La chute du mur des cons, c’est maintenant !

La plus belle punition des islamo-gauchistes se découvre dans les ordres que Trump a donnés dès après son investiture : C’est ce qui a provoqué la chute du mur des cons, c’est-à-dire la « chute du mur mental socialiste » qui justifiait la plupart des logomachies politiquement correctes des journaleux ignares et soumis.

Ce sont ces journaleux médiocres, ignares, paresseux et soumis au politikment correkt qui « érigent des cathédrales d’ignorance, des monuments à la gloire de la mauvaise foi et de la démagogie » (Rémi Lélian).

La chute du mur des cons, c’est « Enfer et Décadence du politikment correkt« , incapable de surmonter les Tweets de Trump, seul capables de contourner le journalisme maffieux de l’industrie du mensonge et les vomissures de la caste islamo-gauchiste. Voilà pourquoi ceux qui en ont rêvé n’ont jamais pu l’accomplir.

C’est pourquoi la chute du mur des cons résulte de « ce que seul Trump pouvait réaliser » dans la vie réelle. C’est pourquoi les ventes des médias corrompus s’effondrent dans l’indifférence générale. Les Tweets de Trump, c’est la fin du pouvoir des médias mafieux. La chute du mur des cons, c’est le stade terminal du socialisme de Hollande et de Hamon Zémerveilles, sans aucun rapport avec la vraie vie concrète des gens.

C’est la fin des mystifications démocrates de Hillary Clinton la corrompue et de Barack Hussein.

La gauche médiatique a voulu faire croire en France que Barack Hussein aurait été un bon Président des États-Unis, quoique très nul en politique étrangère avec le discrédit majeur de la voix des États-Unis dans le monde. En réalité, les minorités ont été délaissées. Les classes moyennes et les pauvres sont toujours plus pauvres et les très riches sont encore beaucoup plus riches. Guy Millière a écrit : « Les journalistes français… semblent vivre dans un univers sans relation avec la réalité concrète… Ils lisent le Washington Post et le New York Times, les deux quotidiens les plus à gauche des États-Unis, mais jamais les magazines en ligne qui constituent pourtant désormais la principale source d’information écrite de la population américaine

« Aux États-Unis, ils vivent en circuit fermé entre Manhattan, Washington DC, San Francisco

« Quand ils (se baladent) au Texas ou en Alabama… ils ont autant de préjugés vis-à-vis des indigènes qu’Hergé à l’époque de Tintin au Congo. Ils ne peuvent pas savoir que le chômage réel est aujourd’hui plus élevé que quand Obama a pris les rênes du pays, que la dette du pays a doublé, que le nombre de pauvres a augmenté de plus de 20 %, ou que les tensions entre Blancs et Noirs, qu’Obama a attisées en pratiquant le racisme anti-blanc, n’ont jamais été aussi élevées depuis quatre décennies.

« Ils semblent ne pas discerner l’immense responsabilité de Barack Obama dans la naissance de l’État Islamique, dans la prolifération du terrorisme djihadiste ou dans la guerre qui a déjà fait plus de 500 000 morts en Syrie. Ils n’ont pas compris l’élection de Donald Trump, et ils continuent à prendre Donald Trump pour ce qu’il n’est pas. Ils ne comprennent pas la cohérence du programme de Donald Trump… J’ai déjà entendu ce discours quand Ronald Reagan a été élu. Quand ils voient les ministres choisis par Trump, ils voient des milliardaires. Ils ne savent pas qu’aux États-Unis un milliardaire n’est pas considéré comme un criminel contre l’humanité, mais comme un homme qui a réussi et qui peut, dès lors, réussir dans d’autres activités.

« Ils partagent la haine et le ressentiment anti-Trump d’une gauche qui (n’accepte pas sa défaite)…

« Les années Obama sont achevées et un long cauchemar prend fin, les années Trump commencent. »

C’est ce moment de l’élection de Donald Trump qui a signifié la chute du mur des cons aux États-Unis et la chute du mur des cons de la caste politico-médiatique française des intellos-bobos gauchistes. Et Trump vient de « bloquer 221 millions de dollars destinés aux terroristes palestiniens » par Barack Hussein !

