La Covid repart, échec absolu d’une folie à 600 milliards

Toutes les décisions de la politique sanitaire d’E. Macron ont coûté plus de 600 milliards, pour quel résultat ?

Les coûts de la politique sanitaire

Le confinement des premiers mois a été évalué par Laurent Cappelletti, professeur au CNAM. Dès avril 2020, il l’estimait à un coût mensuel de 150 milliards d’euros. Il avait raison. L’accroissement de l’endettement de la France de 700 milliards résulte bien de cette première folie, même s’il tient marginalement à quelques autres facteurs. L’ardoise sanitaire, c’est environ 600 milliards. En plus du confinement, les vaccinations représentent quelques milliards aussi. 146 millions de doses ont été administrées pour un prix compris en 15 et 20 euros la dose selon les périodes. La seule vaccination a coûté entre 2,3 et 2,8 milliards d’euros. Concernant les tests, bien mal nommés anti-Covid, le simple mois de décembre et ses 28 millions de tests ont coûté 1 milliard d’euros à l’assurance maladie. Le ministre des Comptes publics reconnaissait un mois plus tard que les tests anti-Covid coûtaient 1,5 milliard pour le mois de janvier. Deux mois de tests ont coûté 2,5 milliards, pour quoi faire ? La politique sanitaire représente donc une hystérie de plus de 600 milliards d’euros.

Un ministre des Finances amnésique

Et nous entendons un ministre des Finances parler de « cote d’alerte » avec près de 3 000 milliards d’€ de dette, soit 114,5 % du PIB. Peut-il rendre des comptes sur sa responsabilité et ses résultats puisqu’il a contribué à son accroissement abyssal ? Nous étions en 2017 à 2 200 milliards et 98 % du PIB. Peut-il expliquer le ratio d’efficacité de cette dépense inédite dans l’histoire économique de la France ?

La valeur concrète de cette folle dépense

Prenons la mesure de cette dépense sanitaire faramineuse. Rappelons que le fonctionnement annuel d’un hôpital départemental s’estime dans une fourchette de 250 à 350 millions d’euros. Ce sont donc 2 000 hôpitaux fonctionnant pendant un an où 100 hôpitaux départementaux fonctionnant pendant 20 ans. 600 milliards, c’est 15 ans du budget de la Défense (un peu moins de 40 milliards en 2021) ou 10 ans du budget de l’Éducation nationale (55 milliards en 2021). Un tel sacrifice jamais engagé dans les dépenses publiques de la France exige un résultat rapide et parfait, à la hauteur de la dépense et des promesses exposées comme des certitudes de foi par tous les spécialistes, non ? Nous avons tous en mémoire l’agressivité, le scientisme des certitudes, l’arrogance et le mépris du ministre Véran en particulier. 600 milliards pour quoi faire ?

La nullité du résultat

Or, cette dépense inouïe a-t-elle obtenu un résultat à la hauteur, soit l’éradication rapide du virus ? Non, puisque nous parlons d’une 7e vague, que des personnes meurent encore de cette maladie, même si fort heureusement, ce ne sont pas des milliers par jour. Mais ce confinement initial nous a-t-il libérés de la maladie ? Non. Le 2e confinement ? Non. La vaccination a-t-elle fonctionné ? Non, puisque aujourd’hui les chiffres démontrent que les malades sont des vaccinés ainsi que les hospitalisés. Charlatanisme, escroquerie ? Et les tests ont-ils été utiles ? Non plus, puisque la maladie demeure. Alors à quoi ont servi ces 600 milliards de dépenses publiques ? Et nous n’avons pas aujourd’hui la capacité de mesurer le coût des effets indésirables. Il risque d’être élevé.

La liberté démocratique d’inventaire des responsabilités

Est-il possible dans une société libre et démocratique de demander à nos nouveaux élus d’ouvrir une commission d’enquête transparente, voire populaire, pour exiger des réponses sur les responsabilités de ces engagements de dépenses faramineuses ? Il y a là plusieurs enjeux. Celui de ne jamais reproduire une telle folie. Celui de sanctionner les ministres, voire le Président à la hauteur de cette absolue folie. Celui enfin de solder cette dépense par des mesures et sanctions financières à l’encontre de ceux qui en ont profité, voire corrompus : Union européenne, laboratoires, actionnaires des laboratoires, États complices, etc.

L’enjeu majeur est de se libérer de cette emprise irrationnelle de quelques-uns sur le destin du plus grand nombre. Ils ont démontré qu’ils ne savaient rien. Nous avons maintenant la preuve que la dépense était irrationnelle, non pertinente et aujourd’hui sans résultat. Il est urgent de changer radicalement de paradigme. C’est cela le progrès, non ? Du moins, c’est une obligation avant de demander aux Français de se sacrifier encore alors qu’il faut solder cette dette en la recouvrant auprès des auteurs de cette hystérie.

