La déglingo-islamophobie pour l'islamisation de la France


Libération : « Le 10 novembre, à Paris, la Marche contre l’islamophobie dit STOP à la stigmatisation des musulmans de/en France ». Elle a réuni les activistes islamo-gauchistes et les militants antiracistes des quartiers islamisés qui sont les adeptes de l’islamisme politique de l’Anti-France contre l’islamophobie.
Libération (antifas) : « Il y a eu des éléments déclencheurs comme les propos racistes et humiliants d’un élu du RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté contre cette femme (militante voilée) et son enfant, le vote au Sénat d’une loi contre des femmes musulmanes, et enfin la programmation de Zemmour sur CNews alors qu’il (pour ne pas dire parce qu’il) a été condamné pour incitation à la haine raciale… Les mêmes expliquent la légitimité de leurs discours sur l’immigration par l’avis général de la population (après l’avoir construit), dont l’une des figures, représentant autoproclamé du « bon peuple », reste Zemmour.
Libération (antifas) dénonce : « la vigilance faisant des musulmans des ennemis de l’intérieur et qu’il faudrait débusquer dans tous les espaces publics et privés. Le contexte relève d’un racisme systémique.
Il fallait urgemment collectiviser et politiser (l’islamophobie). Les initiateurs (le CCIF et La plateforme : Les Musulmans) de l’appel paru dans Libé ont joué un rôle fondamental. Les initiateurs tirent un bilan pour le moins globalement positif. Il en va de leur légitimité. Les premiers concernés sont unanimes et balayent d’un souffle toutes les pseudo-analyses de journalistes à la Roufiol. C’est juste un immense retour de dignité !
Libération (antifas) : « Des polémiqueurs vendeurs de haine ont reproché aux organisateurs, et à l’un d’entre nous en particulier, d’avoir proféré au micro « AllahAkbar ». Rien d’étonnant que beaucoup reprirent en cœur « AllahAkbar. Aucune provocation, mais juste communier ensemble, partager cette respiration ! (???) La grande majorité des (militants) contre l’islamophobie sont des quartiers populaires, beaucoup de confession ou de culture musulmane : Le problème, ce ne sont pas les musulmans mais les inégalités sociales ! (???)
Chronique des cinglés : François des Groux : « Des enseignantes suédoises se voilent pour manifester contre l’islamophobie. Le site communautariste Oumma.com s’inquiète : la Suède se raidit face aux adeptes de la religion d’amour et de tolérance et contre ses musulmans, et durcit son arsenal juridique à leur encontre, contre le port du voile. À Skurup, derrière les murs de l’établissement scolaire Prästamosseskolan, Mattias Liedholm et l’ensemble du corps enseignant sont une poignée d’irréductibles qui résistent à la décision adoptée par le conseil municipal : l’interdiction des voiles religieux dans les écoles de petite section.
Plusieurs institutrices non musulmanes (militantes de l’ultragauche islamo-gauchiste dhimmi prônent) la désobéissance civile à l’échelle locale (contre) les élus démocrates de la ville, « farouchement nationalistes et anti-immigration anti-hijab« . Elles arborent le voile en signe de solidarité avec la communauté musulmane.
Aussi ce directeur d’école a pris la tête de la désobéissance civile : « Ni moi ni aucun de mes collègues n’appliquerons cette loi. Cela devient une question de personnel que la municipalité doit gérer ! », a-t-il martelé en se réjouissant que son équipe éducative fasse bloc et « s’oppose fermement à une mesure jugée inique« . Nawel Aissaoui a averti qu’elle démissionnerait si la mairie s’obstinait à vouloir frapper le voile d’interdiction…
« Nos concitoyens musulmans, qui sont une fois de plus stigmatisés, ont été très touchés de nous voir vêtues du voile. Ils ont senti qu’ils n’étaient plus seuls à affronter l’injustice, qu’ils étaient vraiment soutenus ! »
Andreas Lindholm, un avocat de l’Agence nationale suédoise pour l’Éducation, s’insurgeait contre « une interdiction contraire à la Convention européenne sur la liberté de religion ! » Tasnim Raoof, la présidente des Jeunes musulmans de Malmö, a condamné avec la dernière énergie une interdiction « raciste » visant à « priver les femmes musulmanes d’une liberté individuelle fondamentale ». Il reste à craindre que le jusqu’au-boutisme des nationalistes qui président aux destinées de Skurup les rendra sourds à la colère qui gronde et insensibles à une quiétude locale qui en sera durablement troublée (par les islamo-gauchistes dhimmis).
