La commission Miviludes ne devrait-elle pas s'intéresser aux conversions à l'islam ?

A M. le Député Gest Président
Aux Elus Responsables de la commission Miviludes
Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,
Mesdames, Messieurs les élus, qui êtes en charge de la commission de la lutte contre les sectes, je souhaite attirer votre attention sur un phénomène qui se développe en France, et qui me semble très préoccupant, c’est celui du port de vêtements religieux par de plus en plus de femmes musulmanes, voile intégral, bourkas etc. J’ai récemment décidé de parler avec deux de ces femmes, et j’ai eu en face de moi deux jeunes Françaises récemment converties. L’imam, qui s’est occupé de leur conversion, les a convaincues que pour être de bonnes musulmanes il fallait obéir à Dieu, se voiler complètement, tenue noire complète, de manière à se protéger du regard des hommes et, se distinguer des mécréants (que sont les autres Français) voilà une de leur réponse. Quand je leur ai signifié que l’exagération de leur tenue vestimentaire allait certainement braquer la société française contre l’Islam, l’une d’elles m’a répondu :
– Ce que pense la société française ne compte pas pour nous, nous, nous savons ou nous allons…Comment interpréter cette phrase ?
Nous, nous sommes sûres de notre foi, sûres d’êtres de très bonnes musulmanes, sûres d’aller au paradis ?
Ou bien :
Vous pouvez penser ce que vous voulez, nous imposerons notre pratique religieuse et ces tenues vestimentaires en France.
Dans la reconnaissance du risque sectaire, vous mentionnez le prosélytisme abusif. Il me semble, que devant l’augmentation de ce phénomène on assiste en effet à l’expression, non pas d’une religion, mais d’un phénomène différent qui, me semble-t-il s’apparente plus à un mouvement sectaire, (politique ?).

Ces très jeunes femmes s’éloignent de nos valeurs d’égalité et mettent à mal la notion de laïcité, en imposant dans les espaces que nous partageons, leur « image fantomatique » ; de plus, la couleur noire imposée ne passe pas inaperçue, et signale une occupation militante de notre espace commun.
Il semble qu’un autre phénomène de conversion se développe aussi dans les prisons, y recrute-t-on par souci réellement religieux ou pour d’autres objectifs ?
L’inquiétude dont je vous fais part est partagée par beaucoup de nos compatriotes. Il parait souhaitable que votre commission s’exprime sur ce phénomène, avant que les choses ne prennent plus d’ampleur. Il y va de notre convivialité républicaine. Une religion peut-elle imposer à toute une société laïque cette « vision obligatoire » ?
Merci, Mesdames, Messieurs de m’avoir lue et de la réponse que vous pourrez me donner. Avec mes sincères salutations.
Chantal Crabère

image_pdf
0
0