Lu sur Résistance Républicaine : « Trump, décisions des premiers jours de son mandat : Décrets : Les USA se retirent des accords de libre échange trans-pacifique au motif que cela coûte des emplois aux États-Unis. Interdiction pour l’État fédéral de financer les entreprises qui favorisent les avortements à l’étranger. Gel de tous les emplois de fonctionnaires, sauf ceux des militaires. Décisions : Baisse massive des impôts de la classe moyenne et des entreprises de 15 à 38 %. Suppression des trois quarts des normes et régulations qui, comme en France, compliquent la vie des entreprises et nuisent à la productivité ».

Francesca de Villasmundo écrit sur MPI : « Gabbard, une députée démocrate, révèle que les Syriens lui ont demandé pourquoi les États-Unis ont soutenu et aidé militairement les groupes terroristes comme Al-Nosra, al-Qaïda… qui détruisent la Syrie, alors que c’est al Qaïda qui a attaqué l’Amérique le 11 septembre 2001 ! Tous les simples Syriens ont également dit la même chose : il n’y a pas de rebelles modérés. En Irak, en Libye et en Syrie, les États-Unis ont conduit des guerres pour changer les régimes, avec des souffrances inimaginables, de terribles pertes humaines, et le renforcement des groupes al Qaïda et de l’État islamique. »

Lu sur 20 minutes : Des « propos inacceptables » (d’une vérité rafraichissante) « sur BFMTV » : « L’auteur et essayiste Évelyne Joslain recommandée par « Republicans Overseas » sur BFMTV : « Obama, franchement, il fait partie des gens qui détestent l’Amérique », a-t-elle lancé, provoquant la surprise des personnes (socialo-médiocres-mainstream) sur le plateau. « Il a servi son idéologie mais pas l’Amérique« , a-t-elle estimé. » Quand une intervenante de BFMTV estime qu’Obama est « musulman dans son cœur » : MALAISE « sur BFMTV » ! « Je remets en cause son patriotisme et sa dévotion à l’église qu’il fréquentait. Je pense qu’il était en désaccord avec lui-même… Je pense qu’il était plus musulman dans son cœur que chrétien. Il n’a pas voulu prononcer le terme d’islamisme radical, ça lui écorchait les lèvres. Je pense que dans son cœur, il est musulman, mais on en a terminé avec lui, Dieu merci ». On vous dit : « Bravo Évelyne Joslain » pour « Republicans Overseas » !

Serge Federbusch : « Quand il s’agit de socialisme, (la chute du mur des cons c’est, pour la gauche, la chance) de s’anéantir dans l’absurde. Voilà Hamon (Zémerveilles) en passe de remporter les primaires… Son projet ? Écraser les actifs pour financer l’assistanat généralisé, taxer (toujours plus fort la population qui travaille pour) accueillir généreusement tous les migrants. (Il veut)  » faire bénéficier (de la sécu gratuite et du « revenu universel pour tous les migrants  » et) de tous ces bienfaits (socialistes) ». Hamon Zémerveilles, c’est voler le fruit du travail des autres sans être jamais obligé de travailler. C’est la « loi de la république socialiste » : cueillir les fruits du travail des autres sans être obligé de les cultiver. La tare principale de l’idéologie socialiste résulte de l’incompétence de Hollande et de son élève Hamon Zémerveilles.

Ils sont incapables de gouverner et de « séparer l‘idéologie socialiste de la politique et de la morale« .

Vouloir faire de la morale socialiste en lieu et place de la politique ne correspond pas à des réalités. Hamon Zémerveilles veut faire croire aux électeurs que l‘idéologie socialiste pourra conduire à des réformes sociales, et à une amélioration des conditions de vie de l’humanité. Vouloir changer la société ne suffit pas à légitimer l‘idéologie socialiste, parce qu’il faut que la gouvernance réaliste raisonnable puisse guider une vraie politique économique en lieu et place de la mythologie socialiste libertaire pour susciter l’absurdistan islamo-gauchiste. Avec la visée politique de la Ligne Bleu Marine, la chute du mur des cons, c’est maintenant !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. « Les valeurs de gôche » ne sont qu’un paravent sur la médiocrité et la haine.
    Murs contre murs, suivons l’exemple des américains. Sinon nous aurons d’autres murs, celui des cons et plus tard celui des Fédérés…

  2. Très très bon texte, la chute du mur des cons et la démagogie idéologique de Hamon Zérmerveilles, oui nous y sommes.
    Ils ne parviennent pas à comprendre que leur règne idéologique est parvenu à son terme, tout simplement. Méfiance, ils sont puissants, la bête internationale-socialiste, mondialiste & islamo-collabo est seulement blessée, et donc dangereuse. Tous ces gens, les Soros, Bergé, Blankfein, Sutherland et autres sont parfaitement capables de créer de graves conflits pour tenter de garder la main. Vigilance…

  3. Un exemple clair issu de DREUZ :
    Donald Trump a déclaré devant les agents de la CIA qu’il croit aux vertus de la torture pour faire parler les terroristes.

