La canicule du siècle…

Publié le 2 août 2019 - par - 31 commentaires

« Pendant la canicule, nombre de personnes s’écrient : « C’est effrayant, il y a 35° à l’ombre ». Mais qui les oblige à rester à l’ombre?… » (Pierre Dac).
« En période de canicule, il est conseillé de jeter un froid. » (Philippe Aalberg).

Honte à moi ! Dans un article récent, j’ai osé critiquer Greta Thunberg, fabriquée de toutes pièces par le système et les médias aux ordres, pour nous faire accepter l’écologie punitive.

Aussitôt je me suis fait vertement attaquer, sur les réseaux dits « sociaux », par un tas de « courageux » anonymes (1) qui voudraient qu’on m’enferme, qu’on me pende, ou, pour les plus modérés, qu’on m’interdise d’écrire. Hélas pour eux, on ne peut même pas fermer mon compte « Twitter » ou « Facebook »  car, contrairement à Emmanuelle Ménard, je n’en ai pas !!!
La tolérance et la pluralité d’opinions sont bel et bien mortes dans ce pays ! On pense à la citation attribuée à cette vieille canaille maçonnique de Voltaire :
« Je ne partage pas vos idées mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer. »
Quelques sites amis continuent à me publier ; qu’ils en soient remerciés.
Je peux donc en rajouter une couche, juste histoire d’enfoncer le clou !

Ça fait des années qu’on nous culpabilise (et qu’on nous tape au portefeuille) au nom de la survie de la planète : nous, petits Blancs trop riches, serions seuls responsables du réchauffement climatique. Accessoirement, on oublie qu’en l’an 1000, la Terre a connu une période caniculaire. Les savants de l’époque y voyaient une prémonition de la fin du monde.

Le 17 juillet… 1852, le « Hampshire Advertiser », de Southampton,  écrivait ceci :
« En 1132 en Alsace les sources se tarirent et les ruisseaux s’asséchèrent. Le Rhin pouvait être traversé à pied. En 1152 la chaleur était si intense que l’on pouvait faire cuire des œufs dans le sable. En 1160, à la bataille de Bela (en Hongrie), un grand nombre de soldats moururent en raison de la chaleur excessive. En 1276 et 1277, en France, la récolte d’avoine et de seigle fut totalement détruite par la chaleur. En 1303 et 1304 la Seine, la Loire, le Rhin et le Danube pouvaient être traversés à pied. En 1393 et 1394 un grand nombre d’animaux tombèrent morts et les récoltes anéanties en raison de la chaleur. En 1440 la chaleur fut excessive… » Le même article signalait des canicules en 1538, 1539, 1540 et 1541, puis en 1556, 1615 et 1616, 1646, 1718 (2), 1723 et 1724, 1746, 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788, 1818, 1830, 1832 et 1835. Pardon pour cette fastidieuse énumération qui m’évite de vous imposer la lecture de tout l’article. Cette information est tirée d’un journal anglais de 1852, pas d’un site climatosceptique ! Donc, si l’on ajoute les surchauffes répertoriées depuis 1852, notre vieille Europe aura connu une bonne cinquantaine de canicules depuis l’an mille.

Mais, depuis plus d’un demi-siècle, on nous raconte n’importe quoi sur le devenir de notre planète : en 1974, par exemple, lors du premier choc pétrolier, on nous prédisait comme une fatalité inéluctable : « Dans 20 ans (soit en 1994) il n’y aura plus de pétrole ».
Nous sommes en 2019. Notre consommation de pétrole a été multipliée par dix depuis et nos réserves de pétrole sont deux fois plus importantes qu’en 1974.
Du pétrole – énergie fossile donc qui se régénère – il y en a partout ; sous les grands lacs africains, en Mer du Nord, sous la calotte arctique et même sous la région parisienne.
Les experts autoproclamés du Giec ne nous parlent jamais des « paramètres de Milankovic » et, quand un spécialiste de la climatologie vient à se montrer « climatosceptique », on le vire comme un malpropre comme ce fut le cas pour Philippe Verdier (3), licencié du service public en 2015.
Précisons, avant d’aller plus loin, que je ne connais RIEN à la climatologie, mais, il y a dans le monde, des centaines de VRAIS savants qui se déclarent ouvertement « climatosceptiques »(4).