Pierre-Antoine Pontoizeau

image_pdfimage_print
10

18 Commentaires

  1. Jamais testé donc jamais positif 😉.
    Enrhumé parfois, comme souvent depuis 73 ans…

    Je n’ai pas coûté un rond à « les tas ». Pourtant je laisse plein de pognon en sécu et mutuelle. J’envisage donc de demander la Légion d’Honneur.

  2. « échec absolu d’une folie à 600 milliards »…échec tout relatif puisque ces 600 milliards en question, ils sont bien rentrés dans la poches de quelqu’un, hein, l’argent ça va ça vient, quand ça vient ça va…

  3. Mon com ?

    Très simple : « touchez pas au grisbi
     »
    La « crise  » a quand-même fait quelques heureux de par le monde, vu la montée en flèche du nombre de milliardaires.

  4. il ne repart pas en Afrique ou les herboristes soignent en amont avec les décoctions de quinquina c’est à dire avec l’HCL de Raoult

  5. Souvenez-vous bien : plus de masques, plus de COVID ! DONC : retour des masques (persuasion visuelle d’une épidémie fantoche) : les tests PCR sont INVALIDES, on peut leur faire dire n’importe quoi (Ct 40 = Positifs !) On vous a parlé des Ct ? (coefficients d’amplification PCR) Non ? C’est qu’il y a UNE RAISON ! (presque TOUS les « testés positifs » ne sont pas malades, mais pchttt !)

  6. d’accord avec vous mais nous n’aurons pas de commission d’enquête parce qu’ils tiennent toutes les manettes du pouvoir. Il faudrait un vaste soulèvement populaire qui n’aura pas lieu non plus parce que les français … ont réélu Macron et ajouté Mélanchon à la recette pour foncer dans le mur. Peut-être que, quand la France va crever de faim et claquer des dents cet hiver, alors, il se passera quelque chose…

  7. Dès le début, les médias et les gouvernements ont négligé et ignoré les défauts et les faussetés concernant le test RT-PCR comme moyen de détecter la propagation du virus et d’identifier le SRAS-CoV-2. « Le PCR est un processus (de laboratoire) Il ne vous dit pas que vous êtes malade ». Dr. Kary Mullis , lauréat du prix Nobel de chimie en 1993 et inventeur de la RT-PCR, est décédé en AOÛT 2019 d’une pneumonie (!) (Coïncidence ?) « Cette utilisation abusive de la technique RT-PCR est employée comme une stratégie implacable et intentionnelle par certains gouvernements, appuyés par les médias dominants, pour justifier des mesures excessives comme la violation d’un grand nombre de droits constitutionnels, sous prétexte d’une pandémie qui se base sur un nombre de tests RT-PCR positifs, et non sur un nombre de malades réels. » Moi, j’appelle ça une IMPOSTURE !

  8. La maladie demeure ? Sauf que le virus n’est plus dangereux (même si plus contagieux).

  9. Nous sommes repartis dans une dictature sanitaire; curieusement, la guerre en Ukraine, et la campagne électorale nous a laissé un peu d’oxygène, mais pour peu de temps; ça commence par les transports en commun, puis ce sera les commerces, cinémas, salles de concert, rues, pourquoi pas les plages ? Tout sera fait avant le 31 juillet; Nous ne serons jamais débarrassés de cette dictature, et comme les français se laissent manipuler grâce à la propagande…. il n’y a plus d’espoir.

  10. Si tout ceci aura servi à nous écraser un peu plus à nous soumettre, à nous tester pour les étapes suivantes. Comme nous sommes peu nombreux à avoir résisté ils vont pouvoir poursuivre leur œuvre mortifere de destruction de nos civilisations pour leur seul profit (croient ils). La dette pire que jamais est aussi planifiée pour nous mettre au pied du mur. Sous prétexte de vouloir notre bien, beaucoup vont accepter l’inacceptable. C’est pas moi qui le dit mais eux mêmes, pour qui sait lire entre les lignes.

  11. Je ne comprends pas trop ce que fait cet article sur RL, puisque depuis 2019, RL se tue à nous expliquer qu’en fait le Covid n’existe pas !

  12. Un virus repart toujours tout comme les propagandistes au service de la Dictature.
    Tout cela ne meurt jamais !!!!!

  13. et tout ça pour interdire un traitement à 5 euros, en vente libre avant la pandémie, qui aurait permis de soulager et de sauver des centaines de covidés : quelle honte

  14. bah oui, + on est de fous + on rit, ainsi + nous sommes nombreux en millardaires + nous aurons le pouvoir de créer une classe sociale supérieure suffisamment nombreuse capable de tenir en respect 6 millards d’emmerdeurs inutiles dont l’absurdité anti-écologique du rêve qui les nourrit (celui de posséder comme nous) doit se transformer en prise de conscience « qu’ils ne sont rien » et qu’on va trouver l’explication religieuse qui permettra d’instaurer cet ordre social temporel afin de le présenter ensuite comme ordre scientifique inexpugnable face à toute forme de rhétorique d’opposition.

Les commentaires sont fermés.