La “cancel culture” est une nouvelle dictature

Publié le 28 mars 2021 - par - 4 commentaires - 698 vues
Traduire la page en :

Un nouveau terme populaire a rapidement gagné du terrain sur les réseaux sociaux : la cancel culture. Cette expression décrit la pratique consistant à retirer son soutien à des célébrités, des influenceurs, des créateurs de contenu ou même des entreprises en réponse à une action largement considérée comme offensante ou immorale. En théorie, cet ostracisme en ligne semble bénéfique, car il donne au peuple le pouvoir de tenir les personnalités publiques responsables. Cependant, de nombreux exemples ont démontré que ce pouvoir peut être facilement abusé, entraînant l’annulation à un niveau excessif ou la haine inutile de certaines personnes. La cancel culture a montré à plusieurs reprises qu’elle pouvait être destructrice, intolérante et excessivement blessante, et qu’elle n’était donc pas saine pour notre société. L’un de ses grands défauts est que les gens sur Internet sont très rapides pour « annuler » quelqu’un, ce qui crée un environnement très toxique.

Dans ce monde de jugement, une seule erreur peut être fatale. Une influenceuse Tik-Tok de 17 ans a été « annulée » après avoir posté une vidéo d’elle dansant sur un enregistrement de quelqu’un récitant le Coran. Elle s’est excusée affirmant qu’elle n’était pas consciente de ce qu’elle faisait. Les répercussions sociales d’une « annulation » laissent généralement une trace sur la réputation des gens. Quelqu’un peut voir un ancien tweet d’une de ses célébrités et décider de ne plus la soutenir. Cela permet même à de fausses images d’avoir une place. Bien que ces dernières ne mettent presque jamais fin à une carrière, il est tout de même ridicule de condamner les gens pour une seule action insignifiante. En quoi le fait de danser sur un livre dit « saint » est grave ? Dieu aurait-il peur des moqueries de ses créatures ?

La cancel culture empêche le débat. Aux yeux de la bien-pensance, il y a peu de place pour le compromis sur les sujets controversés. Cette tendance à l’intolérance crée une atmosphère étouffante.

Hassan Ejaaibi

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
anamorphose

pour la danse allah fait bien danser ses marionnettes humaines pour cette jeune fille il faut interdire les derviches tourneurs et assimiles et tak tok et pour les menaces reponse voir le supplice chinois des cent morceaux les pauvres achetant la tete ou les morceaux au bourreau livre histoire du cannibalisme mais resultats interdit partout juste infos comme les demi semites dans la ss 350000 en allemagne mere juive ou un grand parent juif par la mere ou nazis noirs ignares ces humains et pour les racises faire etude genetique hilarant

Patapon

Si la ” cancel cuture” avait existé,je suis persuadé que la plupart des génies qui ont permis à l’humanité de progresser et d’embellir auraient été écartés sans autre forme de procès.

Joël

Faut dire que ceux qui pratiquent la “cancel” ne pratiquent généralement pas trop la “culture”.

patphil

du passé faisons table rase, ça n’est pas nouveau

Lire Aussi