La cardinal Barbarin n’a pas à faire pression sur des élus de la République

Publié le 22 juillet 2011 - par - 1 009 vues
Share

Quand une instance républicaine propose une liberté aux plus vulnérables, les filles, un représentant d’Eglise n’ayant jamais accepté l’égalité des sexes ferait mieux de s’abstenir de tout commentaire.

Le Conseil régional Rhône Alpes vient de voter la mise en place d’un « pass contraception ». Une initiative permettant aux mineures de consulter un médecin et d’obtenir des contraceptifs gratuitement. Le but est de lutter contre les grossesses non désirées chez les adolescentes.

Philippe Barbarin, archevêque de LYON a eu seul les honneurs de la presse locale lyonnaise et a vivement critiqué cette décision d’une instance républicaine. Comme il dépend directement d’un monarque étranger, le patron du Vatican, et que par ailleurs depuis notre Révolution fêtée ce 14 juillet, les décideurs de France, élus par tous, n’ont pas besoin des consignes d’un chef de n’importe quelle religion, ledit primat des Gaules commet là une ingérence politicienne. La loi de 1905, de séparation de l’Eglise et de l’Etat veut que l’Eglise soit maîtresse chez elle, – mais seulement chez elle ! On aurait aimé que la presse locale s’intéressât aussi à d’autres avis sur le sujet ! Associations de Parents, planning familial, Syndicats de Jeunes, Libre pensée, et d’abord des femmes !…Seule la branche conservatrice de l’église catholique a eu la parole. Le choix n’est certainement pas neutre. C’est de la propagande anti républicaine, pro catholique fondamentaliste, la seule choisie pour donner un avis sur le travail du conseil régional. Il y a actuellement en France et en Europe une collusion entre les pouvoirs droitistes et l’église catholique intégriste.

Les filles de notre pays reçoivent une bonne éducation de leurs parents. Celles qui le veulent suivent une religion qui peut être catholique. Celles là n’utiliseront probablement pas le pass contraception, car elles obéiront librement à leur religion. Le Conseil régional n’a pas pour vocation d’empêcher les familles de disposer de moyens de contraception quels que soient leurs revenus, mais bien au contraire de les aider à les acquérir si elles en ont besoin !

Dans nos lycées français, avec ou sans internat mixte, il y a plus de 30 ans que les représentants des parents et de tous les personnels d’éducation ont voté en Conseil d’Administration la mise en place de distributeurs de préservatifs. Personne n’a jamais été tenu de les utiliser ! Ni empêché.

Le fait que des jeunes qui s’aiment fassent l’amour hors mariage n’est un problème que pour les églises qui l’interdisent, – pas pour les autres ; pas pour la multitude. Les structures de la République ne sont pas les auxiliaires des religions et ne sauraient s’auto censurer sur leurs projets sociaux.

Sauf pour des obsédés qui considèrent les femmes libres comme des « putains » (mais pas les hommes), il ne s’agit pas de vagabondage sexuel. Les islamistes nous posent assez de problèmes avec leur volonté d’interdire la jupe même à leurs professeurs femmes. En France, les enfants reçoivent une éducation à la maison, qui est souvent excellente. Et les filles doivent apprendre très vite que leur corps leur appartient autant que celui des hommes, qu’elles en disposent, telle est la loi républicaine ! Non aux charias y compris catholiques!

Une grossesse à 16 ans, à 17 ans coupe les études, et malheureusement, dans notre société, la femme qui ne pourra pas faire d’études sera une femme dépendante de son mari, une femme à la maison. L’Eglise fondamentaliste représentée ici par monsieur BARBARIN qui ne connaît pas grand-chose au problème et qui n’a pas de fille à éduquer, s’oppose à l’égalité des Hommes et des Femmes qui repose d’abord sur l’autonomie économique ce ces dernières.

Les conseillers régionaux sont représentatifs de tout le peuple, y compris les parents qui ont eu le loisir de les choisir, alors que monsieur Barbarin représente qui ? Les parents ont bien évidemment le souci de la moralité de leurs enfants qui englobe leur sexualité. Les parents comme les conseiller régionaux sont sur le terrain du concret, des résultats, pas des leçons de morales particulières hors de la vie. D’ailleurs ils ne prêchent ici aucune morale autre que la liberté de choisir. Ils combattent l’inégalité des sexes. Tant pis pour des gens d’une époque révolue où on prêchait volontiers, « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ». La voie du progrès est bien celle là, et non de marcher à reculons.

Je reconnais tout à fait à Monsieur BARBARIN le droit de donner son avis de citoyen, il est plus contestable qu’il le donne en qualité de représentant d’une religion, car il provoque l’attaque de sa chapelle ! Pour moi, vouloir imposer ses vues communautaires à des élus qui heureusement ne l’ont pas consulté, est du cléricalisme. Comme fut du cléricalisme la volonté d’imposer le voile aux filles dans les écoles, la viande hallal dans les cantines, des prières publiques dans les rues bloquées à PARIS. Le cléricalisme réveille l’anticléricalisme, une résistance nécessaire. La France a toujours le sursaut nécessaire. En écho à monsieur BARBARIN, je répondrai par un article : « Femmes, violeurs religieux impunis ». Et pour ne pas être en reste avec l’islamisme, voici « Femmes, Interdire une secte violente ! »

J’aurai la même riposte devant toute prétention d’imposer sa croyance en la présentant comme un modèle. L’islamisme provocateur occupait ces temps ci le devant de la scène, voilà que les fondamentalistes s’y mettent. Seraient ils en concurrence ? La république est laïque, la laïcité n’est pas une opinion, mais la liberté d’en avoir une. Le Conseil Régional laisse toute liberté de conscience et d’action à chacun, catholique ou non. C’est bien.

Claude BARRATIER

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.