    C’en est trop pour les humanistes du dimanche, leurs petits poings fermés tendus vers le ciel pour dénoncer Donald Trump.
    Les humanistes du dimanche donnent la priorité à la dignité humaine d’un terroriste, même si les torturer peut permettre d’éviter des attentats comme au Bataclan ou à Nice.
    Les humanistes du dimanche choisissent toujours le camp de la mort.
    Ils soutenaient l’URSS quand elle envoyait les dissidents au goulag et faisait vivre son peuple sous les restrictions alimentaires et la terreur, ils déifiaient Mao quand il faisait tuer des millions de Chinois pour sa révolution culturelle, ils portent fièrement le T-shirt à l’effigie du Che, qui aimait tuer des enfants à bout portant, ils sont du côté des terroristes du Hamas et du Fatah contre les innocents Israéliens à qui ils reprochent de ne pas laisser les Arabes leur réserver le même sort que Pol Pot : 1,7 million de morts, soit 21 % de la population cambodgienne massacrée par les Khmers rouges qu’ils idéalisaient.

    Donald Trump a mis un coup d’arrêt à la folie progressiste dans lequel le monde occidental a été plongé par la gauche. Les dirigeants de gauche, avant d’avoir assuré leur extrême richesse personnelle, avaient patiemment construit depuis les années 60 un monde contre nature.
    Celui du bon sens, incarné par Trump, a repris le dessus et a coupé net leurs plantes empoisonnées. Ils ne s’en remettent pas.
    Oui, les gauchistes préfèrent laisser faire des carnages comme au Bataclan, des attentats comme à Nice, plutôt que torturer les terroristes pour les faire parler et éviter ces drames.
    Je suppose qu’ils tremblent surtout à l’idée de perdre ces beaux moments d’allumage de bougies, de chansons romantiques et de messages d’amour envers la communauté musulmane après chaque attentat.
    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.
    Excusez le copier/coller mais c’est si bien exprimé que je ne retouche rien.

  4. Hamon Zémerveilles, en fin de compte, a dû passer du hakik au krak. A défaut, peut-être a-t-il fumé son tapis de prière muzz. A bas ces tribunaux, cette soi-disant justice d’exception dignes des pires dictatures, des totalitarismes et des tribunaux musulmans.

  5. Ça me rappelle l’histoire de la petite poule rouge : Elle avait semé le blé, l’avait récolté fabriqué le pain (les ouvriers). Qui veut manger le pain, a-t-elle dit ?
    Moi dit le canard, moi dit le dindon (les assistés). La petite poule rouge leur a dit non: ce sera moi et mes poussins (Marine Le Pen).
    Moralité, les petites histoires pour enfants sont pleines de bon sens.

  6. Le vent de liberté qui nous vient des Amériques ne va pas seulement balayer les socialistes mais également toute l’idéologie et les idéologues du XX siècle.

    Dans ces idéologies et ces idéologues, il y a le chevènementiste Philippot et donc, je serais plus circonspect sur votre dernière phrase.

    Pas seulement parce que Philippot aurait réalisé une O.P.A idéologique sur le F.N.

    Mais parce que la conséquence immédiate du vent des Amériques c’est pas seulement la fin des idéologies et des idéologues du XX siècle mais également de leurs institutions

    Au premier rang desquelles la V République

    La V république est morte le jour où Trump a prêté serment.

    Et le jour de son enterrement sera voisin de mai 2017

  7. NAPOLÉON a dit « la politique c’est du BON SENS (je m’autorise les majuscules) appliqué aux grandes choses »; a l’évidence,ce n’est pas ce qui caractérise le plus les socialos, ni les 52 pour cent qui ont voté pour eux en 2012.

  8. La chute du mur des cons sera effective quand la justice se décidera enfin à privilégier le sort des victimes et non celui des agresseurs…

Les commentaires sont fermés.