La dernière de Taubira : amnistie des délits sociaux… de gôche !

On peut se poser la question, tant les décisions de la ministre de la « Justice » ont l’air d’aller à l’encontre du bon sens.

Après sa splendide idée de vider nos prisons (qui étaient déjà, à la base, bien vides, par rapport au nombre de criminels), après son entêtement pour le mariage gay, sa dernière trouvaille est… L’amnistie des délits, rien de moins !

http://www.rmc.fr/editorial/353742/manifestations-le-senat-adopte-une-proposition-de-loi-damnistie-des-delits/

Attention, pas de tout les délits, nous dit-on, seulement lors des manifestations sociales ! Une nuance qui a l’air importante, mais en réalité, qui ne vaut rien. C’est quoi, une manifestation sociale ? Grève des fonctionnaires ? Marche blanche après qu’un criminel se soit fait tué, ou tué lui-même ? Grève des étudiants, avec des « jeunes » qui s’y mêlent et cassent tout ? Manifestation contre la tenue d’un colloque du FN ? Manifestation contre l’ambassade de France pour une raison ou une autre ?

TOUS ces mouvements peuvent être considérés comme sociaux, alors, ou se trouve la limite ? Il n’y en a pas, ou plutôt, il n’y en aura plus. Ah, pardon, si, en réalité, la limite est déjà fixée : cette loi n’aura de valeur que pour les gauchistes, soyons en sur. Car pour tout ce qui concerne « l’extrême droite », vu que, pour nos amis gauchos, ils appellent forcément à la haine, point d’autorisations morales et donc, très certainement, point d’amnistie. Eh oui, l’amnistie pour les petits délits routiers, c’est fini ! Place aux amnisties des casseurs, dealers, voleurs, violeurs et j’en passe !

Vous risquez plus en brûlant un feu rouge (même celui du carrefour vide, la nuit) qu’en brûlant une voiture. Voilà ou nous en sommes.

« Il s’agit, ici, de faire œuvre de justice » nous dit la ministre. Elle se trompe lourdement : elle oublié le mot « ma » dans sa phrase, reprenons : « il s’agit, ici, de faire œuvre de ma justice.  »

Ahhh, c’est déjà mieux, n’est-ce pas ?

Car, honnêtement, qui peut fermer les yeux lors de ces manifestations violentes ? Il est tout à fait possible de manifester sans rien casser ni frapper personne, preuve en est avec de nombreuses manifestations,  dont celle du mariage gay.

A l’inverse, quand on voit des salariés prêts à faire sauter l’entreprise

http://www.francetvinfo.fr/video-des-salaries-d-une-fonderie-veulent-faire-exploser-leur-usine_250077.html

ou des agriculteurs causer plus de 200000€ de dégâts

http://www.citizenside.com/fr/photos/politique/2013-02-20/75273/manifestation-d-agriculteurs-250-000-euro-de-degats-a-quimper.html#f=0/665916

Ou menacer de polluer des rivières

http://www.usinenouvelle.com/article/menace-de-pollution-toxique-par-les-salaries-de-l-usine-serta-pres-de-rouen.N116021

Comment peut-on ne pas vouloir les condamner ? Comment, en toute âme et conscience, prétendre que ces dégâts sont pour une bonne cause ? C’est absurde. Et va encore plus légitimer les actes des plus en plus nombreux vandales de toute la France.

Car, après les remises de peine, qui nous dit que, lors d’évènements divers et variés, les casseurs n’entrent pas dans le domaine de cette amnistie absurde ? Que les voitures brûlées seront désormais considérées comme une manifestation sociale et légitime ? Déjà actuellement, nous faisons face à une recrudescence des délits de toute part, alors, avec cette « loi » en plus…

Le changement, c’est maintenant ! Un slogan, finalement, très vrai. Changement de civilisation, mais aussi, changement des valeurs. Allez hop, on inverse tout ! Ne nous reste qu’à nous adapter, tiens, je vais de ce pas m’inscrire à la CGT, comme ça, je pourrais me défouler sans crainte pour la prochaine manifestation. Et vive la France orange mécanique ! 

Olivier Pfister

image_pdf
0
0