La cérémonie sur l’esclavage que le maire de Villers-Cotterêts doit organiser l’an prochain…

Publié le 13 mai 2014 - par - 1 847 vues
Share

taubiraesclavageSi j’avais été maire de Villers-Cotterêts, je n’aurais pas pris la position du nouveau maire  (dont je comprends parfaitement l’opinion qu’il a de l’hypocrisie manipulatrice de ceux qui veulent célébrer l’abolition de l’esclavage en France pour s’auto-flageller alors qu’ils le soutiennent en Mauritanie, au Qatar et au Soudan, par exemple…) et j’aurais organisé de la meilleure des manières une vraie campagne de commémoration.

Certes, en deux mois, cela eût été, sans doute, impossible, mais cela peut se faire pour les années à venir car  cette célébration, qui honore notre Histoire, doit permettre l’accès à la vérité historique – que les socialos au pouvoir veulent occulter –  et la dénonciation des postures de repentance et de manipulation idéologique, que ces mêmes socialos veulent nous imposer.

M. le Maire de Villers-Cotterêts a pu cependant remarquer que, ce 10 mai, la population de sa commune de 11 000 habitants n’était pas devant la statue du général Dumas et que les 2 (ou 3) centaines de « manifestants » venus de toute la région (et bien plus) ne représentaient pas grand chose… On peut le déplorer, on peut se dire aussi que la manipulation hollandienne prétendant fustiger l’élu local refusant d’organiser cette célébration a fait « long feu » et lui est retombée sur le nez : Hollande, c’est 18% d’opinions favorables, que diable!

Ce maire a pu aussi remarquer que l’agitation médiatique de la Pau-Langevin,  représentant le pouvoir en place, a fait un bide… à l’instar de celle de l’ineffable Taubira qui, comme habituellement, s’est fait remarquer en évitant de chanter l’Hymne National lors des cérémonies officielles du 10 mai, montrant ainsi son mépris de la France et des Français et qui devrait démissionner de son poste de ministre si elle avait une once de dignité et d’honnêteté  intellectuelle (d’accord, ce sont des valeurs de noblesse qu’elle ignore, mais quand même!)

Il a donc pu se dire que sa position, compréhensible, était la bonne.

Pour l’avenir, je lui en suggère une autre.

La fin de l’esclavage pour notre pays date du 27 avril 1848 avec les « décrets Schoelcher » qui l’abolissent pour la France et tous ses territoires… L’acte est historique et mérite célébration… et « pédagogie » pour nos  concitoyens qui pourraient, ainsi , être intéressés à  leur passé et s’imprégner des leçons qu’il leur laisse tout en leur permettant de regarder autour d’eux, le regard haut et clair.

Pourquoi donc ne pas prévoir une exposition  sur le thème de l’esclavagisme et de sa disparition, en prenant en compte sa dimension dans le temps de l’Histoire et l’espace géographique planétaire?

Pourquoi ne pas appuyer cette exposition de colloques, tables rondes ou autres manifestations « culturelles » permettant d’expliquer que l’esclavage est consubstantiel des sociétés humaines dès Sumer (et même au paléolithique !), en passant par l’Egypte, la Grèce antique, l’empire romain, par exemple (et pour ce qui ne concerne que notre civilisation)?

Des chercheurs, des historiens, des philosophes, des analystes comme Olivier Pétré-Grenouillet, Tidiane N’Diaye ou même Michel Onfray (s’il veut s’impliquer) y seraient de bons « animateurs »…

Ils  pourraient venir présenter la politique de notre pays sur cette question, depuis le décret du 3 juillet 1315 pris par Louis X le Hutin (et déclarant libre tout individu foulant le sol de France) jusqu’aux textes de Schoelcher , en passant par les différentes attitudes hésitantes et équivoques de l’Eglise (prise en sa « mission évangélique » et son soutien à la puissance financière et politique) , par la réitération par Louis XIV de la position de son prédécesseur monarchique, par le décret de février 1794 pris par la Convention et interdisant l’esclavage dans les territoires dominés par la France (qui, elle – à l’inverse des USA- n’a jamais connu l’esclavage sur son sol) …

Ils  pourraient venir expliquer comment s’est mis en place « le commerce triangulaire » qui s’est appuyé sur l’action des rois et chefs du continent noir venant vendre leurs prisonniers et autres captifs razziés dans les tribus africaines aux marchands européens établis dans des « comptoirs », sur les côtes du Sénégal, par exemple…

Ils pourraient venir exposer l’action dévastatrice de la traite des humains perpétrée par les musulmans du monde arabique dès la fin du VIIème siècle, et à grande échelle, écumant toute l’Afrique centrale et orientale…et castrant à tout va les mâles qu’ils rapportaient chez eux (tiens, la Taubira et la Pau Langevin ont eu la chance que leurs ancêtres aient été expédiés vers les Caraïbes…), et ajouter à ce fléau celui  des « barbaresques musulmans méditerranéens » ravageant les côtes de nos contrées pour y enlever , notamment, les femmes qu’ils revendaient  en Orient… Sans omettre, bien sûr, que cet esclavage, qui a officiellement duré jusqu’ à la moitié du XXème siècle, existe toujours par plages en Mauritanie, au Soudan, en Arabie Saoudite, au Qatar…et au Nigéria avec , notamment, le groupe musulman Boko Haram…

Tout ceci, et beaucoup d’autres manifestations, seraient possible et bien venus!

Et il resterait au maire, lors de la cérémonie officielle, le loisir de synthétiser tout cela, de reconnaître le courage de notre République, la force de conviction de nos penseurs nés des Lumières, le chemin cahotant accompli par notre pays sur cette question… d’appeler à l’action contre tous ceux qui, aujourd’hui encore, n’ont pas renoncé à aliéner l’identité de chacun à des fins de profit économique …et de fustiger tous ceux qui veulent se servir de ce qui n’est qu’un moment de notre Histoire pour nous appeler à nous coucher devant ceux qui continuent à pratiquer la négation et l’asservissement des individus .

Et puisqu’on est à Villers-Cotterêts, je suggère au nouveau maire de préparer également une grande fête de célébration de l’ordonnance prise par François Ier en août 1539 dans cette bonne ville pour imposer le « français » comme langue officielle du royaume (à la place du latin…)

Gageons que lors de ces deux différentes commémorations, la troupe des tartuffes et manipulateurs de l’Histoire qui pérore et éructe aujourd’hui dans les media que leur ouvre complaisamment la valetaille journaleuse regardera ailleurs.

Alors, M. le Maire, si vous faites tout cela, vous ferez fort.

Robert Albarèdes

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.