La CSU laissera-t-elle Merkel s’acoquiner avec les socialistes ?

J’observe les péripéties de la constitution d’un gouvernement allemand. Ce cirque dure depuis les législatives, intervenues le 24 septembre. En attendant, l’Allemagne n’a que ce que les Belges appellent un « gouvernement en affaires courantes ». J’adore cette expression, qui a valeur officielle en Belgique et peut couvrir une réalité que l’on a déjà vu durer largement plus d’un an. Quoiqu’il en soit, devant le risque d’être acculée à de nouvelles élections législatives, Angela Merkel est allée confier son embarras au président de la République Fédérale, Franz-Walter Steinmeier, qui est social-démocrate, autrement dit socialiste. Nul doute qu’elle lui a demandé d’intervenir auprès de ses petits camarades de parti pour qu’ils reviennent sur leur décision de ne plus participer à un gouvernement de « grande coalition », comme on dit Outre-Rhin, où cette situation n’est pas rare, alors que, jusqu‘au printemps dernier, elle était impensable au pays de Descartes.

Elle n’a sans doute pas évoqué son cas personnel. C’était inutile car chacun a compris que, si elle n’arrive pas à former rapidement un gouvernement et doit provoquer des législatives en janvier, son parti, la CDU-CSU, ne la reprendra pas comme leader pour cette campagne et ce sera la fin de sa carrière politique, dont le grand œuvre mortifère aura été le déferlement de foules de migrants sur la République Fédérale. Voilà qui aura dramatiquement complété la destruction de l’Identité allemande par la réforme du Code de la Nationalité. Mais il faut reconnaitre que cette réforme datait d’avant son arrivée au pouvoir. Elle a été le fait de la gauche, qui a abandonné le droit du sang pour le droit du sol et donné ainsi la nationalité allemande à des millions de Turcs…. devenus autant d’électeurs de gauche. Avant, l’Allemagne ne transigeait pas sur le droit du sang, au point de considérer comme Allemands des Russes dont les ancêtres allemands avaient accompagné Catherine II en Russie, tandis qu‘en Allemagne, les « travailleurs invités » n’avaient aucune chance de devenir allemands. L’idée, de bon sens, selon laquelle on n’est pas cheval simplement du fait d’être né dans une écurie aura tenu longtemps chez nos cousins germains. Hélas, la digue aura fini par céder.

Pour resituer l‘environnement politique allemand, et au risque d’être lourd, rappelons que la CDU-CSU est la réunion de deux partis, la CDU, parti chrétien – démocrate classiquement centriste, et la CSU, qui est sa branche bavaroise, autrement conservatrice et bien plus « résistante ». On pourrait faire un parallèle entre CDU, assimilable à l’UDI et aux Juppéistes-Constructifs, et CSU, qui pourrait ressembler aux partisans de Wauquiez et à La Droite Forte de LR. Chacun sait par ailleurs que si de nouvelles élections législatives devaient avoir lieu prochainement, elles verraient sans doute une nouvelle et spectaculaire progression de l’Alternative für Deutschland (AfD), qui compte déjà 93 députés, sur 709, au Bundestag (la dose de proportionnelle donne une représentation parlementaire plus juste qu’en France…) mais qui, à l’heure actuelle, est récusée comme partenaire de gouvernement par les partis classiques.

Pour le résistant français que je suis, l’AfD n’est certes pas parfaite, notamment à cause du profil très particulier de sa présidente, Alice Weidel, belle femme très brillante, mais lesbienne vivant avec une Sri-Lankaise (au moins ça contribue à la rendre résolument anti-Islam !). Enfin, cette particularité est heureusement rééquilibrée par la figure plus traditionnelle de son co-dirigeant, Alexander Gauland. Voici quelques années, j’aimais bien les fondateurs de l‘AfD, Frauke Petry et le Professeur Bernd Lucke. Mais j‘avoue que je n‘ai pas suivi les détails de la révolution de palais qui a fait perdre sa présidence à Frauke Petry et l’a conduite, après ces législatives de septembre, à fonder sa micro-structure, un certain « Parti Bleu ». Il semblerait que beaucoup de militants la trouvaient devenue trop molle en matière de lutte contre l’islamisation de son pays. Si c’est ça, c’est une bonne raison !