Citons, chez nous, les plus connus :
– Claude Allègre, géochimiste, lauréat de nombreux prix. L’un des premiers à avoir soulevé la possibilité d’un réchauffement climatique.
Il souligne que l’on ne connaît à peu près rien du rôle du CO2 d’origine humaine dans le réchauffement actuel et que d’autres facteurs sont bien plus importants : vapeur d’eau, formation des nuages, poussières et activité volcanique, etc…
– Hacène Arezki, géographe spécialisé en géographie physique, biogéographie et climatologie. Il nie, dans son livre « Climat, mensonges et propagande », le caractère de la récente évolution climatique ainsi que l’hypothèse du rôle de premier plan joué par les gaz à effet de serre ;

– Vincent Courtillot, géophysicien, docteur en physique, professeur à l’université de Paris VII et auteur de nombreux articles scientifiques dans « Science et Nature » ;

– Diane Douglas, paléoclimatologue, auteur et éditeur de plus de 200 rapports scientifiques. Pour elle, les facteurs naturels et non le CO2 dominent le climat ;

– Jacques Duran, physicien, directeur de recherche CNRS, ancien vice-président chargé de recherche de l’université Pierre et Marie Curie (1986-1992) et auteur du site « pensée-unique.fr » ;

– Serge Galam, docteur en physique : il estime que la cause du réchauffement est encore inconnue et que le seul lien entre CO2 et réchauffement climatique est une coïncidence temporelle ;

– Christian Gerondeau, polytechnicien, affirme qu’il n’existe aucun lien démontrable entre CO2 et température (« CO2 : un mythe planétaire », Toucan, 2009). Il dénonce les contradictions et les manipulations des données par des groupes de pression comme le Giec (qui n’est pas un groupe d’experts), sur le réchauffement climatique, et sur… le gaspillage de l’argent public ;

– François Gervais, physicien, professeur émérite à l’université François Rabelais de Tours, médaillé du CNRS et primé par l’Académie des sciences, estime que l’effet de serre du CO2 est à saturation, les activités humaines n’ont quasiment plus d’incidence sur le réchauffement. On a pris une conséquence pour une cause. Les fluctuations de température précèdent celles du CO2 ;

– Philippe de Larminat, expert en modélisation des processus, met en œuvre dans son ouvrage « Changement climatique » (ISTE Éditions, 2014) des modèles historiques pour décrire et prévoir les changements climatiques depuis 1 500 ans. Ses résultats montrent l’absurdité des conclusions du Giec sur l’influence humaine sur le changement climatique, ainsi que l’impossibilité de modéliser physiquement quelque chose d’aussi complexe que le climat ;

– Jean-Louis Le Mouël, géophysicien, ancien directeur de l’Institut de physique du globe de Paris, médaille d’argent du CNRS, lauréat de la Flemming Medal, spécialiste du magnétisme terrestre. Il souligne que l’origine humaine du réchauffement climatique n’est qu’une hypothèse. Il estime que les rôles de l’activité solaire et du magnétisme terrestre sont sous-estimés ;

– Marcel Leroux, (décédé en 2008). Professeur émérite de climatologie à l’université Jean-Moulin – Lyon-III, il était directeur du laboratoire de climatologie, risques et environnement. Il résumait, en 2003, son point de vue sur la théorie du réchauffement climatique :
« Le réchauffement global est une hypothèse issue de modèles théoriques et fondée sur des relations simplistes, qui annonce une élévation de la température, proclamée mais non démontrée. Les contradictions sont nombreuses entre les prédictions et les faits climatiques directement observés, l’ignorance délibérée de ces distorsions flagrantes constituant une imposture scientifique » ;

– François Meynard, ingénieur physicien, enseignant en sciences humaines et sociales, publie en 2011 un livre intitulé « La légende de l’effet de serre ». Il affirme que l’effet de serre est « une chimère informatique dénuée de fondement physique » ;

– Benoît Rittaud, maître de conférences à l’université Paris XIII, auteur de l’ouvrage « Le Mythe climatique » (2012), parle d’une « pseudo-science » qu’il appelle « climatomancie : un art divinatoire visant à déduire du comportement humain l’avenir climatique de la Terre, dans l’idée de prescrire à chacun des actions de pénitence ».

Je m’arrêterai là, pour ne pas lasser mes lecteurs, mais je rappelle qu’il existe, dans tous les pays, quelques dizaines de chercheurs, de savants, d’ingénieurs, bref, de gens parfaitement crédibles et qui ne croient pas à la responsabilité de l’homme dans le réchauffement actuel.

