La dernière de Stora : une statue d’Abdelkader à Amboise

Voilà bien la dernière trouvaille de Benjamin STORA : faire ériger une statue en l’honneur d’Abdelkader à « Amboise ».  La tentation pour ce « culbuto » de l’histoire était trop alléchante pour ne pas en saisir l’opportunité. Précisément à notre époque, dans une perspective ou un autre historien, pas « culbuto » celui-là, souhaite réexpédier les musulmans indésirables hors de France. Retour à la OUMMA en quelque sorte !…
Le choix d’Abdelkader n’est pas sot de la part de « culbuto », car le personnage, guerrier et multiface, ne manque pas de facettes exploitables.
Certes, farouche opposant de l’armée française, vaincu après quelques victoires sur cette dernière, qui avaient fortifié sa popularité ; Abdelkader se rend le 21 décembre 1847 au général Louis de Lamoricière, puis officiellement deux jours plus tard, au duc D’Aumale. Expédié en exil avec sa proche famille à Toulon alors que la promesse de l’installer à sa demande à DAMAS n’avait pas été respectée par la France ; il sera très rapidement transféré au château d’Amboise, d’où il laissera une image plutôt positive de sa personne auprès des habitants.
Napoléon III, séduit par le personnage, le libère avec une coquette pension dans le burnous.  Après quatre années de captivité, Abdelkader s’installe à Damas pour vivre une vie de repentance ou plus exactement, pour faire le « Grand djihad », c’est-à-dire la grande introspection sur soi ! Il devait donner des gages à Napoléon III de ne pas essayer de remettre le couvert contre la France, et sans doute aussi de ne pas perdre l’avantage d’une jolie pension annuelle de 1 000 000 fr-or, sans doute allouée par le pays le plus couillon du monde, pour inciter son ancien ennemi à rester bien calme à Damas…
Ne perdons jamais de vue qu’Abdelkader, en fervent musulman, sait appliquer les lois de la taqîya. Dès sa décision de rendre les armes, il la met en pratique au détriment du vainqueur qui va, comme de bien entendu, tomber dans cette nasse.
Sans flétrir les qualités philosophiques et humaines d’Abdelkader, ce dernier va intervenir dans le massacre des chrétiens du Mont Liban que druzes et Maronites se livrent en juillet 1860, avec comme résultat, 3 000 victimes chrétiennes. Abdelkader s’étant interposé pour mettre fin au massacre, ce geste lui valut une reconnaissance occidentale et papale considérable. À telle enseigne qu’il recevra de la part de l’Empire français, donc de Napoléon III, la croix de la Légion d’honneur. Et beaucoup d’autres cadeaux en provenance du monde entier. Les Américains, (comme c’est étrange,) lui ont offert une jolie paire de revolvers finement ciselés. Certainement pas pour faire ses ablutions rituelles, je suppose !…
Il est vrai qu’un Américain sans arme, c’est un peu comme un violeur sans noix !…
Voilà enfin notre Abdelkader caracolant en tête des hit-parades de la popularité mondiale, et pour le remercier de sa belle conduite, ne voilà-t-il pas que l’État français, toujours le cœur grandiose quand il pioche dans la poche des contribuables, va accorder généreusement la modique pension annuelle à ses descendants, d’un million trois-cent-mille franc lourds, pension versée (en principe) jusqu’en 1979 (Source la Cour des comptes). L’histoire ne dit pas si elle perdure encore de nos jours, très silencieusement, comme de bien entendu !…
Notre bon Abdel aurait eu ces merveilleuses paroles, en direction de la France, en précisant que  : les habitants de ce pays, pour lui, seraient devenus un modèle dans le domaine des sciences et du savoir.  Et d’ajouter, sans doute dans une publication spéciale  « musulmans », qu’en plus… ils payaient très bien !…
La taqîya…toujours la taqîya… Il n’y a que ça de vrai !…
Sans doute qu’Abdel voulait donner à la France des gages de respect et d’affection, toujours touchants quand un vaincu s’adresse au vainqueur. Il n’empêche que sa descendance, pensionnée elle aussi par la France, mal élevée pour nous, et patriote pour l’Algérie, n’a pas cessé de combattre notre pays, pour le triomphe du FLN…
Encore et toujours la TAQÎYA…
En définitive c’est bien « Abdelkader » qui a vaincu la FRANCE en 1962, et Benjamin STORA « culbuto-historien », le lécheur de babouches, qui fait ériger des statues à la gloire de l’islam.
Claude Allard
image_pdfimage_print
10

22 Commentaires

  1. Statue (ou plutôt dentelle de métal) fort simple à déconstruire, au demeurant, puisque ce n’est qu’une feuille de tôle découpée au plasma. Pour en extraire le dessin intérieur, il suffit de couper les fines languettes qui, sur le pourtour de la silhouette, tiennent la dentelle intérieure. De simples pinces démultipliées ou un petit coupe-boulon suffiront. En commençant par le visage qui ne tient que par quelques « fils ». Ou simplement utiliser la fatigue du métal : tordre le métal dans un sens puis dans l’autre, puis on recommence et on recommence et on recommence et au bout d’une douzaine de cycles, le métal casse. Il suffit de tordre les portions faciles à tordre d’avant en arrière et on doit pouvoir tout démonter petit à petit. Avis aux habitants résistants !

