La décapitation de Samuel Paty fait partie de la stratégie de conquête

Comme chacun le sait, la RATP ( Religion d’Amour de Tolérance et de Paix ) manifeste ses principes et son idéologie à longueur de temps : pas une seule journée où l’un de ses protagonistes ne pose un acte (violent) ou donne une déclaration qui ne vienne valider leurs objectifs.

Il y a bien longtemps déjà, je me suis trouvé devoir cohabiter avec certaines de ces personnes, et à l’époque, disons que j’avais une opinion assez positive à leur endroit, et le peu que je connaissais de leurs us et coutumes me paraissait aussi acceptable que pour d’autres confréries. Il est vrai que leurs comportements pouvaient parfois se montrer assez désagréables, mais, avec ma grande naïveté, j’excusais les propos par une croyance, assez répandue à l’époque, que ceux que nous pouvions rencontrer aspiraient à une légitime autonomie, un peu comme ces adolescents qui découvrent un beau matin qu’ils sont beaucoup plus intelligents que leurs parents. Je « passais » donc assez simplement au-dessus des manques d’égards, voire de quelques insultes, et il m’est arrivé de trouver quelques oreilles assez disponibles pour arriver à parler d’un certain nombre de choses avec, ce qui semblait, une apparence d’objectivité, sans pouvoir dire si elle était réelle ou feinte. Ces interlocuteurs se présentaient sous un costume tout à fait à l’européenne, et ces dames n’étaient point affublées de ces bâches indignes qui défigurent de plus en plus nos espaces publics.

Les années ont passé, et on a pu remarquer que notre pays était de plus en plus sujet à des mouvements de foule, certes, assez limités au début, mais de moins en moins  discrets au fur et à mesure des années.

C’est tout à fait par hasard que je suis passé devant le rayon librairie dans un magasin, et j’y ai remarqué un coran. Soucieux de mieux connaître ce que je croyais n’être qu’une religion parmi d’autres, j’ai acheté l’ouvrage, et… je l’ai lu…

Cette lecture m’a vraiment donné grand mal de ventre tellement j’ai rigolé… Devant les inepties proposées pratiquement à chaque page, j’éclatais, je pouffais car, à mon sens, de telles choses ne pouvaient avoir qu’une valeur purement historique et culturelle, et je ne voyais pas comment une personne à peu près normale et équilibrée pourrait donner caution à de tels propos.

Le temps a encore passé, et  je me suis rendu compte que, non seulement cette population était en constante augmentation dans notre pays, mais que, pire encore, elle manifestait de plus en plus clairement des idées ou des comportements assez en discordance avec nos valeurs et nos modes de vie. Les accoutrements exotiques devenaient nettement plus visibles publiquement, les revendications plus explicitement revendiquées.

Ces changements progressifs ont mûri l’idée que je devrais peut-être reprendre la lecture du foutu bouquin, je l’ai donc ressorti – il était, et est toujours – à côté de la Bible, et j’ai repris la lecture : en route pour le second verset : la vache ! (le premier verset n’étant qu’un index de 5 ou 6 lignes).

Et là, je n’ai plus du tout rigolé, mais alors, plus – du – tout. J’ai vraiment lu avec attention, et j’ai commencé à voir les liens entre ce qu’ils disaient, ce qu’ils faisaient et j’ai vu très clairement un rapport tout à fait étroit avec les préceptes présentés dans ce livre abject. Car toute la vie d’un musulman est réglée, au millimètre près, les relations sociales bien structurées, pas vraiment favorables à la gent féminine, les appels au meurtre sont en nombre plus que suffisants pour favoriser des vocations, parfois précoces. Franchement, le lecteur de culture occidentale ne pourra qu’être révolté des propos mentionnés, propos du reste, qui ne sont que des ordres.

Une des plus grandes erreurs des Occidentaux, c’est de croire qu’ils sont tellement intelligents que tout le monde devrait raisonner selon leur mode. À tous ces esprits supérieurs, je leur ferai remarquer que, s’ils se trouvent à devoir échanger un jour avec un musulman, ils se feront toujours rouler dans la farine ! Parce que le musulman connaît la culture de son interlocuteur, l’inverse est rarement  vrai.

