La démocratie usurpée, la France face à son ennemi

La démocratie usurpée aura peut-être été, dans l’histoire de la France face à son ennemi, une brève parenthèse avec Macron totalitaire, qui se referme sous nos yeux. Dans le sens de progressisme moderne, Macron totalitaire rêve d’une forme de société GOF-LGBT mondialisée qui parvient à concilier l’inefficacité de l’État-Providence socialiste pro-migrants avec sa légitimité perdue, son autorité contestée par la liberté des individus, elle aura duré un peu plus de deux ans, si l’on en juge d’après les forces qui tendent à l’abolir.

Elle n’aura, au bout du compte, été soutenue que d’une fraction infime des socialistes opportunistes recyclés LREM. Dans le temps et dans l’espace du système Macron, la démocratie usurpée occupe une place des plus réduites, puisque la durée d’environ deux ans ne se rapporte qu’aux simulacres de Macron dans son petit théâtre gay-friendly. Sans doute le peuple de France aurait-il pu survivre et durer, si la France avait été le seul type d’institution nationale dans l’histoire du monde.

Mais la France n’est pas foncièrement constituée pour se défendre face à son ennemi de l’intérieur qui veut sa perte. Et cela surtout quand le plus récent et le plus redoutable de ses ennemis, le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale, comme modèle parfait du totalitarisme, veut se présenter comme un perfectionnement de la démocratie usurpée, alors qu’il en est la négation absolue. La démocratie usurpée est par dessein niée de l’intérieur. Elle est détournée de l’amélioration patiente et réaliste de la vie du peuple de France et de la vie en société. Le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale est au contraire tourné vers l’extérieur, car il témoigne d’un échec social absolu parce qu’il est incapable de créer une société viable. La bureaucratie des petits dictateurs de l’UE germanique qui dirigent le système du mondialisme supranational ne trouve à employer ses capacités que dans l’augmentation des règles, des taxes et des impôts. Elle y est plus habile et plus persévérante que le peuple de France ne l’est à se défendre.

Le peuple de France tend à méconnaître, voire à nier les menaces dont il est l’objet, tant il répugne à prendre les mesures propres à y répliquer. Il ne se réveille que lorsque le danger devient mortel, imminent, évident. Mais alors soit l’énergie intellectuelle et les moyens lui manquent pour qu’il puisse le conjurer, soit le prix à payer pour survivre devient de plus en plus accablant. À l’ennemi extérieur, aujourd’hui le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale, dont toute la puissance économique est tournée vers sa destruction, s’ajoute, pour la démocratie usurpée, l’ennemi intérieur, dont la place est inscrite dans les lois de la préférence étrangère et des encouragements immigrationnistes du gouvernement LREM lui même.

Alors que le totalitarisme LREM liquide toute opposition intérieure, et détruit tout début d’action de sa part, grâce à des moyens antidémocratiques simples et infaillibles, l’opposition, elle, ne peut se défendre que très mollement. L’ennemi immigrationniste intérieur du peuple de France joue une partie facile, car il exploite les droits de la préférence étrangère inhérents à la démocratie usurpée. Il supprime l’opposition légitime, sous la prérogative du mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale. Son dessein avoué est de détruire le peuple de France par le grand Remplacement, avec le pouvoir absolu du monopole de la force.

La démocratie usurpée est ce régime paradoxal où est offerte la possibilité unique à ceux qui veulent abolir la France de s’y préparer dans la légalité, conformément au droit de la préférence étrangère, afin de recevoir l’appui de l’ennemi extérieur, le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale sans que cela passe pour une violation réellement grave du pacte national. Les frontières sont devenues indécises, et la transition rendue facile entre le peuple de France resté loyal, qui use d’une faculté de critique prévue par les institutions, et l’adversaire islamiste conquérant qui viole ces institutions mêmes.

