un test à passer .On leur pose des questions diverses telles que le nombre et le nom des partis politiques, on demande de donner le nom du premier ministre, le régime politique etc. Il leur est aussi demandé de posséder une bonne maitrise de la langue.
Apprendre la langue est une bonne chose, mais les valeurs françaises républicaines doivent rester intactes.
L’idée de M.Besson est largement inspirée par le modèle anglo-saxon qui montre aujourd’hui ses faiblesses.
En effet, ce modèle n’est pas la panacée, bien au contraire il favorise des dérives sectaires. En Angleterre le communautarisme est de plus en plus fort. Des tribunaux islamiques siègent dans certaines villes dont Londres et Manchester.
Le 31 octobre 2009 une manifestation, organisée par le mouvement « Islam4UK », est prévue à Londres pour demander l’application de la charia à toute l’Angleterre, au programme coups de fouets, lapidation et port de la burqa pour toutes les femmes anglaises !
Revenons à la problématique posée par Eric Besson. Pourquoi ce débat sur l’identité nationale vient-il à ce moment précis ? Ne faudrait-il voir dans ce débat qu’un ratissage électoraliste juste avant les régionales ? Est-ce un moyen pour récupérer les voix du Front National ?
Ou bien s’agirait-il d’une manœuvre des gouvernants qui sentant un fort mécontentement de la population après toutes les affaires récentes (Polanski, Mitterrand, Jean Sarkozy) décident de reprendre les choses en main ?
Ou encore est-ce une façon de cristalliser l’attention de l’opinion ?
Lors de l’interview télévisée, Eric Besson a été interrogé sur le port de la burqa.
Le ministre a précisé : »On peut débattre sur l’opportunité de la loi (…) mais sur les principes il n’y a pas de débat : la burqa est inacceptable et contraire aux valeurs de l’identité nationale ».
Dès le 26 octobre 2009, les réactions politiques ont fusé du Front National, aux Verts en passant par le PS.
Le Front National, en pleine crise financière, hurle au vol de voix d’électeurs…cela n’est pas pour me déplaire.
Les Verts proclament que le gouvernement ressort « l’épouvantail de l’immigration », juge Djamila Sonzogni, porte-parole des Verts. Elle y voit « une façon d’esquiver sa responsabilité dans l’échec des politiques d’intégration ». Nous voyons ce que donne l’intégration vue par les Verts à Roubaix (cf le documentaire « Le voile sur la république » 24 Septembre 2009 France 2). La section Verts de Roubaix est aux mains de deux proches de Tariq Ramadan : Siham Andalouci, de Présence musulmane, et Ali Rhani, du Collectif des musulmans de France.
Vincent Peillon (PS) estime que burqa « ne menace pas l’identité nationale » et condamne la façon dont le débat est amené. « Ce qui la menace (l’identité nationale) c’est de fermer des classes, c’est le discours sur la laïcité, c’est de prendre de l’argent aux classes moyennes et aux pauvres pour le donner aux plus riches », a indiqué l’eurodéputé. Pas une seule référence à la soumission de la femme et à son asservissement à une religion ! Une fois de plus nous avons la mauvaise réponse à une vraie question, le port de la burqa !
Elisabeth Guigou, ancienne Garde des Sceaux, affirme « détester la burqa » et que « toutes les femmes sont révoltées par ces femmes grillagées, enfermées dans des choses noires », elle déclare qu’elle « ne crois pas que faire une loi soit la meilleure façon d’éradiquer la burqa. Parce que c’est une infime minorité. Je pense que cela risque de cristalliser des musulmans qui ne sont pas du tout pour la burqa et qui pourraient sentir par là qu’on cherche à stigmatiser l’islam ». Encore une mauvaise réponse et un argument éculé, la stigmatisation !
Une fois de plus, les élus et représentants de la Gauche oublient les valeurs républicaines .Ce ne sont pas les dignes successeurs de Jaurès, Briand ou Blum. Ils abandonnent les droits des femmes au communautarisme qui va croissant. Ils abandonnent les femmes aux préceptes archaïques d’une religion.
Il est inutile que Martine Aubry aille manifester derrière la bannière « Pour une réelle égalité », avec Marie-George Buffet, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot comme elle l’a fait le 17 octobre 2009.
Tous ces fameux représentants politiques qui demandent l’égalité des hommes et des femmes ne condamnent pas ou si peu le port du voile intégral au nom de la tolérance, de la liberté de conscience et des Droits de l’Homme. Toujours des incantations et jamais au plus près des préoccupations des français de base !
Il est vrai que dès 2003, la Secrétaire Nationale du PS avait autorisé dans une piscine à Lille, des horaires réservés aux femmes.
Il est vrai que grâce à M.Cathala (député –maire PS) la mosquée de Créteil, ouverte depuis le 3 décembre 2008, d’une superficie de 4 000 m², est l’une des plus importantes d’Ile-de-France.
Il est vrai que plusieurs maires PS favorisent l’implantation d’écoles coraniques, de mosquées ou ferment les yeux sur des lieux de prières clandestins.
Il est vrai que le maire PS de Paris autorise l’obstruction de certaines rues le vendredi après- midi, pourtant le trouble à l’ordre public est flagrant.
Comment peuvent-ils se dire défenseurs de la laïcité alors qu’ils violent très facilement la loi de 1905 juste pour garder leur place d’élus ?
La parcelle de pouvoir qu’ils détiennent doit être grisante puisqu’ils sont prêts à tout pour la garder.
Ils oublient une seule chose : le pouvoir qu’ils ont leur est donné par les électeurs, et ces derniers peuvent leur retirer à tout moment.
Ne nous étonnons plus du faible taux de participations aux scrutins électoraux. La Gauche désespère les électeurs de Gauche, désespère les Républicains et les laïques.
La mission parlementaire sur le port du voile intégral est en pleins travaux.
Le 21 Octobre 2009, André Gérin lors de l’ouverture de la séance a tenu à faire un point sur les divers renseignements récoltés lors des auditions. « D’autre part, nos travaux nous ont permis de cerner les forces qui œuvrent en arrière-plan – salafisme, mouvement tabligh, wahabisme et de caractériser une idéologie intégriste et barbare, portée par un mouvement obscurantiste. Notre responsabilité politique est d’apporter une réponse forte à ce qui ressemble à un défi de civilisation. Après les tentatives faites pour minorer, voire ridiculiser notre mission, on se rend maintenant compte que le problème n’est pas franco-français, mais bien géopolitique. » Nous voulons mettre le holà à ces dérives attestées dans toutes les sphères de la société.
Visiblement l’homme politique, dans son sens le plus noble, prend conscience d’un réel problème de société et de sa responsabilité à y répondre.
La République ne doit pas reculer devant l’islam conquérant et pour le combattre réaffirmer par une loi que le port de la burqa n’a pas sa place en France.
Marie-José Letailleur

image_pdfimage_print