Il faut bien garder à l’esprit que l’islam est une idéologie de conquête : il s’articule en plusieurs parties, la plus importante étant la partie juridique. Il n’y a pas de clergé en islam, il ne sera donc jamais possible de trouver une autorité représentative pouvant « parlementer » avec des non-musulmans. Les imams ne sont pas des curés, ce sont des prêcheurs, éventuellement des « conseillers ». Les ulémas ne sont pas des évêques, ce sont des juristes, ils s’occupent de l’étude et de l’application de la loi qu’ils appellent la charia.

Les  Occidentaux ne devraient jamais oublier que pour les musulmans, les lois de la charia sont toujours supérieures aux lois du pays d’accueil, et nous pouvons maintenant constater que de plus en plus de musulmans l’avouent franchement. Et peut-être que ceux qui ne disent rien n’en pensent pas moins…

Il est ridicule de définir l’islam comme une simple religion. La partie religieuse de l’islam n’est donc pas la plus importante, elle est pourtant indispensable pour nourrir et exacerber le fanatisme. Il est donc raisonnable de penser que la prise en compte des horreurs coraniques ne peut être acceptée que par une croyance totale et aveugle, occultant alors toute forme de raison et d’humanité.

Si l’on veut bien prendre la peine de regarder les choses de plus près, et pas seulement à l’aune de nos valeurs, on découvrira sans peine que les mentalités sont impossibles à concilier, que la cohabitation ne pourra jamais être paisible. Il faut toujours garder à l’esprit que ces gens ne raisonnent pas comme nous, et n’envisagent pas de changer ; du reste, ils ne le pourraient pas, leur « système » est totalement verrouillé, la référence suprême, le Coran, ne peut être modifié, même d’une façon infinitésimale. Quant à ceux qui pensent que les musulmans ne font pas tous allégeance au livre sacré, encore une fois ils raisonnent à leur façon, chez nous, on n’égorge pas quelqu’un qui ne suit pas la référence ! Chez eux, si…

Si une transaction quelconque a lieu entre musulman et non musulman, il faut savoir que le non musulman est un kouffar, un mécréant, en conséquence, le contrat n’est pas honnête, car le musulman n’est jamais engagé face à un non musulman. En clair, le musulman n’a jamais rien affirmé ni signé, il n’a aucun engagement envers le mécréant ; le mécréant, si. Donner sa confiance à un musulman est donc particulièrement hasardeux…

Il ne faut jamais oublier que les adeptes ont des obligations particulièrement rigides (nourriture, vêtements, comportements) ; cela dit, si dans certaines occasions ils doivent les bafouer pour convertir ou anéantir un mécréant, la dérogation est strictement accordée d’office ! Le mensonge à l’endroit d’un mécréant est une valeur fort appréciée.

La technique de conquête est parfaitement codifiée depuis 1 400 ans, et donc connue. Ce qui est tout à fait extraordinaire, c’est que non seulement elle perdure, mais encore, qu’elle devient de plus en plus mise à profit. Mieux encore, elle se sert de la modernité. Si un petit groupe de musulmans s’installe dans un territoire non musulman, ils vont se montrer tout à fait aimables, charmants, prêts à rendre service, et la méfiance naturelle sera facilement estompée, pour ne pas dire oubliée. Mais au fur et à mesure que le groupe va s’étoffer, prendre de l’ampleur, la « gentillesse » va évoluer vers des souhaits, puis les souhaits vont devenir exigences, et les exigences devenir des menaces, et les menaces devenir des actes, délinquants dans un premier temps, criminels ensuite. C’est le processus connu et immuable. Il est donc évident que ceux qui les soutiennent ou les aident sont complices.

Malheureusement, à chaque crime perpétré, les « autorités » censées nous protéger se limitent aux discours, aux mots de fermeté, tout un tas de fariboles qui s’envoleront les semaines suivantes, en attendant le nouvel attentat. Il ne faut pas se faire d’illusions : le pouvoir en place a absolument besoin de cette menace perpétuelle pour garder sa puissance et imposer des lois liberticides censées contrer la menace, alors que lesdites, non seulement ne sont pas appropriées à la menace, mais ont clairement pour objectif la mise en esclavage des populations innocentes. La peur est la meilleure arme des dictatures, toutes l’ont utilisée et l’utilisent, et on peut dire qu’à l’heure actuelle, nous en sommes pleinement arrivés sur des sommets.

