La condamnation d'Eric Zemmour, un désavoeu de la République

Z … COMME ZEMMOUR, Z … COMME ZOLA
Bien que l’avocat de Zemmour minimise les condamnations. Avoir condamné (même avec sursis) Zemmour est une affaire de principe. N’y a t’il pas une étrange ressemblance entre ces deux procès ? Certes les affaires ne sont pas des même gravité, mais…….Dans les deux cas la vérité est bâillonnée, par les censeurs de la pensée unique, du politiquement correct, les maitres de la censure. La liberté de pensée et d’expression sont piétinées. Même avec sursis, la condamnation d’Eric Zemmour est un désaveu de la république et de ses valeurs. C’est Socrate qu’on assassine. Cette condamnation est une attaque contre la liberté absolue de conscience, et la liberté d’expression. Cela devient une attaque contre la laïcité, dont elles sont les fondements.
Quatre associations, LICRA, MRAP, SOS Racisme, UEJF se sont portées partie civile au procès d’Eric Zemmour en ayant bien compris qu’elles ont attaqué le socle même de la laïcité : Ce ne sont pas des imbéciles, mais de puissantes associations privées, dont les motivations idéologiques sont connues, et ne sont pas neutres. La défense de la civilisation française, de certaines de ses valeurs n’est pas leur souci majeur. Or ce n’est pas elles qu’il faut écouter, mais le peuple qu’il faut entendre. Ces associations sont à l’affut, guettent des propos qu’il est désormais interdit de prononcer, en accusant ceux qui les prononcent de Frontisme national. Mais ce n’est pas le Front national, qu’il faut écouter, ce n’est pas lui qui parle. Ce ne sont pas ses propos qui sont rapportés, ce sont ceux du peuple. Zemmour ne s’est pas trompé, il a écouté ceux qu’il fallait écouter à tout prix, et pas les jeteurs d’anathème, et de blasphème, quand ils méprisent ce que tout le monde dit. Il faut écouter la conscience du peuple. Le peuple veut des vérités. Le peuple dit des vérités. Il ne dit que des vérités. Ce qu’a dit Zemmour d’autres l’on dit ou écrit.
D’AUTRES ON TENU LES MEMES PROPOS
Alain Juppé dans son livre avec Michel Rocard. « La politique telle qu’elle meurt de ne pas être » « le taux de délinquance des immigrés et de leurs enfants est supérieur à celui de la moyenne nationale » (citation du figaro). Mais de quels immigrés parle t’il donc ? qui sont les immigrés aujourd’hui ? Des Belges ?
M. Thierry Baranger, Président de l’association française des magistrats de la jeunesse et de la famille, a évoqué le handicap culturel des jeunes d’origine maghrébine : « Ce n’est pas un hasard si une partie très importante des jeunes que nous avons à traiter et qui se retrouvent en prison sont issus de l’immigration ».
Un rapport du Senat en 2001 (Enquête de délinquance conduite en 2000 par M. Sébastien Roché) Il montre que la majorité des délits peu graves est commise par des adolescents dont un parent ou les deux parents sont nés en France (68 %). Une forte minorité de ces actes peu graves est commise par des personnes dont les deux parents sont nés hors de France (32 %). Pour les actes graves, la situation est un peu différente. les adolescents dont les deux parents sont nés hors de France commettent 46 % des actes graves. Lorsque la question est posée aux adolescents qui vivent dans les HLM, les jeunes d’origine maghrébine représentent 39 % des actes peu graves et 47 % des actes graves. Ces chiffres mettent en relief le fait que les actes de délinquance des adolescents maghrébins sont fréquents.
Toutefois, ils ne permettent pas de statuer sur la surdélinquance des jeunes issus de l’immigration car ils ne tiennent pas compte du poids relatif des différentes populations en fonction de leurs origines. Mais une analyse complémentaire a été faite par Sébastien Roché qui confirme une surdélinquance des jeunes d’origine maghrébine par rapport à ceux d’origine française, comme en témoignent les graphiques qu’on peut consulter facilement dans le rapport.
Jean-Pierre Chevènement qui a pris la défense de Zemmour : « Sans doute M. Zemmour a-t-il, dans le feu de la discussion, utilisé une formulation excessivement brutale mais il n’a, hélas, pas dit une chose matériellement inexacte, écrit-il dans une lettre envoyée au tribunal. « Il suffit, comme j’ai eu l’occasion de le faire, de consulter les listings de la Direction centrale de la sécurité publique du ministère de l’Intérieur pour savoir que plus de 50 % des infractions constatées sont imputables à des jeunes dont le patronyme est de consonance africaine ou maghrébine. »
M. Christian Delorme, le « curé des Minguettes » évoquait ainsi cette situation : « En France, nous ne parvenons pas à dire certaines choses, parfois pour des raisons louables. Il en est ainsi de la surdélinquance des jeunes issus de l’immigration, qui a longtemps été niée, sous prétexte de ne pas stigmatiser. On a attendu que la réalité des quartiers, des commissariats, des tribunaux, des prisons impose l’évidence de cette surreprésentation pour la reconnaître publiquement. Et encore, les politiques ne savent pas comment en parler »
Va-t-on condamner tous ces points de vue convergents et ceux qui les expriment ? Il y en a d’autres, Xavier Raufer, criminologue etc…Pourquoi avoir condamné Zemmour ? Parce qu’il l’a dit « brut de décoffrage ? ». On le condamne alors qu’il n’avait aucune intention de racisme, ni d’Islamophobie, ni de rien du tout. Il a constaté un fait. Il n’y a pas que le peuple pour le dire.