Dhimmi (en arabe : ذﺫّمي†), terme du droit musulman, désigne les non musulmans dans un État sous domination musulmane, liés par un « pacte de (soumission) protection » discriminatoire ! (Wikipédia)
Arnaud Antonelli : « Le plan islamophobie », l’incroyable lobbying du site lesmusulmans.fr. L’association « Les Musulmans » a rendu public des mesures exigées par ceux qu’ils (croient) représenter. Enseignement, médias, régalien, modes d’action collectifs communautaires : le « plan islamophobie » (veut) changer la société française. Des mesures « inquiétantes », juge une source policière. Le « plan islamophobie » souhaite arpenter les sentiers politique, médiatique, institutionnel et judiciaire : victimisation et condamnation de l’islamophobie sont les leviers essentiels de ce programme d’ampleur ! Outre les statistiques qui traduisent une crise de représentation visible, 63,01% des sondés ressentent le « besoin d’une structure nationale qui leur permette de s’organiser et d’être représentés » en tant que musulmans, donc, un plan sociétal, politique et médiatique !
C’est un véritable « putsch » pour réformer les médias de service public, élargissant les prérogatives du CSA, en imposant une « personnalité musulmane » lors des débats et en s’assurant de leur représentativité à l’antenne. Il faut un « élargissement de la compétence du CSA en matière de surveillance, de régulation et de sanction des abus, en matière de discours d’incitation à la haine, aux discriminations et au racisme ». (???)
Amaury Brelet, Valeurs actuelles : « Le nouveau comité anti-Fake News, des militants progressistes et/ou gauchistes pour Macron, pour les migrants, pour pour l’écologie et contre Trump, Zemmour, collé au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) va agir dans le cadre de la loi AVIA pour lutter contre la haine sur internet. TAKAYCROIRE ! Une vraie loi liberticide ! Plusieurs membres de ce comité, destiné à conseiller le CSA pour la lutte contre la désinformation (LREM ?), se distinguent par leur parti pris idéologique et militant.
Parmi eux, des journalistes féministes, l’épouse de Thomas Piketty et un élu de gauche !
Le 12 décembre, l’organisme de contrôle révélait la composition de son nouveau comité d’experts (paritaire) sur la lutte contre la désinformation en ligne, piloté par Michèle Léridon, présidente du groupe de travail « Droits et libertés, pluralisme et déontologie ». Son objectif : « Apporter une expertise aussi bien juridique, économique, scientifique et technologique qu’éthique » au CSA. Mais à y regarder de plus près, plusieurs membres n’ont rien « d’experts neutres et impartiaux ». L’efficacité de cette prise de pouvoir sur les consciences du peuple, par le biais du CSA manipulé et partisan, rappelle tous les caractères du régime totalitaire.
Moralité : Wikipédia : « La propagande nazie dirigée par Joseph Goebbels faisait partie des attributions du ministère du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande. Elle a été un élément fondamental dans la « mise au pas » de la société allemande, et un élément central du caractère totalitaire du régime nazi. »
La propagande de l’islamophobie est le moyen de manipuler les masses à des fins de persuasion. La propagande est faite de motivations cachées et d’informations trompeuses et fabriquées. La propagande, en temps de guerre (de l’islamisme de conquête des islamophobes de l’Anti-France) est incitation à des actes de violence par la propagation d’idéologies violentes salafistes pour persuader les gens à encourager le djihad.
Wikipédia : « Le salafisme djihadiste ou djihadisme salafi, de l’arabe salafiyya jihadiyya, est l’idéologie politique et religieuse islamiste qui se caractérise par la revendication d’un devoir à une forme violente du djihad transnational, par référence à un mouvement religieux dont le but est de retourner à un islam originel qui serait le seul véritable selon les tenants de cette doctrine. Le courant salafiste djihadiste ne reconnaît pas les frontières du monde musulman et prône l’instauration d’un État islamique et le rétablissement du Califat. »
Moralité : La déglingo-islamophobie des activistes islamo-gauchistes et des militants antiracistes des quartiers islamisés pour l’islamisation de la France sont les adeptes de l’islamisme politique de l’Anti-France.
Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.