Alors, me direz-vous, à qui profite le crime ? J’ai bien une petite idée :
En 1975, Giscard créait le « G7 ». Dans le discours inaugural de cette institution, il déclarait que les citoyens des pays industrialisés supportaient de plus en plus mal l’hyperfiscalité (déjà !).
Aussi cet esprit tordu proposait de sensibiliser les peuples à l’écologie. Culpabilisés, ils accepteraient d’être taxés pour la survie de la planète. CQFD !
Depuis, force est de constater que l’écologie punitive fonctionne à plein tube !
Pendant des années, on nous a affirmé que le diésel polluait moins que l’essence, puis, alors que 70 à 80 % des Français roulaient au diésel, on nous a dit le contraire.

Honte aux gens (dont je suis) qui roulent au diésel ! Nous serions responsables de… 40 000 morts pas an. D’où sortent ces chiffres ? Là encore, on nous prend pour des imbéciles.
Deux études récentes, menées par des organismes indépendants, viennent de démontrer que le moteur diésel moderne, doté de filtres à particules, vannes, « AD-Blue », etc pollue… 30 fois moins que le moteur à essence.
Notre vieille planète a connu des périodes glaciaires suivies de périodes chaudes. N’est-ce pas, tout simplement, une évolution normale de la Terre ? L’homme a-t-il la moindre responsabilité dans ce processus ? Je n’en sais rien, mais une chose est certaine : nous, Français, représentons 1 % de la population du globe, et 0,9 % des émissions de gaz à effet de serre.
Ce n’est pas en nous saignant à coup d’impôts sur les ordures, de taxes de recyclage, de taxe carbone, de malus écologique… etc., qu’on réglera le problème.
La seule « dépollution » qui soit dans nos cordes, c’est le nettoyage de cette classe politique aussi incapable qu’arrogante qui nous présure depuis un demi-siècle.

Depuis 1974, la France n’a jamais connu un budget en équilibre. Chaque Français est endetté à hauteur de 35 000 €. Nous laisserons à nos enfants une dette abyssale de 2 320 milliards d’euros, un pays livré à une immigration massive et incontrôlée, des zones de non-droit où la police n’ose plus aller, et les responsables de ce gâchis nous demandent de payer toujours plus d’impôts, de trier nos poubelles et d’abandonner nos vieilles voitures.
Chez nous, les « ordures » sont… au pouvoir et le seul moyen (légal) de lutter contre s’appelle « bulletin de vote ». Pensez-y aux prochaines élections.

Éric de Verdelhan

1)- les dignes descendants des « corbeaux » qui dénonçaient les Juifs sous l’Occupation.
2)- D’après Emmanuel Le Roy Ladurie, la canicule de 1718 aurait fait 700 000 morts !
3)- Auteur du livre « Climat Investigation ».
4)- J’éviterai à mes lecteurs cette kyrielle de noms. On trouve ça sur internet, en cherchant un peu.

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
andre

Excellent article! que de vérités ! il cite des scientifiqes français mais il y en a en Italie, en Suisse , aux USA ! le soit disant réchauffement climatique, qui a toujours existé sert à nous culpabiliser, il faut payer des taxes, il faut accueillir l’Afrique, l’Arabie ect…et nous ouvriers français devons travailler pour ces parasites ! naturlich, le ” bénef” va dans les poches de “rotschild” le prédateur kabbaliste !
Alors l’ennemi est connu, révoltons nous. Et pas de pitié.

Marcello

Putain, un des meilleurs articles que je viens de lire, je commençais à croire que j’étais un des rares très rares personne à penser comme vous tous, Merci un grand MERCI à vous Éric de Verdelhan pour cette intervention et à vous tous pour vos excellents commentaires, un million de pouces pour chacun de vous.
Je vais tout imprimer, l’article et tous les com..