Le totalitarisme de Macron confond le peuple de France resté loyal avec l’adversaire islamiste conquérant, de façon à justifier l’écrasement de toute opposition démocratique. On aboutit à cette situation inversée de la préférence étrangère inhérente à la démocratie usurpée pour assurer la domination de l’ennemi intérieur que nous vivons tous les jours dans cette société soumise que nous appelons l’Occident chrétien.

La situation de la préférence étrangère et des encouragements immigrationnistes du gouvernement LREM lui même pour soutenir l’adversaire islamiste conquérant qui viole les institutions de la France témoigne de ceux qui veulent détruire le peuple de France resté loyal en luttant pour les revendications légitimes des islamistes, tandis que ceux qui veulent défendre le peuple de France resté loyal sont présentés comme des réactionnaires. L’identification des ennemis, intérieurs et extérieurs, de la France aux forces progressistes du mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale, ces forces illégitimes et qui sont des forces de domination étrangère, veut paralyser l’action de l’opposition qui ne veut que préserver le peuple de France.

À cette coalition de forces progressistes hostiles et de logiques négatives du mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale s’ajoute un harcèlement d’accusations et d’intimidations culpabilisantes contre le peuple de France tel qu’aucun système politique n’en a jamais supporté. Comme les mondialistes ont institué l’industrie du mensonge, il existe une industrie de la propagande qui veut accréditer le postulat, aujourd’hui admis universellement, qu’à tout ce que produit de mauvais le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale dans monde correspond un coupable qui est nécessairement et uniquement dans le peuple de France resté loyal à la patrie, c’est-à-dire, dans presque tous les cas, et pour cause, la Droite Nationale qui veut préserver et recréer un monde véritable démocratique. La fin de Macron est à ce prix !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Le problème est l’extrême bien-pensance de la majorité des gens. On irrite beaucoup de gens quand on passe pour cynique ou amoral. Peut être notre peuple est-il trop dégénéré pour survivre? Il est resté trop longtemps loyal à la République. Ou alors il est trop repu. Pourtant depuis 2015 environ il n’est plus possible à quelqu’un qui dispose d’une intelligence moyenne de ne pas voir que l’Etat est traître à la nation. Il semble qu’on soit trop resté sur la phrase de Maurras : la politique du pire est la pire des politiques. Pourtant si les racailles mettait cul par dessus tête la police dans les grandes villes quelle aubaine ce serait pour nous! J’irai presque mettre un cierge dans une église pour que ça se produise.

  2. Toutes les mouches du coche présidentiel qui s’agitent autour de macron sont là pour faire oublier le patron, seul responsable, puisqu’il est jupiter, le dieu des dieux de l’olympe élyséen en personne.
    Le formidable personnel soignant des hôpitaux publics donne TOUT aux malades de la covid19. Leurs familles, leurs santés passent après leur devoir: SERVIR.
    Macron les a privés de moyens de protection les premiers mois de l’épidémie, après les avoir fait matraquer dans les rues par castaner et lallemand. Auront-ils les moyens en personnel, en lits, en outils, comme ils le réclament ?
    Certainement pas. Ils n’auront RIEN de la macronie.
    Mais la ministricule penicaud vient de se dire « d’accord » pour qu’elles-ils se fassent don, entre-eux, de leurs jours de congés.
    On ne rêve pas hélas!

  3. Abandonnez définitivement le terme étranger de gay-friendly, il y a des mots français existant : pédé, tapette, tarlouse, tante, inverti, sodomite, gomorien, enculé, homosexuel, de la jaquette, etc.

  4. La « démocratie » n’est pas usurpée : c’est un enfumage inventé pour calmer les foules afin de mieux la duper. Juste un bout de papier avec un nom dessus et : FERMEZ VOS GUEULES ! La ploutocratie est intallée jusqu’à la dictature et fera ce que bon lui semble, sans aucun accord du peuple.