Quoiqu’il en soit, si Angela Merkel réussit à remettre sur pied une coalition contre nature avec les Sociaux-Démocrates, je trouve que la CSU bavaroise a les moyens de s’y opposer. Ne lui suffit-il pas de dire à la Chancelière : « Vous êtes libre de repartir avec des ministres socialistes, mais ce sera sans nous et nous ne soutiendrons pas un tel Gouvernement » ? Alors, la fille du pasteur serait coincée et sa carrière terminée. Je ne doute pas que c’est ce qu’aurait fait le patron historique de la CSU, le célèbre Franz-Joseph Strauss. Les Allemands l’avaient surnommé le Taureau de Bavière. Je ne sais pas si ses successeurs sont dignes d’un sobriquet aussi mâle !

Un dernier point : sur les nombreuses similitudes existant entre la situation politique française et la situation allemande, où le « Grand Remplacement » de population est encore bien moins visible que chez nous, mais où il est néanmoins « en marche ». Et sur cet immense espoir avec lequel une proportion grandissante de nos peuples se porte vers les seules forces politiques organisées qui ont apparemment la volonté de se battre contre l’invasion et de mettre un terme à l‘impéritie des collabos. Que ces forces, et d’abord leurs leaders, ne déçoivent pas leur peuple… et les peuples d’Europe, ni, plus généralement, les peuples du Monde Blanc !

Eric Lhullier

image_pdfimage_print

9 Commentaires

  1. « Alice Weidel, belle femme très brillante, mais lesbienne vivant avec une Sri-Lankaise » ……. « les peuples du Monde Blanc ! » Alors là on en a tiré un bon, quelle ouverture d’esprit (j’en suis sur que vous ne savez même ce que ça veut dire tellement que cela semble être une expression inconnue dans votre (j’allais dire cerveau mais ce n’est pas le mot approprié) ! Le monde blanc rien que ça ! Avez vous regardé le calendrier récemment on est en 2017 et pas en 40 !

  2. SI un peuple attend des socialistes qu’ils prennent des mesures pour le sauver du naufrage et de la misère, c’est un peuple de tarés qui ne connaît rien de l’histoire des socialistes, spécialistes inter galaxies des trahisons une fois au pouvoir.

  3. « Pour le résistant français que je suis, l’AfD n’est certes pas parfaite, notamment à cause du profil très particulier de sa présidente, Alice Weidel, belle femme très brillante, mais lesbienne vivant avec une Sri-Lankaise (au moins ça contribue à la rendre résolument anti-Islam !) ».
    Et vous en êtes fier ? C’est sa vie privée et on ne choisit pas sa sexualité. J’espère que vos enfants seront homosexuels, ça vous fera une belle leçon de vie.

  4. Chaque jour qui passe nous rapproche de la guerre de libération.
    Chaque matin, je prends le journal et j’admire les provocations islamo afro obonaises qui pleuvent.
    De gris à noirs, ils s’appliquent à se rendre odieux et l’Etat à être outrancièrement collabo.
    Du pain béni pour celui qui connait un peu la théorie des gaz : passé un certain pourcentage, sans prévenir, boum !

  5. Je crois que vous vous faites beaucoup d’illusions sur la CSU (ou du moins ce qu’elle est devenue), son dirigeant actuel ayant avalisé (en râlant , certes…) la politique de Merkel, pensant peut-être à tort la modérer de l’intérieur… et en ce qui concerne le SPD, bien que détestable, sa ligne politique se différencie peu désormais de celle de la CDU. Il en va autrement des Grünen (ou GrünInnen? le féminisme linguistique fait aussi des ravages en Allemagne), qui sont les plus extrémistes sur tous les sujets. J’estime que tant qu’ils évitent la présence de ces derniers , c’est un moindre mal!

  6. Evidemment, je suis sans voix devant la puissance et l’originalité de pensée de Cirrus, qui pense qu’on n’est pas responsable de son orientation sexuelle. Mais pour le commun des mortels, qui ne vole pas aussi haut, être homosexuel n’est pas anodin. Surtout quand il s’agit de dirigeants politiques, censés « représenter » leurs militants. Mieux vaut dire des banalités que des âneries. Mais on peut faire les deux dans un même mouvement.

  7. J’ai regretté Frauke Petry, virée vers un ciel… Bleu. Passons (?) sur la lesbienne…
    La Bavière a toujours été un moteur de l’Allemagne. La CSU a toute sa place…
    Les socialos seront encore pour l’immigration…

Les commentaires sont fermés.