Vova

Ne pas confondre “canicule” et “sécheresse” , ce sont deux choses différentes . Exemple : en 1976 nous avons connu , en Belgique , une sécheresse qui a duré plus de 4 mois , pas une goutte de pluie , les récoltes furent nulles , les animaux mourraient de soif , pas de chaleur ; cette année là on a dû importer des patates du Mexique , le prix des frités avait atteint des sommets , etc ….. et pourtant la température ne fut pas exceptionnelle !! C ‘ est à coup d ‘ amalgames qu ‘ on trompe l ‘ opinion !

hagdik

J’ai connu la canicule et la sécheresse de 1976 dans l’Ain.
L’année suivante, l’été 1977, il a tellement plu et si longtemps sans discontinuer, qu’on a vu inonder las endroits où çà ne s’était pas produit de mémoire d’homme.
La nature se fout du giec.

POLYEUCTE

31.000 savants compétents mondiaux, 857 italiens, ont signé des pétitions anti GIEC.
L’Ecologie est en passe de devenir pire que l’islam !
Le point commun ? Absence totale d’Esprit critique !

reuri

Et la verte hidalgo de Paris voyage toujours en falcon ? Mais pourquoi tous ces braves gens ne donnent ils pas des visioconférences au lieu de prendre des navions qui puent, des bagnoles qui polluent ? Et je suppose que chez eux ils s’éclairent à la bougie, n’ont pas de climatisation. Au fait le macron va interdire l’air conditionné dans les bureaux de ses ministres, non ?. Ah comment , le machin climatotruc est une arnaque du riche pour piquer du pognon au peuple, et qu’il n’est pas question que le comique al gore et autres escrocs se privent de jet privé, de climatiseurs, et de berlines . S’il y a une épuration , l’industrie de la corde aura la côte, car il y en aura des crapules à pendre par les pieds.

mimi

la petite pisseuse suédoise s’en va en bateau très haute technologie ( matériaux composites, fonctionnement,batteries au lithium, connexions informatiques, suivi satellitaire ….) jusqu’à New York , piloté par un patron d’une société d’hélicoptères “haut de gamme” et propriété d’un planqué du paradis fiscal monégasque…Il paraît qu’elle en reviendra à la nage : prions pour qu’un orque s’en occupe!

zéphyrin

cher éric, je vous rejoins sur les canicules, grands froids, qui ont toujours été cycliques.(à savoir quelle est la part du pollueur dans l’affaire)
par contre, pas d’accord sur les réserves infinies d’énergie fossile. on a bel et bien épuisé certaines nappes, et elles ne vont pas se réalimenter de sitôt (sourire) si on y ajoute la multiplication à venir de consommateurs mondiaux, il y a des limites à tout.
la terre est une petite ile dans le cosmos.

Sylvie Danas

@zéphyrin, il est tout à fait exact que les propos de l’auteur sont erronés sur ce point. Les énergies fossiles résultent de la fermentation, sur plusieurs dizaines voire centaines de millénaires, de biomasses fortement carbonées (principalement le compost des fougères géantes de l’ère… carbonifère, précisément – c’était il y a environ 350 millions d’années). Donc si, oui, elles sont susceptibles de se régénérer, ce n’est pas à une vitesse qui est le moins du monde compatible avec les besoins prévisibles de l’humanité, qui sera probablement éteinte avant cela. Mais quant au caractère non significatif de nos anecdotes météorologiques actuelles, qui n’ont rien de climatique, c’est tout à fait clair. Le GIEC et ses journaleux nous prennent pour des billes

Marnie

L’écologie d’aujourd’hui est tout simplement une escroquerie mondiale.
Qu’ils prennent leur bâton de pèlerin ou qu’ils enfourchent leur vélo (et non l’avion qui pollue énormément) et se rendent en Allemagne (centrales au charbon), en Chine, en Inde, aux EU, etc. pour leur faire accepter leur point de vue sur le climat et l’écologie. En France nous n’en pouvons plus, nous n’en voulons plus de ces moralisateurs dont la conscience a vraisemblablement quelques fêlures.

JEF

Les canicules nous emballent!!!!!!

amril

Vous auriez pu faire un effort pour la rime.

barracuda58

Et les cannibales nous enc….!!!!

JEF

Bravo, vous avez saisi la contrepèterie….. L’Afrique est bonne hôtesse

La_Soupape

😆 Jef
Quand je pense que notre petite conversation passée a été saccagée par un fumiste jaloux et je disais exactement ceci : Les rossignols du caroubier ?!! Comme vous êtes chanceux, c’est une espèce devenue si rare car c’est la seule qui peut remplacer une aile en chantant.

