La conférence de presse bidon de Biden

Plus c’est gros plus ça passe” selon l’adage bichonné par Goebbels, et Bide/n s’en est donné à cœur joie lors de cette conférence (24 février 2022 à 18 h) en parlant de “villes” bombardées (alors qu’il s’agit d’infrastructures militaires) et que cela ferait depuis “des années” que la Russie refuse de négocier alors que tous les observateurs conviennent que les Accords de Minsk 2 n’ont pas été respectés du côté de la “junte au pouvoir à Kiev” qui d’ailleurs semait, elle, le trouble, bombardait en douce et depuis des années le Donbass, infiltrait des éléments provocateurs. Mais peu importe les faits, écartons-les, clame Biden et ce sur ce ton cassant mais aussi préventivement menaçant, comme pour empêcher déjà toute critique domestique du genre : “come on ! Guys !  Vous n’allez pas m’emmerder avec le rapport Durham et ce qu’a fait mon fils là-bas ! Alors que Poutine veut commencer la Troisième Guerre mondiale !…”

Comment après coup, en effet, lui mettre le nez dans son fatras “démocrate” depuis le RussiaGate alors que tout a été organisé depuis plusieurs mois pour monter la tension, en particulier la régularité des bombardements illégaux sur le Donbass et les actions clandestines de franges paramilitaires ? Biden aura donc eu beau jeu d’énoncer lors de cette conférence qu’il avait annoncé la situation présente alors qu’il aura tout fait pour la provoquer pour, insistons-y,  des raisons intérieures (Durham, élections mi-mandat) géostratégiques (extension de l’OTAN, le business gazier) et géosymboliques ( guerre idéologique entre Trans/humanisme nomade et patriotes voulant persévérer dans leur propre être civilisationnel).

Et le plus insupportable dans cette conférence, enchaînant mensonge sur mensonge en réalité, fut bien le ton  méprisant obséquieux insultant de Biden comparant sans le dire Poutine à Hitler, répétant à plusieurs reprises qu’il voulait en fait empêcher la Russie de se développer, d’être un concurrent dans divers domaines et que les “sanctions” avaient précisément pour tâche de l’éliminer comme Nation économique politique et symbolique souveraine, l’affaire “ukrainienne” n’étant au fond qu’un prétexte.

Les masques tombent donc, Biden pas plus que les autres dirigeants occidentaux (Trudeau, Johnson, Macron en particulier qui fait fi du passif des accords de Minsk lors de sa dernière intervention comme Président par intérim de l’UE…) ne peuvent prétendre désormais représenter la civilisation démocratique basée sur le développement des libertés fondamentales et le respect des cultures singulières dans le cadre de nations constitutionnellement établies.

C’est un séisme majeur, une crise non seulement profonde mais aussi génératrice d’une nécessaire évolution à accomplir pour qu’émerge enfin la mutation réelle d’une Modernité vivant une Seconde Renaissance : évacuant tout cet universalisme impérialiste à la Biden/Macron prétendant encore (et on le voit sous nos yeux lors des crises dites sanitaires et climatiques) imposer une conception scientiste hygiéniste comportementaliste obséquieuse qui ne repose pourtant sur aucune réalité morphologique objective, “oubliant” par exemple que métamorphoses multiformes courant sur des millénaires oscillent entre des “bas” et des “hauts” et que les civilisations sont “mortelles” si elles ne sont pas cultivées adéquatement.

C’est donc là un moment crucial que “nous” vivons, permettant de faire émerger une nouvelle réalité du Monde encore en gestation (empêchée par les élites du monde scientiste hygiéniste…) plus respectueuse des singularités en son sein tout en tentant de faire partager l’idée que c’est dans le dialogue le débat réellement démocratique que peuvent se forger des valeurs réellement communes en vue non pas d’imposer  sa “conception du monde” mais de renforcer réellement une coopération pragmatique entre nations libres et indépendantes.

Ce qui nécessite de rénover tout le système international, ONU, Banque Mondiale, Unesco, FMI… et de reprendre à zéro, nous concernant en France, la construction actuelle de ladite “Union européenne” aujourd’hui toxique… Du moins si “nous” voulons qu’elle devienne réellement souveraine, en particulier de tous ces lobbys qui veulent imposer le Trans/humanisme et la déterritorialisation des corps et des âmes en détruisant tout lien symbolique entre les individus leur Nation et sa Terre.

Lucien Samir Oulahbib

image_pdfimage_print
12

7 Commentaires

  1. En plus : la clique criminelle zélinski distribue à sa population des armes de guerre …. qui vont très bientôt se retrouver aux mains des  » qui vous savez » dans les banlieues française et autres ….

    Le kadhafi avait aussi fait le coup de la distribution générale d’armes de guerre … ces armes de guerre se retrouvent aujourd’hui entre les mains de groupes criminels et terroristes du sahel !

    Bonjour les dégâts !

  2. Mais pourquoi rêver d’une nouvelle UE? La France ne vous suffit-elle pas?

  3. Mais il faut ajouter que l’UE est morte du Covidisme, alors vive l’Europe des Nations et des Peuples ! Il faut donc voter Z si l’on veut sortir de ce cauchemar. Voter pour le résident actuel est continuer 5 années de plus, sinon plus car il modifierait la Constitution pour durer, le marasme identitaire et économique.

Les commentaires sont fermés.