  5. Je lisais ce matin un article dans un journal: « comment gouverner sans gouvernail », eh oui mais chers amis comment prétendre diriger un pays si au préalable le prétendu dirigeant est un imposteur, un incapable entouré de « conseillers » aussi ignares, incultes, et dépourvu d’idées autant que le type qu’ils sont censés orienter?.
    S’improviser chef de l’état, même si on a été mis en place par une force obscure, n’a rien d’un parcours naturel, il faut anticiper, voir plus loin que la visière de sa casquette, faire corps avec le peuple afin qu’il sache qu’il a un dirigeant digne et fiable, renoncer à protéger les privilèges de castes et de communautés, enfin savoir fédérer la patrie.
    Malheureusement, rien de toutes ces prérogatives et de ces directives n’apparaissent.

  6. Il devras surtout être exécuté…
    Officiellement pour haute-trahison , conjuration , conspiration , félonie, haute corruption !….
    (Officieusement parceque c’est qu’une larve parasitaire de la mafia mondialistes)

  7. La democratie est dévoyée par nature.
    C’est consubstantiel mon cher Watson.
    Dès que vous donnez le pouvoir à n’importe quel citoyen de choisir son futur, sans autre critère que l’âge et la citoyenneté, il suffit de dénaturer un des critères et le tour est joué.
    Élu pour 4, 5 ou 7 ans, c’est la même.
    Après moi le déluge.
    Il faut un système de pouvoir quasi à vie ou héréditaire, pour que les dirigeants mettent à égal enjeu, l’avenir du pays avec le leur.
    Si nous tombons, il tombe avec.
    Si nous réussissons, il réussit aussi.
    Aucune civilisation n’a tenu et ne tiendra avec la démocratie.
    Surtout pas avec les moyens de manipulation modernes.

  8. La France n’est pas un pays démocratique. Il faut arrêter de confondre les régimes politiques entre eux. La France est actuellement sous régime RÉPUBLICAIN.

    Royauté/république/démocratie ce n’est pas la même chose. Tant que les gens feront l’amalgame république = démocratie, on ne s’en sortira pas.
    Soit on est royaliste, soit on est républicain, soit on est démocrate.

    Actuellement, la « droite nationale » (FN/RN/LR…) est une collabo du système RÉPUBLICAIN. Un « droitard » c’est juste un « gauchistes » avec un peu plus de tunes mais ça reste un RÉPUBLICAIN. Et la république c’est l’ennemi de la France.

    • Royaliste 👌👍👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏 +100.000…😉🤗
      Onts est bien d’accord !…. la ripoublique messianique franc-maçonne luciferienne anti-CHRIST-ROI et bien la bête immonde issue de l’année maudite de 1789…et elle tien dans griffes crochus la france en otage depuis !
      La bête et furax et terrorisé car elle préssant sa fin atroce inéluctable….et définitive !

    • LR, fait parti de la droite nationale pour vous? Pas étonnant que notre France est dans l etat que nous subissons car les LR ont toujours trahit le peuple

      • @ Sgueg

        FN = RN = LR = LREM = PS = EELV = FI = PCF.

        Ce sont tous, absolument tous, des partis politiques RÉPUBLICAINS. Et la France n’est pas une terre républicaine mais une terre royale.

        • Donc pour vous tout les partis dont UMPS/ LAREM collabos se valent, très bien donc comme vous le savez par voie électorale c’est terminé. Je vous pose une simple question Royaliste, que faire?

        • Par voix électorale c est out donc comme c est cuit que voulez vous faire?

    • Royaliste : si l’on pouvait écrire ici tous les crimes que « la gueuse » a commis en son nom , certains pourraient (peut-être ) ouvrir les yeux . La république ( avec petit p) n’a été que crimes, malheurs , mensonges et injustice depuis sa création . Une vraie saloperie qui, dès le début, a divisé la France …et le fait encore . Le seul traitement pour « les républicains » , tous confondus, devrait être celui que le conspirateur-régicide Robespierre ,a reçu.

Les commentaires sont fermés.