  2. la déconstruction en marche ! l’émir, véritable héros du gouvernement algérien devient reconstruit par les wokistes français

  3. Charlotte d’ornellas est pour, quitte à modifier le récit en adoptant une perspective française et pas algérienne comme Stora. Elle l’a dit : l’émir était une personne admirable qui a protégé les chrétiens d’orient et promouvait la France à la fin de sa vie qui le considérait comme un remarquable combattant. Donc ne chipotez pas.

    • ouais…ce qui est gênant c’est la contrition perpétuelle et unilatérale.
      Au fait pas de statue de hô chi minh ? un musée à Nantes pour les méfaits de la france en indochine ? c’est ballot, non ?
      Et à la mémoire des premiers canaques non plus ?
      L’afrique ferait mieux de se tourner vers son avenir, et nos gouvernants cesser de s’y intéresser autrement qu’en termes d’échanges commerciaux, point ! Et pour les descendants de colonisés, il faut les sauver en leur fermant la porte.
      Il faut être pragmatique .

    • Charlotte d’Ornellas a raison. Abdel Kader n’a pas été seulement un combattant contre la France lorsque celle-ci a voulu aller jusqu’à la colonisation totale d’un espace, après avoir mis la pâtée aux Turcs et libérée les esclaves chrétiens en 1830. Il a été un amoureux de la France, et a défendu les Chrétiens à Damas. L’histoire est complexe, comme l’homme est complexe.
      Elle a raison de montrer l’homme de Damas, et non l’homme d’un territoire qui n’est devenue l’Algérie que par la dénomination de la France.
      Je crains fort que comme le pensait Napoléon III, il aurait mieux valu se retirer de ces territoires plutôt que d’en faire un pays, ou tout au moins en faire un royaume berbère ami avec des liens commerciaux avec la France comme le voulait notre Empereur Napoléon III à l’époque.

      • D’ailleurs on a proposé la nationalité française à l’émir à sa libération même s’il l’a refusé pour revenir en terre d’islam, en l’occurrence en Syrie.

      • Elle a raison de montrer l’homme de Damas, et non l’homme d’un territoire qui n’est devenue l’Algérie que par la dénomination de la France./ dixit

        Vous devriez dire la meme chose aux americains du nord, ( toujours en place ! Idem australiens / idem argentins etc… )car situation identique pour eux, avant l arrivee de la France en 1830, comme avant l arrivee des premiers europeens en 1610 a Boston, il n y avait rien… ou alors pour l algerie des vestiges d un autre temps…( romains / wisigoths / carthaginois / ottomans / etc / mais rien d arabe…

        LE PAYS APPARTIENT A CELUI QUI LE CONSTRUIT et uniquement a celui qui le construit…( votre Empereur Napoléon III avait donc tout faux ! )

    • Oui tu as raison ,ajoutons son harem,quitte à découper la tôle autant ne pas venir pour rien . Euh c’est kiki paie?- le chef-d’oeuvre?

  4. Des statues comme çà en province, ça risque de durer moins longtemps que les impôts, si vous voyez ce que je veux dire!
    Ensuite la presse « mainstream » viendra pleurer sur un saccage d’oeuvre d’art!

  5. Avec certitude, les bombes de peinture et autres disqueuses vont entrer en action d’ici peu!

    Quelle honte!

  6. Abd el-Kader était un criminel de guerre qui faisait assassiner ses prisonniers :
    Le capitaine Dutertre, fusillé dans le dos et décapité face au marabout de Sidi Brahim où s’étaient retranchés quelque quatre-vingts soldats français du 8e bataillon des Chasseurs d’Orléans et des cavaliers du 2e Hussards, cela se passait le 23 septembre 1845.
    Environ quatre cents prisonniers, captifs depuis six mois à la deïra d’Abd el-Kader, réfugiée au Maroc, massacrés la nuit du 26 avril 1846 ; on en connaît les détails grâce aux témoignages de deux ou trois survivants qui ont réussi à s’enfuir, le plus connu étant celui du clairon Rolland dont le récit a été publié dans la presse.

  7. Enfin un urinoir public qui a de la gueule « la pissotière Abdelkader » !
    Espérons que le maire d’Amboise ait prévu une fonction « dame pipi » pour l’entretien et éviter aussi les cacas sauvages !

  8. Le denomme abd el kader ( en 3 syllables distinctes pour le prenom…. Abd_el_kader El-Djezairi )va être emprisonné quatre ans au château d’Amboise ( 1847 _ 1851 ) ce qui explique cette statue..

    Il faut lui reconnaitre qu il etait intelligent ( scientifique ) la France a eu d enormes difficultes avec lui pendant plus de 40 ans…( 1830 a 1865 approx… ) pour la conquete de l algerie.

    Il faut lui reconnaitre aussi son intervention cruciale pour sauver la communauté chrétienne de Damas d’un massacre en 1860 qui lui amèna les honneurs et des récompenses du monde entier.

  9. Lorsqu’Abd el Kader a rallié la cause française, il l’a servi loyalement.
    Je ne reviendrai pas sur la protection accordée aux Chrétiens d’Orient lors des massacres de Damas.
    Alors non, sa statue à Amboise ne me choque pas.
    vous auriez préféré Behanzin?

Les commentaires sont fermés.