Si l’on considère que la peur de l’attentat ou agression, ajoutée à la peur de mourir dans une épidémie – entretenue savamment, les dictatures actuelles ont encore de beaux jours devant elles…

Puissent les Occidentaux sortir de leur coma – en particulier les Français, et réfléchir, ne serait-ce qu’un instant, au processus de destruction si bien mis en place, et réagir vraiment.

Mais si réaction il y a, cela ne peut plus être « pacifique », les choses ont trop évolué.

Il paraît que les ventes d’armes n’ont jamais été aussi importantes du côté US, c’est peut-être regrettable, mais il ne semble plus y avoir d’autres solutions.

Et quitte à être anéanti, ayons au moins le sursaut et le courage de nous défendre…

Alain Bonvin

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Citation attribuée à Sun Tzu, général chinois (. VIème siècle av. J.-C. ) : « Connais l’adversaire et surtout connais toi toi-même et tu seras invincible.».

  2. J’ai été déçu ce matin de julien Odoul face a un bic qui l’a bien embobiné . Odoul devrait s’informer sur ce qu’est la takkia ….Meme le recteur de l’académie de toulouse est un muzz et veut nous faire avaler que ses cons citoyens vont s’intégrer a la longue (mdr) ils gagnent seulement du temps en attendant d’etre majoritaires et apres une fois au pouvoir nous serons réduit en esclavage et se sera a nous de nous intégrer
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Taq%C3%AEya
    http://ampus-casanova.over-blog.com/2019/10/4992-la-parole-du-jour-par-le-cheik-omar-bakri-mohammed.html

    • Bien dit !
      Il ne faut plus compter sur ces politiciens impuissants, s’est à nous de nous prendre en mains.

    • Le problème en France, c’est que seuls les voyous ont le droit de s’armer (ou le prennent… sans grand risque) Tireur sportif ou chasseur, je n’ai pas le droit d’acquérir une Kalach, sauf à aller la chercher en banlieue, pour un prix infiniment plus bas qu’un bon 12 à deux canons !

  3. Se défendre? Oui! Oui! Oui! Mais avec quelles armes? Et encore, il faut d’avoir utiliser une arme. C’est à l’état de prendre des mesures fermes. C’est à lui de protéger sa population. On en prend pas le chemin.

  4. « Cette lecture m’a vraiment donné grand mal de ventre tellement j’ai rigolé »
    moi, j’ai été horrifié

  5. Bon article Alain.
    J’ai souvent dit par interventions sur RR ou RL, que malheureusement, le français ne connaît pas le musulman et encore moins l’islam par son coran. Cependant, il faut reconnaître à la décharge du français, que nos politiques et autres merdias relayeurs de leur propagande, n’ont eu de cesse de présenter par complicité, l’islam comme une religion similaire à toute autre religion pour la prétendre compatible avec nos valeurs. Or, cette religion est une théologie totalitaire visant à exterminer ou à soumettre ceux n’en faisant pas partie. Pour les connaître ( les musulmans), je les sais fourbes pour user de tous les stratagèmes pour imposer et implanter l’islam de manière universelle. C’est une hydre à combattre de tout instant et à contenir loin de nos terres.Espérance !

  6. Alain Bonvin vous avez tout compris. J’ai parcouru le monde arabo-musulman dans tous les sens pendant des années pour mon travail. J’ai vécu dans ces pays, travaillé avec ces gens, lu et relu le Coran et les Hadiths, etc. Je le redis: vous avez tout compris.

    En plus, votre texte est très bien écrit. Félicitations.

  7. ils n y a pas que les français qui sont menacés et qui dorment d un sommeil de plomb .. c est l ensemble de l Europe qui ne comprend pas ce qui leurs arrivent

    • La télévision a endormi leur cerveau, le réveil est dur…mais il n’est pas trop tard pour résister et reconquérir l’Europe.

Les commentaires sont fermés.