Pardonnez mon temps de réponse un peu long, j’avais une panne de micro qui me brouillait l’écoute et j’ai également dû me rendre chez ma voisine archéologue qui revenait de campagne les caisses pleines du produit des fouilles car la pauvre était soucieuse de voir sa vieille poule qui mue. Je l’ai rassurée en lui indiquant toutefois que c’est surtout son cou qui me donne du tracas et qu’elle pouvait repartir tranquille en ajoutant que je la rejoindrais volontiers sur sa fouille car ma semelle a un parfum d’errance…

mos57

bonjour, en été il fait chaud et en hiver il devrait faire froid c’est les saisons

pauledesbaux

chacun des articles de M. de Verdelahn nous prenons une leçon d’Histoire de Géographie et de Sciences, que voulez-vous de mieux ? Bravo Eric..

DUMONT anne-marie

mes compliments pour votre article ! tous ces présumés spécialistes du climat nous ne les prenons pas au sérieux!

4711

Ne pas dire du mal de “gretouilla” sinon boycotte

patphil

vous avez oublié le coup du trou dans la couche d’ozone, il y a bien 40 ans de ça, on devaient tous griller ! et puis, quelques années après il a disparu des médias

Incroyant

Dans les années 70 il y a eu aussi le coup des pluies acides qui devaient déforester la France !

amril

Ils ont interdit en 95 les CFC et le nouveau gaz utilisé dans nos climatisations automobiles est de nature plus fluides et engendre des pannes par fuite sur tous les véhicules ayant un peu de bouteille.
Que dit Wikipedia:
Les atomes de chlore issus de la décomposition de ces CFC en altitude détruiraient en moyenne 100 000 molécules d’ozone2. Ils modifient les molécules d’ozone de l’atmosphère (O3) en enlevant un atome d’oxygène. Comme ils se dégradent progressivement mais très lentement dans l’atmosphère, leur effet destructeur se poursuit JUSQU’A PLUSIEURS SIECLES après leur émission.
DEPUIS LES ANNEES 90 le trou de la couche d’ozone a commencé à se réparer.
En 24 ans on aurait donc résorbé des effets s’étalant sur plusieurs siècles.
Qu’en pense le GIEC?

La_Soupape

Le giec ne pense pas, il PREND !!!

hagdik

C’est le fameux “coup du trou”.

La_Soupape

Wahoo ça déchire !
Quel article excellent Monsieur de Verdelhan ! Il est mot pour mot le reflet exact de ce que je pense en beaucoup plus poli !
Le seul truc qui m’étonne, c’est de voir qu’y y’a des “directeurs de recherche” (rien qu’le nom m’amuse) à ce lupanar qu’est le CNRS et aussi des maîtres de conférence en université qui le disent, je dis pas le pensent pass’que ça, y doivent être des centaines, mais le disent et l’écrivent, alors là, chuis scié !

Bon ben je vois en tout cas qu’on est plus nombreux qu’il n’y paraît à vivre sans difficulté sans ces véroles de face de bouc et de touittère, ça rassure !

Merci pour ce super article, de la part d’un pollueur au diesel sans FAP EGR ni HDI, un assassin des écolos quoi !

SGEG

Les médias parlent de canicule pour cacher les vrais problèmes,c’est tout.

Le Blob

Ah ben ! Tenez, pas plus tard qu’hier, c’était l’avion qui s’est écrasé dans l’incendie dans le bas de la France: en boucle… OUFF !

Le Priol

Ma connaissance de l’histoire de la France et de ma région vous donne raison.
Tout commence avec l’apocalypse de St Jean, puis la peur de l’an 1000, etc….
Les inquisiteurs sont de retour, la religion n’est pas la mème, ceux qui pense comme vous et moi ne somment bon que pour le bucher. Comme à Montségur.
Les socialiste et les écolos de gauche actuels oublis qu’ils sont les descendants politique de ceux qui ont massacré les Chouans et les Vendéens. A quand un méa-culpa de Macron pour les massacres de Bretagne, de Vendée etc…

. Dupond 1

Le Priol
+1000000000000000000000000000000000000000

Marnie

J’apprécie votre commentaire. Mais pourquoi parler encore et encore de repentance, de choses regrettables sans fin ? Se souvenir c’est normal mais pitié pour le présent !

amril

Parce que justement il est important de parler des repentances oubliées sciemment, au service de celles qui arrangent la ’cause’ des traîtres.
Tout est lié.

Lire Aussi