La démarche laïque du PDG du groupe Paprec doit être soutenue

Publié le 12 février 2014 - par - 1 540 vues
Share

http://www.dailymotion.com/video/x1bqlxw_paprec-adopte-un-charte-de-la-laicite-jean-luc-petithuguenin-dans-gmb-11-02_news

Voilà ce qu’aurait dû faire la RATP il y a déjà plus de 10 ans. Avant que l’islam ne soit omniprésent dans les locaux de l’entreprise. Avant que des hommes, se référant de la religion musulmane, n’opèrent une pression religieuse sans précédent sur leurs collègues femmes. Avant que les barbes prosélytes ne viennent s’imposer à tous. Avant que la laïcité ne disparaisse totalement au profit d’une paix sociale fantoche destinée à la seule communauté musulmane qui considère la moindre désapprobation à cette intrusion religieuse comme une atteinte à leur honneur ou une discrimination raciale et religieuse.

La paix sociale et le vivre ensemble ne vaut pour les islamistes qu’à la seule condition que les non musulmans et les musulmans non pratiquants (les nés musulmans) se taisent, acceptent et se soumettent sinon c’est la guerre !

Jean-Luc PETITHUGUENIN, Président directeur Général du groupe PAPREC, explique qu’alors que son entreprise ne souffre d’aucun problème religieux, voyant la montée du fanatisme religieux dans la société française et prenant l’exemple de la crèche « Baby-loup », son entreprise comptant 52 nationalités différentes, il s’est imposé la nécessité de continuer à faire vivre les valeurs de l’entreprise et maintenir la paix sociale, la vraie, en réaffirmant le principe de laïcité et de neutralité.

Pour monter cette charte, la direction générale de PAPREC a demandé à ses employés ce qu’ils pensaient de leur démarche. Les réponses ont été étonnantes, selon lui, car « les musulmans eux-mêmes réclament la laïcité parce qu’elle les protège » certains lui ont dit : « je n’ai pas envie, moi, en tant que musulmane, d’être stigmatisée parce que je ne porte pas le voile ou le foulard ou parce que je bois de l’alcool ». Un autre, fort de son expérience personnelle dans son pays d’origine, lui a décrit la rapidité avec laquelle se créent les conflits religieux et lui implorait la fermeté à l’égard des fanatiques religieux.

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140211.OBS5857/peut-on-interdire-tous-les-signes-religieux-dans-l-entreprise.html  (vidéo en bas de l’article)

Voilà la clé de la paix sociale que la RATP n’a pas trouvée ! A vrai dire elle ne l’a même pas cherchée.

La RATP n’a pas su préserver cette paix sociale, la vraie, indispensable au bon déroulement de toute entreprise qui se respecte et qui respecte ses employés car elle a pris le problème à l’envers.

Elle a pensé que pour préserver la paix sociale, il fallait fermer les yeux sur les dérives des agents religieux pratiquants. Elle a laissé se développer le sexisme sous ses yeux et elle l’a rendu légal en autorisant ces mêmes hommes à ne pas serrer la main des femmes, mention explicitement actée dans sa charte de la laïcité. Malgré l’interdiction stricte des signes ostentatoires, elle laisse les barbes islamiques proliférer ce qui sous-entend que la notion de neutralité ne concerne pas les musulmans et ce qui favorise le prosélytisme. Elle ne prend aucune mesure pour interdire le ramadan aux agents qui occupent des postes qui nécessitent une hygiène de vie rigoureuse et irréprochable comme chauffeur de bus ou de métro et ce, pour la sécurité de ses voyageurs et des usagers de la route.

http://www.dailymotion.com/video/x108wnb_le-fait-religieux-en-entreprise-paul-peny-dans-good-morning-business-27-mai_news

Les syndicats ne se sont pas mieux comportés. Ils ont laissé se développer des sections syndicales communautaires dans presque tous les dépôts à forte présence musulmane et ils n’ont jamais dénoncé l’islamisation de l’entreprise malgré tous les mauvais signes qui leur ont été remontés.

Le résultat est cruel. Car les femmes qui sont directement visées par cette radicalisation subissent des pressions sans précédent sur leur lieu de travail et n’en finissent pas d’en pâtir et les dérives n’en finissent pas de dériver. Car du refus de la poignée de main s’en est suivi le mépris pour elles puis le rejet et l’exclusion jusqu’au refus, par certains, de conduire un bus après une femme.

L’attitude du PDG du groupe PAPREC est remarquable,  courageuse,  ambitieuse et me rend espoir.

Tout le contraire de celle de la direction de la RATP qui refuse de prendre une position ferme face aux déviances communautaristes musulmanes. Qui refuse de faire appliquer la laïcité tout simplement.

Ghislaine DUMESNIL

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.