1

La candidature d’Éric Zemmour est souhaitable, voire nécessaire…

Madame Le Pen aurait téléphoné à Éric Zemmour pour s’enquérir de sa potentielle candidature aux Présidentielles.

Elle aurait assuré que cette candidature serait contreproductive pour le camp patriote, qui pourrait lui interdire l’accès au deuxième tour, tout en favorisant un candidat copié collé de Macron du LR. J’ignore la réponse d’Éric Zemmour. 

Madame Le Pen envisage cette élection comme un gâteau qu’elle refuse de partager. Elle veut sa part, toute sa part, quitte à en avoir que 49,9 % ! Elle serait repue j’imagine, et irait danser pour digérer sa deuxième défaite.

Les tenants de madame Le Pen pensent qu’elle est la seule en mesure de battre Emmanuel Macron. Après tout, c’est possible dans l’état de désespérance des Français, de leur lassitude et leur écœurement. Mais c’est ignorer l’abstention, ce parti invisible de ceux qui, justement, en ont marre que l’on se foute de leurs têtes et trouvent intelligent de s’abstenir, les pauvres fous.

En réalité, le gâteau n’est pas de 100/100 d’électeurs. Loin de là. Le taux d’abstention en 2017 a été au premier tour de 22,2 % et celui du second tour de 25,4 %. En réalité, la part de gâteau est de 78 % du nombre d’inscrits sur les listes électorales et au deuxième de 75 %.

Sur 47 582 183 millions de Français inscrits, il y a eut 37 0003 728 votants (vote blancs et invalides inclus) soit plus de 10 578 455 abstentions au 1er tour. Ce fut pire au second tour.

Cela ne s’est pas arrangé depuis ! Que ce soit aux législatives et aux municipales. On verra pour les Régionales et les Départementales de 2021.

Les jeunes représentent la plus grande part des abstentionnistes : 29 % chez les 18-24 ans et 28 % des 25-34 ans ne se sont pas déplacés au premier tour de la présidentielle selon lIpsos.

Ce sont les retraités qui comptent la plus forte participation (87 %). La tendance est la même au second tour.

Les salariés même les plus modestes n’ont pas voté massivement pour elle.

Madame Le Pen n’a devant elle qu’un simple trois quarts comme gâteau.

Un gâteau dont la part invisible lui échappe. En quoi une candidature d’Éric Zemmour pourrait nuire au camp patriote, si cette élection suscitait une envie de vote d’adhésion, plutôt qu’un vote contre, ou un vote de dépit, si cette candidature favorisait le déplacement des électeurs ? 

Monsieur Macron n’a pas été élu par l’adhésion du peuple de France à son programme, il l’a été par défaut, contre madame Le Pen et cela change tout. Depuis le début.

Réussira-t-elle à inverser les votes ? À susciter un vote contre Emmanuel Macron ?

Rien n’est moins sûr avec la pression des médias gauchistes, l’appareil d’État, l’État profond comme ils disent, le système judiciaire ? C’est quasiment improbable.  

La candidature d’Éric Zemmour, outre le fait qu’elle n’est pas déclarée, est sans doute la possibilité d’élargir la base patriote, d’encourager les planqués, les défaitistes, les grognons, les résistants en peau de lapin, ceux qui se glorifient de ne plus voter pour des pignoufs alors même que sont eux les vrais pignoufs, les sodomisés électoraux. C’est devenu si fréquent qu’ils ne sentent plus rien.

L’abstention est un piège à cons. Ces patriotes vont-ils enfin en prendre conscience ?

Éric Zemmour peut y contribuer. Élargir le gâteau et suivant les résultats du premier tour, s’assurer le vote d’adhésion à la France pour celui qui sera au second tour, car c’est bien un représentant du camp patriote qui sera au second tour contre Emmanuel Macron si celui-ci n’est pas poussé vers la porte par ses petits camarades du camp mondialiste.

J’ai des doutes sérieux sur madame Le Pen. Par mon expérience personnelle au sein de la fédération du 92 et de ses petites manœuvres en interne pour favoriser ses petits copains, sa prestation lors du débat, sa réputation de ne pas travailler ses dossiers, son attitude indigne envers Valérie Laupie à Tarascon, et le retour d’amis qui l’ont rencontrée dernièrement pour évaluer ses positions sur l’islam, ne m’encourage pas. Toutefois, je suis prêt à voter pour elle, si elle est au second tour devant Éric Zemmour. Tout plutôt que Macron et les mondialistes qui détruisent la France.

Je ne suis pas prêt, par contre, à la suivre et faire une sorte de barrage à Éric Zemmour, bien au contraire. Si celui-ci, par son éventuelle déclaration voulait être candidat, je fais confiance à sa surface intellectuelle, culturelle, historique, son amour de la France, sa puissance de feu dans les débats. Sa conviction profonde et son patriotisme me rendent sa candidature bien plus attractive que celle de madame Le Pen.

Que le meilleur gagne sa place au second tour, et compte tenu du niveau de l’abstention actuelle, agrandir le gâteau et pousser tous les Français à voter, c’est possible.

Gérard Brazon