UN TOMBEREAU D’IMMONDICES
Par contre tout le monde n’est pas condamné pour des propos violents, racistes et antifrançais. Il y a une catégorie de personnes qu’il serait souhaitable de traduire en justice, et condamner. Ce sont quelques rappeurs et certains imams qui sont de véritables messagers de la haine. Mais il faudrait que ces associations dites antiracistes veuillent bien les écouter et porter plainte. Bizarre qu’elles s’en prennent seulement à Zemmour ! dans son cas s’il n’y avait pas l’UEJF et la LICRA on pourrait se demander, s’il ne s’agissait pas de motivations antisémites.
La condamnation de Zemmour implique celle des rappeurs et des Imams qu’on laisse tout dire, hurler, vociférer, contre les keufs, les feujs, les meufs, la France et la République avec des Incitations à la haine multiples. Tels des messagers de la haine quelques rappeurs (pour ne pas dire beaucoup) insultent la France, les Français et appellent au meurtre des forces de l’ordre. Pourquoi ne sont ils pas jugés et condamnés ? On les laisse impunis au nom de leur prétendue création artistique, qui leur donnerait tous les droits. Elle a une belle jambe la création artistique, plutôt un tombereau d’immondices.
Mais qu’ont fait, que font donc les gardes des sceaux successifs ? Pascal Clément en 2005 par exemple avait refusé d’écouter un groupe de 153 députés, se plaignant des nauséabondes éructations de ces soi-disant artistes. Un député UMP de l’Oise, François-Michel Gonnot a déclaré. « Je figure parmi les quelques 153 députés UMP qui ont demandé il y a plusieurs mois au Ministre de la Justice – jusqu’ici sans succès – que des poursuites judiciaires soient ouvertes contre quelques groupes de rap qui, dans des chansons que fredonnent les banlieues et qui se vendent même à la FNAC, insultent gravement notre pays et menacent nos compatriotes de façon totalement inacceptable. Les membres de ces groupes sont étrangers ou d’origine étrangère. Ils ont été accueillis en toute « Fraternité » dans notre pays au nom des principes de Liberté et d’Égalité. Ils y font aujourd’hui fortune en vendant leurs insanités. On ne peut accepter, et aucun gouvernement au monde n’accepterait, de tels faits ». Ce très large groupe de députés n’a été ni écouté, ni entendu. Qu’est-ce qu’on a fait depuis ? C’est inadmissible et scandaleux !
MAIS QUI DONC FERA RESPECTER L’ORDRE ?
L’ordre public comprend la sécurité, la tranquillité et la salubrité publiques. La tranquillité publique est atteinte, en attendant que la sécurité publique le soit un jour prochain. Brice Hortefeux ne nous endormira plus en parlant d’activités artistiques ou ludiques, puisqu’il n’est plus ministre, mais Claude Guéant que fera t’il désormais ? Ces activités de « chanteur » si on peut les appeler ainsi, rapportent de l’argent. Ces gens se font un joli magot en déversant la détestation, l’incitation à la haine, et aux actes de violence sur nos têtes, au racisme anti-blanc. Si leur audience était nulle, ils ne nous laisseraient pas indifférents, mais tous les jours leur cri court dans les rues, à travers les vitres grandes ouvertes des voitures, sur les chaines de radio de Télévision. Cri qui enfle et devient hurlement sauvage et collectif à qui gueulera le plus à tue-tête sa haine de la France, des Français, des blancs, des flics, la volonté de casser, etc. Ne restons pas béats en disant « ce n’est rien ». Ils disent la vérité, ces gentils troubadours, et cette vérité est mortelle. Comment les habitants de ce pays peuvent-ils dormir encore tranquilles ? Le pauvre Ilan Halimi a été à coup sur une des victimes de ce climat.
Enfin on se rappellera cette vidéo d’un prêche islamiste à Clermont-Ferrand sur la voie publique en langue étrangère, appelant au Djihad. Personne n’était là pour intervenir et faire respecter l’ordre public, personne non plus pour faire respecter la loi en portant plainte.
Mais ou était donc l’incitation à la haine dans les propos de Zemmour ? Nulle part ! Pauvre France qui marche sur la tête, tel un royaume du n’importe quoi. Toujours le nez dans le guidon, le Roi ne voit plus rien de ce qui se passe, un jour quelqu’un dira « le Roi est nu ». Dans ces cas là, les pays arabes diraient : « Dégage »
Jack Petroussenko

image_pdf
0
0