1

La députée européenne Grossetête a perdu la boussole

A cause de Trump. Une fois n’est pas coutume, j’offre à nos lecteurs de quoi rire un peu. Il s’agit de la réaction de la vieille élue lyonnaise, Françoise Grossetête, dès l’annonce de la victoire du nouveau président des Etats-Unis. Au bord de l’apoplexie, elle s’est adressée à la presse en des termes que n’auraient pas manqué d’étriller Jean-Yanne, Pierre Desproges, Jean Amadou ou Coluche, à une époque où les humoristes avaient encore une liberté d’expression.

 

trump            Première victime européenne de Trump, la députée  Grossetête qui vient de perdre  la boussole

francoise.grossetete@europarl.europa.eu

(Communiqué)

« La victoire de Donald Trump aux États-Unis reflète l’inquiétude d’une grande partie de la population, pour qui la peur du déclassement et le rejet des élites sont le principal moteur. Ces laissés pour compte de la mondialisation redoutent l’avenir et les changements d’un système auquel ils n’ont plus le sentiment d’appartenir. Si nous voulons lutter contre le populisme, c’est à leurs inquiétudes que nous devrons savoir répondre.

Le Brexit nous l’avait déjà démontré, à chaque élection les sondeurs et les médias cherchent à influencer les électeurs et à imposer leurs candidats : les citoyens ne sont plus dupes !

Cette élection ouvre cependant une longue période d’incertitude et aura évidemment des conséquences importantes pour l’Europe. Nous perdons aujourd’hui la boussole que représentent les États-Unis pour le monde occidental depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Si Donald Trump agit comme il l’a promis, c’est une nouvelle période d’isolationnisme et de repli sur soi qui s’ouvre pour l’Amérique.

La nature ayant horreur du vide, l’Europe devra défendre avec d’autant plus d’ardeur ses valeurs dans le monde, pour ne pas laisser la place à la Russie ou à la Chine. C’est un électrochoc qui doit pousser l’Europe à s’unir et à faire émerger un vrai leadership européen, pour assurer enfin sa propre sécurité et prendre toute sa place sur la scène internationale. »

Fin de citation.

francoise-grossetete                     Françoise Grossetête en bref 

Successivement au Parti républicain, à la Droite libérale, à l’UMP et à Les Républicains, soutien actuel de Sarkozy, ses nombreuses heures de vol font aussi état de mandats de conseillère municipale de Saint-Etienne et d’adjointe spéciale, puis de deuxième adjointe au maire.

Quant sonne l’heure de l’intercommunalité, elle est conseillère de Saint-Etienne Métropole, puis conseillère régionale de Rhône-Alpes. Elle est présentement députée européenne et vice-présidente du Groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/2025/FRANCOISE_GROSSETETE_home.html

Son palmarès embrasse de plus les postes de secrétaire fédérale du PR Loire, membre du bureau politique et secrétaire nationale en charge de l’Egalité des chances (déjà) et secrétaire nationale de l’UMP. Voilà le tableau.

dscn4198      Omniprésente aux cérémonies militaires saisonnières où il est de bon ton d’être vu, toute de bleu vêtue, on a vu les stigmates du traumatisme dû à Trump, vendredi 11 novembre à Saint-Etienne, aux côtés-distants du maire LR Gaël Perdriau, soutien de Bruno Lemaire, mais qui aime bien quand même Laurent Wauquiez :   « Bruno Le Maire est le meilleur candidat à la primaire de la droite ». Puisque le maire stéphanois le dit, c’est que c’est vrai.

« Si certains pensaient que les relations tendues entre Laurent Wauquiez, président de la Région, et Gaël Perdriau provenaient du soutien de ce dernier à Bruno Le Maire pour la primaire de la droite, il n’en est rien. Le maire (Les Républicains) de Saint-Étienne confirme son choix, tout en rappelant sa « longue amitié » avec Laurent Wauquiez. » http://www.leprogres.fr/loire/2016/07/22/bruno-le-maire-est-le-meilleur-candidat-a-la-primaire-de-la-droite

Et toute la bande se rangera derrière son chef, le chef de bande, après les réglements de comptes à OK Primaire, même le lion apprivoisé et dégriffé du Béarn, Bayrou.

bruno-lemaire-et-perdriau juppe-a-t-il-promis-a-tarecq-oubrou bayrou ils-seront-tous-derriere-ali-juppe-et-oubr sarko jupppe-oub

Moralité : entre ceux qui ne valent pas un pet de lapin et ceux qui valent moins qu’un pet de lapin, soyez sûrs d’une chose : tous soutiendront le presque désigné Alain Juppé du vivreensemble© dans l’identité heureuse auprès des mosquées. Et tous se sont étranglés de la victoire de Donald Trump.

Dernière minute : Juppé vient d’affirmer rageusement et patriotiquement (RTL hier) : « moi, mon camp c’est DE GAULLE! ». Sans doute a-t-il voulu parler de la trahison de l’Algérie française.

Nous vous avons COMPRIS, Juppé.

Jacques Chassaing