La démocratie s’éloigne, la dictature approche…

Publié le 29 novembre 2020 - par - 11 commentaires - 670 vues
Traduire la page en :


Sommes-nous en train d’assister à la fin de la démocratie en Occident ? J’ai toujours pensé que l’on devait être prudent avec l’usage de certains mots, qu’il ne fallait pas tomber dans l’exagération facile, et parler d’esclavage dès qu’un travailleur gagnait moins que le SMIC, ou de dictature dès qu’un Etat montrait un peu d’autorité.
Mais depuis quelques années, j’observe l’évolution de notre monde avec une certaine inquiétude, car il me semble évident que la liberté individuelle est en recul dans ses différents aspects. La liberté économique est décriée parce qu’elle génère des « inégalités », la liberté d’expression parce qu’elle heurte les sensibilités de certaines minorités, tandis que d’autres comportements sont attaqués car ils mettraient en danger les ours polaires, les abeilles et même – nous dit-on sans rire – la survie de notre propre espèce.

La liberté semble donc peser de moins en moins face à ces enjeux. Loin de constituer une valeur fondamentale de la société, digne d’apparaître en première position dans la devise d’un pays, elle paraît plutôt, comme au bon vieux temps de l’URSS, une forme d’égoïsme irresponsable s’exerçant au détriment du Bien général.
Quand les conditions sont réunies, il ne manque souvent qu’un incident, une étincelle pour que tout bascule. L’arrivée d’un virus inconnu et somme toute pas extrêmement dangereux a suffi pour faire glisser aux oubliettes les libertés individuelles, jadis considérées indétrônables.

Mais est-ce suffisant pour parler de dictature ? Après tout, il n’y a pas eu de coup d’Etat. Les chars ne sont pas descendus dans la rue et ce sont toujours les mêmes dirigeants, élus démocratiquement, qui gouvernent. Et puis, les mesures prises ne sont que temporaires, n’est-ce pas ? Et c’est pour une bonne raison, pour sauver des vies face à une menace extérieure…

Bien sûr. Mais les temps changent, et aujourd’hui le pouvoir des forces armées est bien moins important que celui des médias. Et il faut aussi se rappeler qu’aucune dictature ne se présente elle-même comme telle, que toutes les restrictions des libertés sont toujours justifiées au nom d’une raison supérieure, et que les états d’urgence provisoires ont la fâcheuse tendance à être renouvelés avant de devenir définitifs. On ne peut donc pas se contenter d’avaler tout cru le discours officiel.

Or, si on prend de la distance avec ce discours relayé par les médias mainstream, on peut alors très sérieusement douter de la nécessité des mesures de confinement. On peut notamment s’étonner de ce qu’en Suède, où il n’a pas été appliqué, l’épidémie se soit arrêtée d’elle-même, bien avant que le virus n’infecte 70% de la population, ce qui contredit le modèle qui prétend le justifier. On peut aussi observer qu’après le déconfinement de mai, la France et les autres pays européens ont connu une période de plusieurs mois sans reprise de l’épidémie, là aussi en contradiction avec les prédictions catastrophiques des chercheurs de l’Imperial College of London, sur lesquelles la décision du confinement a largement reposé.

On peut donc se demander pourquoi, malgré ces faits d’observation connus de tous, le confinement a de nouveau été imposé lors de la “deuxième vague”. Et constater que, de nouveau, l’évolution de cette vague n’a pas été très différente en Suède où la décrue a déjà commencé, ce qui laisse un sérieux doute sur le nombre de vies sauvées par le confinement. Quand on sait qu’en France, rien que le tabagisme serait responsable de la mort de 70.000 personnes par an, on ne peut que s’étonner de la disproportion des mesures prises contre la covid.

Ce qui nous ramène à notre question initiale. Comment devons-nous appeler un Etat qui s’acharne à réduire les libertés de ses citoyens, à les appauvrir et à les rendre dépendants, et ce de manière injustifiée, irrationnelle ? Un Etat qui prétend contrôler vos réunions avec vos proches, y compris pour les fêtes les plus importantes, les mariages ou les enterrements. Et qui censure les opinions divergentes, avec la complicité des médias et des réseaux sociaux.

Certes, en théorie nous avons encore la séparation des trois pouvoirs, et des élections libres…

Nous ne sommes peut-être pas encore tout à fait en dictature, mais nous ne sommes certainement plus tout à fait en démocratie.

François Legros

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
franta

Il y a longtemps que vous êtes en dictature, mais vous êtes sous occupation allemande et vous continuez à écrire.

DUBOIs

C’est pire qu’une dictature. La dictature est seulement la forme prise par le pouvoir dans l’Antiquité semblable à celle d’un capitaine sur un navire maître à bord après Dieu, mais dans l’intérêt général
C’est une tyrannie pour le lucre d’Oedipe qui après avoir épousé sa mère, tue son père, en l’occurrence sa patrie et amène sur elle toutes les calamités.

grégory

Exposé excellant et incontournable!!! entièrement d’accord le piège se referme inexorablement! La panurgerie est en marche!

finance

Nous sommes dans une dictature occultée, qui se cache derrière les mots bisounours pour mieux tromper les imbéciles . Les philanthropes marxistes sont à l’oeuvre et ne vont pas reculer en si bon chemin sauf si ……les peuples se réveillent pour écraser cette poignée d’escrocs comme des mouches à merde .

Paoli

Nous sommes en plein dedans ..Mais il y a encore des veaux qui ne veulent pas voir ..

raskasse

Et des autruches !

Rems

Normal, nous sommes en ” république ” le plus pourri des systèmes qui favorise les médiocres, les menteurs, les voleurs, les tyrans…………donc oui nous sommes depuis 1789 en dictature !

patphil

la dictature tolérée et en même temps redemandée dans les sondages

Victoire de Tourtour

Marie-France Garaud (Interview du Figaro.- 27 04 2017):
“Nous assistons à une tentative de domestication des pays européens, nous sommes placés devant l’éventualité d’un IVème Reich”

raskasse

La dictature est déjà là depuis bien longtemps mais elle se renforce gravement !!!

barraja

Oui, il est grand temps de virer macron . Vive le général MARTINEZ ! Essayons de lui faire confiance !!

Lire Aussi