La Démocratie se radicalise

Publié le 9 février 2014 - par - 814 vues
Share

Les gouvernements, les associations égalitaires, les autorités, la police, les tribunaux, le web, les chaînes de télévision… tous ont décidé de jouer la carte de la répression et de limiter, voire dénoncer et sanctionner, les « dérives » homophobes. C’est Big Brother 2014 et Fahrenheit 451 réunis.

Mais qui les surveille, eux ? Qui va dénoncer leurs dérives et leur main mise sur le droit à l’expression quelle qu’elle soit ? Car finalement, pourquoi devrait-on taire certaines réalités ?

Le monde évolue vers la pensée unique. Là où tout le monde est beau, tout le monde il est gentil. Réfléchir devient mal. Se rebeller dérange. Se défendre est devenu profondément asocial.  Il faut gommer les différences pour lisser les opinions et ainsi mieux les contrôler.

Mais La Réalité est toute autre. Au quotidien, nous ressentons cette injustice de devoir la fermer face aux comportements racistes et haineux d’allochtones qui refusent l’intégration. Pourquoi finalement respecter une culture qui n’est pas la leur quand elle se met à genou et ne sait plus quoi faire pour finalement se faire cracher dessus et insulter… ou pire.

Pour ma part, je n’en peux plus de cette société qui permet tout pour les uns et plus rien pour les autres au nom de la richesse culturelle, sociale mais surtout économique. Quel malaise de se sentir jugé et rejeté quand on arpente les rues de sa propre ville.

Ce sentiment d’abandon est intolérable. Et en plus de ça, nous devrions nous plier à la lâcheté des autorités ? Mais quelle farce.

Que sont devenues nos capitales ? Paris et ses Champs-Elysées sales sont devenus le terrain de chasse des Roms, des blacks arrogants, des bandes de jeunes immigrés mélangés aux bobos insipides. Au milieu de tout cela, quelques Français de la vieille génération un peu perdus.  Bruxelles, capitale européenne, n’est pas en reste avec ses quartiers de non-droit, sa saleté, ses commerces qui ferment pour être remplacés par des kébabs, ses métros et ses rues où il ne fait pas bon de se balader après 21h. Ca c’est la réalité ! Pas celle des médias à la solde des gouvernements permissifs mais celle de monsieur et madame « tout le monde » qui en bave mais qu’on oblige de baisser le regard.

Hier, quelle ne fut pas ma stupéfaction d’apprendre au journal que l’association « Kif Kif » basée à Anvers en Belgique va sonder le net et dénoncer et publier tout comportement et écrit jugés par elle comme homophobes. L’arrière plan montrait un local minable occupé par 3 personnes. Un « belge » avec une barbe caractéristique des musulmans, une voilée et une black. Ces « experts » en droits de l’homme sont donc juges et parties. Nous attendons les réactions des vraies autorités… si elles arrivent un jour.

Mais qui surveille leurs dérives ? Elle est belle la société. On emmerde les gens honnêtes car ce sont finalement encore les seuls sur lesquels nos dirigeants peuvent se lâcher sans risquer de représailles.

Tout devient répression. Le respect va dans les deux sens. Quand on recommencera à apprendre ça à nos enfants à l’école au lieu de laver leur cerveau à la poudre égalitaire des genres… nous aurons accompli un pas en avant vers la vraie liberté.

Alain Slachmuylder

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.